Page images
PDF
EPUB

L'OPINION , que le Soleil doit être un Globe de feu immense, qui nous envoye sans cesse les rayons lumineux dont il est composé, est la plus ordinaire. Elle n'est pas moins fausse. Il est impossible que cet Altre soit un Globe de particules ignées, de feu elementaire. Une des principales propriétés du Feu, c'est celle de se répandre de tous côtés, lorfqu'il n'est pas retenu par quelque obstacle. Si le Soleil étoit un Globe de feu élementaire, s'il n'étoit pas un Corps solide, un seul instant d'émanation suffit pour le détruire ; il auroit été dissipé presqu'ausli-tôt que formé. Il en eut été de même des Etoiles , si elles avoient été compofées de parties ignées, les parties du feu étant dans une agitation continuelle, & ayant une force qui les fait répandre, dès qu'elles ne sont point arrêtées par quel

LE s Philosophes, qui ont prétendu que le Soleil étoit un Globe de feu elementaire, ont bien senti la force de ces objections. Ils ont eu recours à une foible ressource. Selon eux, le Soleil ne se diffipe pas par l'émanation & par l'expension; parce que l'Atmosphère, qui l'entoure, repoufle sans cesse vers lui les particules

ignées

que obstacle.

ignées & lumineuses qui émanent de la substance. Mais l'existance de ce prétendu Atmosphère est impossible, en suivant même le Sisthème de ceux, qui voulant que le Soleil soit un Globe de feu elementaire, prétendent qu'il nous envoye les parties ignées dont il est composé. Car si cet Atmosphère est assez épais & affez dense pour arrêter l'expension & la dissipation, il doit aussi repousser les parties lumineuses, & par conséquent empêcher la lumière de venir jufqu'à nous; & s'il n'est point assez dense pour s'opposer au passage des particules ignées, il ne peut aussi empêcher l'expension & la destruction du Soleil. Il doit lui-même être dissipé par la chaleur.

PRESQUE tous les Philosophes adoptent aujourd'hui le Sisthème de Copernic , & placent le Soleil au centre des Orbes diférents que décrivent les Planètes. Si le Soleil est un Globe de feu, il est impossible que le Sisthème foit vrai. Je dis plus, il n'est pas même vrai-semblable. Car les corpuscules de feu, qui compo. sent le Soleil, doivent tendre au centre de cet Astre, puisque tout ce qui est corps a une tendence déterminée vers un centre. Or toutes les parties ignées du Soleil ten

P3

dant

[ocr errors]

dant vers fon centre, comment peuventelles aquerir une force centrifuge assez grande , pour s'éloigner de ce même cen, tre avec tant de force & tant de vitesse 2 Et comment peuvent-elles parcourir en 7. ou 8. minutes trente trois millions de lieuës, ainsi que le prétendent ceux qui foutiennent que la lumière nous est transmise du Soleil? Les Newtoniens, qui veulent

qui veulent que le Soleil foit un Globe de feu , fourniffent des armes pour combattre leur Hypo. thèze de l’Attraction. C'est ce qu'a fort bien remarqué l'aimable & ingénieuse Marquife Du Châtelet: ,, Le Soleil, dit), elle, dans ce Sisthème, eft au centre

de notre Monde Planetaire, & cette jn placę lui est assignée par les loix de

la Gravitation ; parce qu'ayant plus de masse que les autres Globes, il les force à tourner autour de lui. ... Il est donc nécessaire dans le Şisthème de l'Attraétion que le Soleil soit un corps solide, & qu'il tende vers un centre.

Mais si le feu du Soleil tend vers fon ss centre, par quelle puissance s'éloignera. » t-il toujours du centre ? "

MAIS enhn une raison qui doit forcer tous les Newtoniens, les Gallendistes,

&

99

[ocr errors][ocr errors]

& les partisans du vuide à convenir

que le Soleil ne sauroit être un Globe composé de feu qui nous envoye sans cesse des parties ignées, c'est que depuis la création du Soleil, fes parties auroient dû nécessairement remplir tout le vuide qu'ils admettent.

VOILÀ, si je ne me trompe, des objections qui font suffisantes, pour montrer le peu de fondement qu'il y a dans l'opinion de ceux qui veulent que le Soleil soit un Globe composé de parties ignées. Et le Père Regnault, qui dans ses Entretiens Phisiques prétend que l'idée du feu terrestre convient au Soleil-même, puisqu'il échaufe, éteincelle, & brille comme le feu terrestre, me paroît raisonner avec beaucoup moins de justesle que le Père l'Ozeran de Fieze, qui dans un Discours, qui a remporté le prix de l'Académie des Sciences, établit sage

ment » que si nous voulons penser raisonnablement sur la nature & la

constitution du Soleil & des Etoiles, » nous serons persuadés que toutes les

recherches de ces grands Philosophes n'ont abouti, qu'à montrer la témérité de leurs entreprises. Le Soleil, qui est le plus voisin d'entre tous les feux, eft

P4

B

[ocr errors]
[ocr errors]

, encore à 30000000. de lieuës.Comment », irons - nous faire l'analyse des princi» pes qui le composent ? Si c'est un » Mixte, ou si ce n'est pas un corps » Mixte , quel Télescope assez bon pou

roit nous en montrer les petites par

ties pour en découvrir la forme & le ,, mouvement? Par quelle voye même „ pourions-nous nous assurer que le feu

du Soleil & des Etoiles est de la même » nature que nos feux ordinaires &

usuels ? }

APRÈs avoir prouvé fuffifemment que les Soleil & les Etoiles ne peuvent être des Globes composés d'un feu tel que

le feu terrestre, j'établirai une feconde vérité; c'est que le feu n'est pas un Element réel, & qu'il n'y a point de feu principe ou elementaire. Les Chimistes, qui par leurs travaux affidus font venus à bout de pénétrer les secrets de la Nature, & de décompofer les Mixtes , n'y ont jamais découvert du feu. Ils ont trouvé cinq différentes Substances, l'ESprit ou le Mercure, le Soufre ou l'Huile, le Sel & le Flegme, l'Eau ou la Terre. Si le feu étoit un Element, & que les Mixtes fussent tous composés des quatre Ele. mens, savoir : du Feu, de l'Air, de l'Eau

&

« PreviousContinue »