Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

18

Ces!

et, quoique toujours égale en elle-même, elle n'est pas toujours également connue. Les expériences qui nous en donnent l'intelligence multiplient continuellement; et, comme elles sont les seuls principes de la physique, les conséquences multiplient à proportion. C'est de cette façon que l'on peut aujourd'hui prendre d'autres sentiments et de 5 esticos

drol.cost nouvelles opinions sans mépris et sans ingratitude, puisque les premières connaissances qu'ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l'ascendant que nous avons sur eux; parce que, s'étant élevés jusqu'à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous 10

40 sec fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au-dessus d'eux. C'est de là que nous pouvons découvrir des choses qu'il leur était impossible d'apercevoir. Notre vue a plus d'étendue, et, quoiqu'ils connussent aussi bien que ous tout ce qu'ils pouvaient remarquer de la nature, ils n'en connaissaient pas 15 tant néanmoins, et nous voyons plus qu'eux.

Cependant il est étrange de quelle sorte on révère leurs sentiments. On fait un crime de les contredire et un attentat d'y ajouter, comme s'ils n'avaient plus laissé de vérités à connaître. (N'est-ce pas là traiter indignement la raison de l'homme, et la mettre en parallèle avec 20 l'instinct des animaux, puisqu'on en ôte la principale différence, qui: consiste en ce que les effets du raisonnement augmentent sans cesse,

ine au lieu que l'instinct demeure toujours dans un état égal ? Les ruches : des abeilles étaient aussi bien mesurées il y a mille ans qu'aujour--d'hui, et chacune d'elles forme cet hexagone aussi exactement la pre- 25 mière fois que la dernière. Il en est de même de tout ce que les animaux produisent par ce mouvement occulte. La nature les instruit à mesure que la nécessité les presse; mais cette science fragile se perd avec les besoins qu'ils en ont: comme ils la reçoivent sans étude, ils n'ont pas le bonheur de la conserver ; et toutes les fois qu'elle leur 30 est donnée, elle leur est nouvelle, puisque, la nature n'ayant pour; íusar objet que de maintenir les animaux dans un ordre de perfection bornée, elle leur inspire cette science nécessaire, toujours égale, de peur qu'ils ne tombent dans le dépérissement, et ne permet pas qu'ils y ajoutent, de peur qu'ils ne passent les limites qu'elle leur a prescrites. 35 Il n'en est pas de même de l'homme, qui n'est produit que pour l'infinité. Il est dans l'ignorance au premier âge de sa vie ; mais il s'instruit sans cesse dans son progrès : car il tire avantage non seulement de sa propre expérience, mais encore de celle de ses prédécesseurs,

?

[ocr errors]

eni

parce qu'il garde toujours dans sa mémoire les connaissances qu'il s'est une fois acquises, et que celles des anciens lui sont toujours

présentes dans les livres qu'ils en ont laissés. Et comme il conserve sta

ces connaissances, il peut aussi les laugmenter facilement ; ide sorte 5 que les hommes sont aujourd'hui en quelque sorte dans le même état

où se trouveraient ces anciens philosophes, s'ils pouvaient avoir vieilli Chimda jusques à présent, en ajoutant aux connaissances qu'ils avaient celles

que leurs études auraient pu leur acquérir à la faveur de tant de

siècles. De là vient que, par une prérogative particulière, non seule10 ment chacun des hommes s'avance de jour en jour dans les sciences,

mais que tous les hommes ensemble y font un continuel progrès à mesure que l'univers vieillit, parce que la même chose arrive dans la succession des hommes que dans les âges différents d'un particulier.

De sorte que toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de 15 siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste

toujours et qui apprend continuellement : (d'où l'on voit avec combien d'injustice nous respectons l'antiquité dans ses philosophes 5 car, comme la vieillesse est l'âge le plus distant de l'enfance, qui ne voit

que la vieillesse dans cet homme universel ne doit pas être cherchée 20 dans les temps proches de sa naissance, mais dans ceux qui en sont

les plus éloignés ? Ceux que nous appelons anciens étaient véritablement nouveaux en toutes choses, et formaient l'enfance des hommes proprement; et comme nous avons joint à leurs connaissances l'expé

rience des siècles qui les ont suivis, c'est en nous que l'on peut trou25 ver cette antiquité que nous révérons dans les autres.

Ils doivent être admirés dans les conséquences qu'ils ont bien tirées du peu de principes qu'ils avaient, et ils doivent être excusés dans celles où ils ont plutôt manqué du bonheur de l'expérience que de la force du raisonnement.

— Fragment of a « Traité du vide »

[ocr errors]

PLACE DE L'HOMME DANS L'UNIVERS
Direction is

te
30 Que l'homme contemple donc la nature entière dans sa haute et
pleine majesté, qu'il éloigne sa vue des objets bas qui l'environnent.
Qu'il regarde cette éclatante lumière, mise comme une lampe éternelle
pour éclairer l'univers, que la terre lui paraisse comme un point au sake

prix du vaste tour que cet astre décrit et qu'il s'étonne de ce que ce 35 vaste tour lui-même n'est qu'une pointe très délicate à l'égard de celui :

[ocr errors]

IO

2

[ocr errors]
[ocr errors]

que les astres qui roulent dans le firmament embrassent. Mais si 6 notre vue s'arrête là, que l'imagination passe outre; elle se lassera

plutôt de concevoir, que la nature de fournir. Tout ce monde visible n'est qu'un

trait imperceptible dans l'ample sein de la nature. Nulle idée n'en approche. Nous avons beau enfler nos conceptions, au delà 5 des espaces imaginables, nous n'enfantons que des atomes, au prix de la réalité des choses. 'C'est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part." Enfin c'est le plus grand caractère sensible de la toute-puissance de Dieu, que notre imagination se perde dans cette pensée.

Que l'homme, étant revenu à soi, considère ce qu'il est au prix de tants ce qui est; qu'il se regarde comme égaré dans ce canton détourné de la nature; et que de ce petit cachot où il se trouve logé, j'entends à Cere

a l'univers, il apprenne à estimer la terre, les royaumes, les villes et stresana soi-même son juste prix; Qu'est-ce qu'un homme dans l'infini? 15

Mais pour lui présenter un autre prodige aussi étonnant, qu'il recherche dans ce qu'il connaît les choses les plus délicates. Qu'un Extra cirono lui offre dans la petitesse de son corps des parties incomparablement plus petites, des jambes avec des jointures, des veines dans ces jambes, du sang dans ces veines, des humeurs dans ce sang, des 20 gouttes dans ces humeurs, des vapeurs dans ces gouttes ; que, divisant encore ces dernières choses, il épuise ses forces en ces conceptions, et que le dernier objet où il peut arriver soit maintenant celui de notre discours; il pensera peut-être que c'est là l'extrême petitesse de la nature. Je veux lui faire voir là dedans un abîme nouveau. Je 25 lui veux peindre non seulement l'univers visible, mais l'immensité qu'on peut concevoir de la nature, dans l'enceinte de ce "raccourci d'atome. Qu'il y voie une infinité d'univers, dont chacun a son firma

y ment, ses planètes, sa terre, en la même proportion que le monde visible; dans cette terre, des animaux, et enfin des cirons, dans les- 30 quels il retrouvera ce que les premiers ont donné; et trouvant encore dans les autres

la même chose sans fin et sans repos, qu'il se perde dans ces merveilles, aussi étonnantes dans leur petitesse que les autres par leur étendue; car qui n'admirera que notre corps, qui tantôt n'était pas perceptible dans l'univers, imperceptible lui-même dans le 35 sein du tout, soit à présent un colosse, un monde, ou plutôt un tout, à l'égard du néant où l'on ne peut arriver ?

1 In the seventeenth century the ciron was considered the smallest of the insects visible to the naked eye.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Qui se considèrera de la sorte s'effrayera de soi-même, et, se consifoc dérant soutenu dans la masse que la nature lui a donnée, entre ces

deux abîmes de l'infini et du néant, il tremblera dans la vue de ces

merveilles ; et je crois que sa curiosité se changeant en admiration, il nebuse sera plus disposé à les contempler en silence qu'à les rechercher avec

présomption.

Car, enfin, qu'est-ce que l'homme dans la nature? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et

tout. Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses 10 et leur principe sont pour lui invinciblement cachés dans un secret

impénétrable, également incapable de yoir le néant d'où il est tiré, et l'infini où il est englouti. 5ew of

Que fera-t-il donc, sinon d'apercevoir (quelque] apparence du milieu des choses, dans un désespoir éternel de connaître ni leur principe ni 15 leur fin? Toutes choses sont sorties du néant et portées jusqu'à l'in

fini. Qui suivra ces étonnantes démarches ? L'auteur de ces merveilles les comprend. Tout autre ne le peut faire. ...

Connaissons donc notre portée ; nous sommes quelque chose, et ne sommes pas tout; ce que nous avons d'être nous dérobe la con20 naissance des premiers principes, qui naissent du néant; et le peu que nous avons d'être nous cache la vue de l'infini.

Notre intelligence tient dans l'ordre des choses intelligibles le même rang que notre corps dans l'étendue de la nature.

Bornés en tout genre, cet état qui tient le milieu entre deux ex25 trêmes se trouve en toutes nos impuissances. Nos sens n'aperçoivent

rien d'extrême, trop de bruit nous assourdit, trop de lumière éblouit,

trop de distance et trop de proximité empêche la vue, trop de loni gueur et trop de brièveté de discours l'obscurcit, trop de vérité nous

étonne: j'en sais qui ne peuvent comprendre que qui de zéro ôte 30_4 reste zéro; les premiers principes ont trop d'évidence pour nous,

trop de plaisir incommode, trop de consonances déplaisent dans la musique ; et trop de bienfaits irritent, nous voulons avoir de quoi surpayer la dette. .. Nous ne sentons ni l'extrême chaud ni l'ex

trême froid. Les qualités excessives nous sont ennemies, et non pas 35 sensibles : nous ne les sentons plus, nous les souffrons. Trop de

jeunesse et trop de vieillesse empêchent l'esprit, trop et trop peu d'instruction ; enfin les choses extrêmes sont pour nous comme si elles n'étaient point, et nous ne sommes point à leur égard : elles nous échappent, ou nous à elles.

[ocr errors]

777

/

1

Voilà notre état véritable; c'est ce qui nous rend incapables de savoir certainement et d'ignorer absolument. Nous voguons sur un 'milieu vaste, toujours incertains et flottants, poussés d'un bout vers l'autre, Quelque terme où nous pensions nous attacher et nous affermir, il branle et nous quitte; et si nous le suivons, il échappe à nos 5 prises, nous glisse et fuit d'une fuite éternelle. Rien ne s'arrête

pour) nous. C'est l'état qui nous est naturel, et toutefois le plus contraire à notre inclination; nous brûlons de désir de trouver une assiette ferme, et une dernière base constante pour y édifier une tour qui s'élève à l'infini, mais tout notre fondement craque, et la terre s'ouvre 19 jusqu'aux abîmes.

Ne cherchons donc point d'assurance et de fermeté. Notre raison est toujours déçue par l'inconstance des apparences, rien ne peut fixer le fini entre les deux infinis, qui l'enferment et le fuient. Piqueremos tome keer in postes

- «Pensées, » 72 L'IMAGINATION or Cette superbe puissance, ennemie de la raison, qui se plaît à la 15 contrôler et à la dominer, pour montrer combien elle peut en toutes choses, a établi dans l'homme une seconde nature. Elle a ses heureux, ses malheureux, ses sains, ses malades, ses riches, ses pauvres; elle

' fait croire, douter, nier la raison ; elle suspend les sens, elle les fait She is sentir ; elle a Ses fous et seś sages.; et rien ne nous dépite davantage 20

a que de voir qu'elle remplit ses hôtes d'une satisfaction bien autrement pleine et entière que la raison. Les habiles par imagination se plaisent tout autrement à eux-mêmes que les prudents ne

ne se peuvent raisonnablement plaire. Ils regardent les gens avec empire ; ils disputent avec hardiesse et confiance; les autres, avec crainte et défiance; et 25 cette gaité de visage leur donne souvent l'avantage dans l'opinion des écoutants, tant les sages imaginaires ont de faveur auprès des juges

de même nature. Elle ne peut rendre sages les fous; mais elle les ! ? rend heureux, à l'envi de la raison qui ne peut rendre ses amis que misérables, l'úne les couyrant de gloire, l'autre de honte.

Qui dispense la réputation qui donne le respect et la vénération aux personnes, aux ouvrages, aux lois, aux grands, sinon cette faculté imaginante? Toutes les richesses de la terre insuffisantes sans son consentement !

Ne diriez-vous pas que ce magistrat, dont la vieillesse vénérable 35 impose le respect à tout un peuple, se gouverne par une raison pure

à

dari

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

30

« PreviousContinue »