Page images
PDF
EPUB

DE

CAGLIOSTRO.

[ocr errors]

- juin de l'année 1743 naquit à Palerme Jobaxire et le nom et le titre de comte de Cairre Balsamo, son père, et Félicie Braconieri, in de leur famille; ils avaient plusieurs enils vendaient des draps et des étoffes de soie. za de quartier populeux que partage en deux la Wpureusement pour cette famille, et surtout ? Joseph, Pierre Balsamo mourut avant d'avoir

AVENTURES

1. Palerme

. - Première jeunesse de Cagliostro. Balamo, qui porta dans la suite le prénom estre, étaient d'honnéles marchands palermis, this bons catholiques et fort soucieux de l'éboutique était

, dit-on, fort bien achalandée,

me me del Calsaro.

[ocr errors]

AVENTURES

DE

CAGLIOSTRO.

1.

Palerme. – Première jeunesse de Cagliostro.

Le 8 juin de l'année 1743 naquit à Palerme Joseph Balsamo, qui porta dans la suite le prénom d'Alexandre et le nom et le titre de comte de Càgliostro.

Pierre Balsamo, son père, et Félicie Braconieri, sa mère, étaient d'honnêtes marchands palermitains, très-bons catholiques et fort soucieux de l'éducation de leur famille; ils avaient plusieurs enfants. Ils vendaient des draps et des étoffes de soie. Leur boutique était, dit-on, fort bien achalandée, dans le quartier populeux que partage en deux la belle rue del Calsaro.

Malheureusement pour cette famille, et surtout pour Joseph, Pierre Balsamo mourut avant d'avoir i

snimagination déréglée, altérant le sens et les

indiscipline : il s'enfuit du séminaire. Rattrapé en deure espérait beaucoup d'un élève tel que lui.

is rasé et håhleur qui, dans la suite, se dévetelli, qui se trouvait de passage à Palerme. Josephus d'une manière si prodigieuse chez le jeune lui et promit d'en faire un moine, bon gré mal gré. ll partit avec lui, et, montés chacun sur une mule,

te religieux. Le livre que lisait Balsamo était le suivis de deux autres frères, ils gagnèrent le cour Windloge, mais voilà que tout à coup il céda à vent de l'ordre de Saint-Benoit, situé aux environs

te inspiration diabolique, et se mit à substituer

Jabate sacré on ne sait quelle version suggérée vu grandir tous ses enfants et d'avoir pu pourvoir mat combiée à un frère tourier inflexible. Il à leur établissement.

Le riezer

. Joseph Balsamo endossa la casaLe jeune Joseph avait un esprit prompt et subtil, er orie. Le père général devina son gout une imagination ardente, un caractère aventureux « Retorisation et sa curiosité pour l'histoire et passablement rusé. Il avait deux oncles mater-rel I le confia à l'apothicaire du couvent , nels, bons bourgeois de Palerme , qui jugèrent que parat ainsi l'attacher à son nouvel état et l'ame. cet enfant pourrait aller loin dans les sciences et a jar à devenir un assez bon religieux. Le dans les lettres, et qui se chargèrent de son édu- ja kepå sacommoda d'abord assez bien de cation.

plains arec le frère apothicaire ; il profita Le plus court chemin pour se distinguer dans la ed es legons, et, au bout d'un certain carrière qu'on voulait faire suivre à Joseph étails parunt à manipuler les drogues avec une d'entrer dans les ordres ecclésiastiques. Malheu ad sclé. Mais des instincts de Joseph s’éreusement les oncles ne prévirent pas combien le at sigulièrement

, et, dans les premiers neveu serait mauvais prêtre , s'il persistait à resteries de la science, le rusé Sicilien devinait dans l'Église. Ils le placèrent au séminaire de Saint- se eres utiles au charlatanisme. Cependant Roch de Palerme. Joseph Balsamo ne tarda pas à data asez franchement à l'étude des princicéder à ses instincts d'indépendance et de complète se la chimie et de la médecine. Son maitre compagnie de vagabonds , il fut confié et sévère etait asez singulier révèle le caractère à la

. avait alors treize ans. Le père général s'empara de so. In jour le novice fut chargé, au réfee

de

[graphic]

de Cartagirone.

Les murs du couvent étaient fort élevés, et la

prompt et sunt

ractère aventura Jeux oncles mate:

uns les sciences de

mo ne tarda pas il s'adonna assez franchement a leludt, 04 DIIIunce et de complet pes de la chimie et de la luédecine, boli mallit énéral des Bonfria fois rusé et håbleur qui, dar la suite, 6€ dova

à Palerme. Josel loppa d'une manière si prodigieuse chez le jeune général s'empara 4 Balsamo. Un jour le novice fut chargé, au réseene, bon gré male" toire, de faire la lecture d'usage pendant le repas at fort élevés, par son imagination déréglée, altérant le sens et les

avoir pu pour porte était confiée à un irese wouT15* 35112.soon

fallut se résigner. Josep Lailaligo 6"]]* y* for us
que de novice, Le port 2005
pour l'herborisation et bi fry!16)Drʻl**

naturelle. Il le confiu į lapil.13!** , qui jugèrent que espérant ainsi l'attacher a 50! 1101:

ner un jour à devenir un 7. DU. 13*** èrent de son e jeune Joseph s'accordoué. Cabe ' tmpty 1yos""

ses relations avec le irert, apoiL1211, distinguer das mème de ses leçons, es, al. vre à Joseph é temps, il parvint à manjpuies BEE 11071 iastiques. Malher grande sagacité. Mais les stout",

veillaient singulieremeni, , w | persistait à petit éléments de la science, ja runo Dicios sorria.

déjà des secrets utiles au chariawak. Coop Meg39111.' apothicaire espérait beaucoup d'un bleve ter qumu.

Un trait assez singulier révèle de caractere a di des religieux. Le livre que lisait Balsamo était le Martyrologe; mais voilà que tout à coup il céda à une inspiration diabolique, et se mit à substituer au texte sacré on ne sait quelle version suggérée

ent pas combier !

éminaire de Sain-2

maire. Rattrapé at confié et sérény

vacun sur une

muk gagnèrent le or situé aux environ

eth

bertinage amenaient des querelles fréquentes, soul vent même avec les gens de la police. Josephin fit valoir ses droits à l'héritage; et frustra Balsamo avait déjà des démêlés fort sérieux avec

it bien la communauté d'une grande partie de aime qui lui revenait. Il est plus que probable

A marquis récompensa largement Balsamo de sait pour fabriquer avec habileté de faux billets desvins. Ce faux fut découvert plusieurs années théâtre qu'il vendait avec une rare effronterie. Un l'époque où il avait été commis; mais les coude ses oncles voulut le retirer chez lui. L'indigne des plaient depuis longtemps en pays étranger.

faits, et poussant l'audace jusqu'à remplacer les fes précieux. I devint l'entremetteur des noms des saintes par ceux des courtisanes les plus vune de ses cousines avec un de ses amis, renommées. Le scandale fut au comble et les bons Peterquait de l'argent en lui persua:lant pères jugèrent dès ce moment-là à quel degré de We exigeait des cadeaux et des bijoux. Balvice et d'effronterie pourrait un jour arriver un merait les pièces d'or, n'achetait rien pour écolier capable à cet âge d'un trait si hardi. ste, et s'appropriait les fonds que son ami

On in ligea au novice une rude pénitence. Il s'y soumit en apparence; mais l'occasion qu'il gueltail sur pene pareille

, il est presque impossible se présenta fortuitement. Une nuit, trouvant moyen outler. Le jeune Balsamo fit bientôt très-bon. de se dérober à la surveillance des gardiens, il 2 de son honneur et se livra à des actes s'évada du couvent, courut la campagne, et, après de la plus haute gravité. Il y avait à quelques jours de vagabondage, arriva à Palerme. or un certain marquis Maurigi, de meurs Ses oncles commencèrent à désespérer de lui. soles

. Maurigi convoitait un héritage qui deNi les remontrances ni les conseils n'étaient écoulorenár à une communauté. Il connaissait Baltés. Joseph Balsamo se riait de tout; son gout se s'orrit à lui. Celui-ci imagina bientot un effréné pour la licence l'entraînait. Il se lia avec sed

. I avait un notaire pour parent. Il se mit des vauriens; ses meurs furent bientot perdues

. I winter son ofice, et trouva moyen de fabrise livra à la débauche en conipagnie de la jeunan kestament en faveur du marquis Maurigi, nesse la plus dissolue. L'ivrognerie, le jeu, le li 2 bus les caractères d'authenticité voulus par

Xuni de cette pièce soi-disant notariée , la justice correctionnelle.

neveu vola à ce bon parent une somme assez ronde se souter foi à une accusation plus grave en

« PreviousContinue »