Bibliothèque françoise: ou Histoire de la littérature françoise dans laquelle montre l'utilité que l'on peut retirer des livres publiés en françois depuis l'origine de l'imprimerie, pour la connoissance des belles-lettres, de l'histoire, des sciences & des arts, Volume 11

Front Cover
chez Pierre-Jean Mariette, aux colonnes d'Hercules, 1747
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 71 - de cent pas à la ronde, Au demeurant, le meilleur fils du monde...
Page 70 - Vostre cueur noble en sçauroit bien que dire; « Et moy, chetif, qui ne suis Roy ne rien, L'ay esprouvé. Et vous compteray bien. Si vous voulez, comment vint la besongne. J'avois...
Page 50 - Villon sut le premier, dans ces siècles grossiers, Débrouiller l'art confus de nos vieux romanciers. Marot bientôt après fit fleurir les ballades, Tourna des triolets, rima des mascarades, A des refrains réglés asservit les rondeaux Et montra pour rimer des chemins tout nouveaux.
Page 465 - II leur déploie, et leur dit : « Gens de bien, Ouvrez vos yeux ! Voyez ! Y at-il rien ? — Non, dit quelqu'un des plus près regardants.
Page 464 - Tu te plains, ami, grandement Qu'en mes vers j'ai loué Clément, Et que je n'ai rien dit de toi. Comment veux-tu que je m'amuse A louer ni toi, ni ta Muse?
Page 43 - Que ces paillards me voulussent lâcher. Sur mes deux bras ils ont la main posée, Et m'ont mené ainsi qu'une épousée, Non pas ainsi, mais plus roide un petit. Et toutefois j'ai plus grand appétit De pardonner à leur folle fureur Qu'à celle-là de mon beau procureur : Que male mort les deux jambes lui casse!
Page 198 - Trop fin je suys, et trop fin on me tient, Pour mon nom mettre en cela qui contient Quelque reproche. Et pas ne le feroit, Qui de cerveau une bonne once auroit.
Page 458 - De toute langue ennemie, Et de tout efprit malin : Et fais que devant mon Prince, Déformais plus ne me pince La tenaille de Melin. Il paroît fort étonnant que Mellin de S. Gelais, à qui les Vers dévoient coûter peu, ayant entrepris une Tragé» mourut à Tournon ) »i(Tude la très.noble& » très-ancienne Maifou
Page 42 - Si vous dirai comment je fus surpris, Et me déplaît qu'il faut que je le die; Trois grands pendards vinrent à l'étourdie, En ce palais, me dire en désarroi : « Nous vous faisons prisonnier par le roi. » Incontinent qui fut bien étonné ? Ce fut Marot, plus que s'il eût tonné; Puis m'ont montré un parchemin écrit, Où n'y avait...
Page 72 - Et vous ferai encores un bon tour. » A celle fin qu'il n'y ait faute nulle , » Je vous ferai une belle cédule , » A vous payer ( fans ufure il s'entend ) » Qi.ind on verra tout le monde content.