Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

a

Albert-le-Grand, sous la date du 4 avril, donne une très belle vie française de saint Gonéri, « patron et titulaire de la paroisse de Plou-Greskant en Tréguer'. » A la fin de son travail, le bon religieux fait cette remarque: « cette vie a esté par nous recueillie des anciens Légendaires MSS. de l'église cathédrale de Tréguer, du Proprium Vennetois, lequel en fait mémoire le 18 juillet, et de l'ancien légendaire MSS. qu'ils en ont en l'église parrochiale de Plou-Greskant, diocèse de Tréguer?. » Voici comment les Bollandistes accueillent cette assertion, et cette note leur tient lieu de vie du saint : Quamvis autem Sancti gesta et ætas penitùs ignorentur, nihilo tamen minus more suo Legendam ipsi ad IV aprilis aptavit Albertusle-Grand de Monte Relaxo, collectam asserens ex veteribus

· Albert-le-Grand. Vies, 4 avril. Tre éd. pp. 73, 74, 75, 2e éd. 114, 115, 116, 117, 118, Reproduit par M. Kermoalquin : l’illes de Bretagne, pp. 423, 424, 424, 425.

Albert-le-Grand, fre éd. p. 75. - 2e éd. p. 148.

Legendariis mss. ecclesiæ cathedralis Trecorensis, ex Proprio Venetensi... atque ex vetusto item Legendario mss. quod extat in ecclesia parochiali de Plougrescant. Frustra Legendam latinam expectârunt Majores nostri, frustra ego ipsam sperem hodie.'

. Un mandement, émané de la chancellerie épiscopale de Tréguer, signé de missire Guillaume André, chanoine', provincial et official de Mgr Gui Champion, le 13 mai 1618, autorise le P. Albert-le-Grand à compulser les archives de la ville et du diocèse, et ordonne à tout dépositaire de titres, d'archives, de légendes, de chartes, mémoires et autres manuscrits, de les communiquer au pieux dominicain. Celuici était encouragé et commis par le provincial de son ordre en France, le P. Noël Deslandes, à écrire la Vie des Saints de Bretagne. A la suite de ses recherches, Albert-leGrand traduisit en français la vie de Saint Gonéri, d'après les anciens légendaires de Tréguer et de Plougrescant. Dom Lobineau, qui collaborait avec Denys Briant et les membres de sa congrégation, ouvriers de l'histoire de Bretagne, à la copie des offices comprenant le recueil des Blancs-Manteaux, donne une fidèle, mais courte analyse sans commentaires, de la légende de saint Gonéri, sans mention de biographes antérieurs, preuve qu'il travaillait lui-même sur pièces originales. Il déclare en outre son travail sur saint Gonéri* :

« Tiré de ses Actes manuscrits, qui n'ont été dressés que

Aa. S. Boll., t. IV, Julii, p. 422, éd. Paris. 2 L'ordonnance, dans les trois éditions d'Albert-le-Grand et dans M. Ker. moalquin, porte la date de 1618 en toutes lettres. Le prédécesseur de Gui Champion, Pierre Cornulier, fut transféré à Rennes en 1620, et Gui Champion, sacré à Paris la même année. (V. D. Morice, Tresvaux et Albert-leGrand lui-même dans son Catalogue historique des évêques de Tréguer, 2e ed., p. 354). Cette permission libellée et signée par Missire G. André, agis sant comme vicaire général de Mgr Gui Champion, est de 1626, comme le dit le même Albert-le-Grand (Cat. hist. des évêques de Tréguer, 2e éd. p. 356). V. cette pièce dans Alb.-le-Grand, fre éd., pp. 703, 704 ; 2e éd., Cat. hist. des év., p. 357.

; V. Cette commission, ce commandement du P. Noël Deslandes, en date du 29 juin 1628, à la tête de toutes les éditions d'Albert-le-Grand.

4 Lobineau. Vies, p. 83 - éd. Tresvaux. t. p. 195.

« depuis le XII° siècle, puisqu'ils font mention du château de « Rohan', mais ils citent des Actes plus anciens du même « saint. » S'il n'avait eu de bonnes preuves en mains, le sévère Bénédictin, toujours prêt à tondre sur un euf, n'aurait pu s'empêcher d'imiter les Bollandistes de faire gorge chaude, à propos des miracles racontés ici, de la crédulité de

. son devancier. Dom Lobineau a pourtant trop emprunté au P. Le Grand pour ne pas avoir le devoir de le traiter avec plus d'égards; de nos jours, nous avons vu Rohrbacher en user de même avec Fleury, et le procédé se continue. Les premiers Bollandistes ont dû avoir connaissance des Actes de saint Gonéri et des autres saints de l'émigration bretonne ; mais leur ouvre colossale avait été interrompue par la suppression des Jésuites. Les Analecta Bollandiana viennent heureusement aujourd'hui combler les lacunes du grand recueil des Acta Sanctorum, et l'infatigable Dom Plaine, du fond de son exil, nous donne, à des intervalles très rapprochés, la vie inédite de quelque saint de Bretagne : saint Malo, saint Brieuc, saint Samson, etc. Une notable partie du trésor et des titres de la cathédrale de Tréguer ayant été brûlée par l'incendie de la sacristie dans la nuit du 6 septembre 1632", sous l'épiscopat de Mgr Gui Champion, peu après la première visite du P. Albert-le-Grand, nous ne possédons plus dans nos archives diocésaines les vieux offices de nos saints nationaux, les Pères de la patrie bretonne. La légende manuscrite de saint Gonéri échappa au désastre, mais la Révolution détruisit ou emporta ce qu'il restait d'anciens Légendaires à Tréguer. Seule la Bibliothèque Nationale conserve, dans le mss latin 1148, une copie du Lectionnaire de Tréguer écrite au XV° siècle, et dans le mss. fr. 22.321, t. 38 du Recueil des BlancsManteaux, une copie complète du Grand-Légendaire de Tréguer exécutée au XVII° siècle par les Bénédictins, sur un ancien manuscrit détruit pendant la Révolution'. A Plougrescant, le peuple chante en langue bretonne une très ancienne vie rimée de saint Gouéri, contenant tous les détails donnés par la Légende de l'ancien Bréviaire et par Albert de Morlaix. Un ancien « Inventaire des titres et papiers des Archives de la chapelle de Saint Gonnery » dressé peu de temps ayant la Révolution, mentionne parmi les objets cotés dans les archives de la chapelle : « Un petit cahier en pappier conte» nant la vie du bienheureux saint Gonnery en françois et ». l'office dudit saint en latin’; le tout transumptés et colla» tionnés à l'original des anciens origineaux et Légendaires » tant de l'Eglise cathédrale de Tréguier, que de la chapelle » de Saint Gonnery par M. André, chanoine official de Tré. » guier et vicaire général du Seigneur Évêque, en la sacristie » de l'Église cathédrale de Tréguier. Ledit transumpt datté » du 22 mars 1634. Signé : André, vicaire général offi» cial, Math. Lhostis, L. du Moulin; Thomas Minier, » Lanier?. » Rien n'est donc plus certain que l'existence de ces Légendaires à Tréguer et Plougrescant, du temps d'Albert-le-Grand. Le même official, missire Guillaume André, qui permit à l'hagiographe de rechercher les éléments de son intéressante compilation, signe et atteste, huit ans après la licence délivrée au P. Le Grand', l'authenticité des Actes de Saint Gonéri.

1 Une malice l'adresse des Rohan, mais la vérité historique. La maison de Rohan fut fondée au XIIe siècle par Alain, fils d'Eudon Jer, comte de Porhoët. (V. l'excellente Notice sur « Pontivy avant 1789 », par M. l'abbé Euzénot, Bulletin de l'Association Bretonne, classe d'Archéologie, t. VI, de la 3e série, Congrès de Pontivy, p. 39).

. V. la Relation de ce sinistre dans les Mémoires de la Société arch. des C.d. N., t. 2 de la nouvelle série, p. 32, 33, et suiv.

En 1875, au Congrés de l'Association Bretonne tenu à Guingamp, le savant bénédictin de Ligugé, Dom Plaine, formait le projet de publication des Actes originaux des Saints de Bretagne, conservés dans les portefeuilles des BlancsManteaux à la Bibliothèque Nationale. Ce væu reçut alors l'adhésion et la haute approbation des évêques de l'ancienne province de Bretagne : NN. SS. l'archevêque de Rennes, les évêques de Nantes, de Vannes, de Quimper, de St-Brieuc. En faisant appel à l'hospitalité de la Revue Historique de l'Ouest, je n'ai d'autre titre qui celui d'être le dévôt de Saint Gonéri et d'avoir été l'humble vicaire de Plougrescant, paroisse où mourut ce grand Apôtre du VIe siècle et où ses reliques sont religieusement conservées et honorées. La meilleure traduction française de la Légende latine qui va suivre est bien celle du P. Albert-le-Grand, dans sa vie des saints de Bretagne au 4 avril. Je ne puis finir ce mot de présentation sans exprimer publiquement ma reconnaissance à M. le Mis de Boisgelin, qui a bien voulu faire transcrire pour moi, par un archiviste de la Bibliothèque Nationale, ces documents complètement inédits.

1 Albert-le-Grand (Cat. des Ev., 2e éd., p. 359), parle d'un Catalogue « MSS. extraict d'un Légendaire MSS. de l'Eglise cathédrale de Tréguer en 1590, par noble et discret messire Maudez de Trogoff, chantre et chanoine de ladite Eglise. »

2 La vie en françois, c'est la vie donnée par Albert-le-Grand : L'office du saint en latin, c'est l'extrait du grand Légendaire de Tréguer. Mss. 22-321, fonds fr. de la Bibl. Nat.

3 Evêque alors : Mgr Gui Champion, 4 Mort en 1640.

Abbé YVES-MARIE LUCAS,

Vicaire à Plouézec.

« PreviousContinue »