La télépathie, recherches expérimentales

Front Cover
F. Alcan, 1921 - Parapsychology - 363 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 50 - Car la pensée est sombre! Une pente insensible Va du monde réel à la sphère invisible; La spirale est profonde, et quand on y descend. Sans cesse se prolonge et va s'élargissant, Et, pour avoir touché quelque énigme fatale, 10 De ce voyage obscur souvent on revient pâle!
Page xv - Helmstad, écrivit, en 1595, l'histoire de cette dent, et prétendit qu'elle était en partie naturelle, en partie miraculeuse, et qu'elle avait été envoyée de Dieu à cet enfant, pour consoler les chrétiens affligés par les Turcs.
Page 47 - Et les grands continents, brumeux, verts ou dorés, Par les grands océans sans cesse dévorés, Tout, comme un paysage en une chambre noire Se réfléchit avec ses rivières de moire...
Page 313 - PHILIPPE, chef des travaux au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, cite dans son ouvrage L'Image mentale, une intéressante étude bien faite pour nous frapper (1).
Page xv - En 1593, le bruit courut que les dents étant tombées à un enfant de Silésie, âgé de sept ans, il lui en était venu une d'or à la place d'une de ses grosses dents.
Page 11 - Le témoignage prouve que des personnes qui traversent quelque crise grave ou qui vont mourir apparaissent à leurs amis et à leurs parents, ou se font entendre par eux, avec une fréquence telle que le hasard seul ne peut expliquer les faits. » —
Page 328 - N'arrive-t-il pas parfoisque, pensant à quelqu'un, on voit tout à coup surgir l'image d'une autre personne; et l'on se rend bien compte que c'est un rapport de ressemblance qui est à la base de l'association ;mais on est incapable de trouver quel est le caractère commun qui constitue la ressemblance de ces deux personnes ou ce n'est qu'au bout de quelques instants qu'on y parvient...
Page 64 - ... restent souvent fixes, pendant assez longtemps, en certains points du champ visuel. Si l'on cesse la pression au moment où le phénomène possède son plus grand éclat, et si l'on a soin de ne pas laisser la lumière pénétrer dans l'œil, le jeu de ces figures continue encore quelque temps et disparaît en s'obscurcissant peu à peu. Si l'on vient, au contraire, à ouvrir l'œil au moment où l'on supprime la pression, en regardant les objets lumineux extérieurs, on les trouve d'abord plongés...
Page 40 - Nous prétendons que la formation du souvenir n'est jamais postérieure à celle de la perception ; elle en est contemporaine. Au fur et à mesure que la perception se crée, son souvenir se profile à ses côtés, comme l'ombre à côté du corps.
Page 319 - , le mot avait éveillé successivement l'idée d'une assiette de biscuits disposés en quadrilatères superposés, puis celle de bûcher et enfin celle de Jeanne d'Arc.

Bibliographic information