Œuvres completes, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 88 - Parques à ma mère, il est vrai, l'ont prédit, Lorsqu'un époux mortel fut reçu dans son lit : Je puis choisir, dit-on, ou beaucoup d'ans sans gloire, Ou peu de jours suivis d'une longue mémoire. Mais, puisqu'il faut enfin que j'arrive au tombeau, Voudrais-je, de la terre inutile fardeau, Trop avare d'un sang reçu d'une déesse, Attendre chez...
Page 39 - Le poète me ménage, par le secret, un instant de surprise; il m'eût exposé, par la confidence, à une longue inquiétude. Je ne plaindrai qu'un instant celui qui sera frappé et accablé dans un instant. Mais que deviens-je, si le coup se fait attendre, si je vois l'orage se former sur ma tête ou sur celle d'un autre, et y demeurer longtemps suspendu?
Page 130 - C'est avoir profité que de savoir s'y plaire *. Un poème excellent, où tout marche et se suit, N'est pas de ces travaux qu'un caprice produit : II veut du temps, des soins; et ce pénible ouvrage Jamais d'un écolier ne fut l'apprentissage. Mais souvent parmi nous un...
Page 226 - Les baleines , sorties du fond des abîmes , sautent autour de lui , et reconnaissent leur roi. L'océan triomphe, ouvre ça et là devant lui ses ondes: le char vole avec légèreté , sans que l'aissieu d'airain soit mouillé par les flots.
Page 97 - Ja grêle et de, la neige qui blanchiront les campagnes , soit qu'il ordonne au démon des combats d'ouvrir sa bouche terrible et de souffler la discorde fatale ; ainsi se succédaient sans relâche les -soupirs qu'Agamemnon tirait du fond de son cœur ; ses entrailles étaient émues. Lorsqu'il se représente le camp ennemi , il est frappé du grand nombre de feux qui brûlent devant Troie, du bruit des flûtes et des chalumeaux , et des cris tumultueux des guerriers. Mais , quand il se peint l'armée...
Page 171 - ... Que ne puis-je rajeunir , reprendre la vigueur que je montrais lorsque nous combattîmes les Eléens, ravisseurs de nos troupeaux, et que , terrassant le fils d'Hypérochus , le grand Itymonée , qui habitait l'Elide , je revins chargé d'un riche butin ! Il défendait ses troupeaux à la tête des pasteurs qu'il avait rassemblés, quand il fut blessé d'un javelot parti de ma main; il tomba, et les nombreux pasteurs se dispersèrent. Nous enlevâmes de ces campagnes une immense proie; deux cents...
Page 164 - Jupiter a livrés aux fureurs de la discorde dévorante : dans le onzième livre, Hector frappe du fouet retentissant ses coursiers superbes; ils l'entendent, et, foulant aux pieds les armes , ils l'emportent entre les Troyens et les Grecs ; l'essieu , ainsi que le haut du char, est tout souillé du sang que font jaillir les chevaux et les cercles roulans des roues. Dans sa première description, le poete grec se contente de parler du formidable Mars, qui s'avance au combat.
Page 163 - Grecs, hâte-toi, monte sur ton char : que Machaon s'y place à tes côtés, et conduis-le promptement vers nos tentes ; le fils d'Esculape, habile à couper les traits, et à verser un baume salutaire dans les blessures, vaut seul un grand nombre de guerriers. A ces mots, Nestor monte sur son char; Machaon se place à côté de lui. Le vieillard frappe les coursiers, qui, secondant ses désirs, volent avec ardeur vers le rivage. Alors Cébrion, écuyer d'Hector, s'apercevant de la déroute des Troyens...
Page 48 - ... union intéressée. Nous voyons constamment que les héros recherchent une jeune fille sans songer à ses richesses, et quand Agamemnon, pour apaiser Achille, tente son ambition par une alliance, et lui fait offrir d'épouser celle de ses trois filles qui aura su toucher son cœur, ajoutant : « Loin d'exiger de lui les dons accoutumés, je la doterai d'immenses richesses, telles que jamais père n'en combla sa fille 1, » Achille accueille cette proposition avec indifférence. Les prétendants...
Page 11 - Il court vers les tentes des grecs, sa main fait éclater dans l'air «a robe de pourpre. Il monte sur l'immense vaisseau d'Ulysse, placé au milieu de tous les vaisseaux , les dominant , et d'où sa voix pouvait se faire entendre jusque dans la tente d'Ajax télamonien et dans celle d'Achille , qui , rassurés par leur valeur et par la force de leurs bras, avaient placé leurs navires aux deux extrémités des vaisseaux tirés sur le rivage. Là , il fait retentir sa voix terrible : Quelle honte...

Bibliographic information