Page images
PDF
EPUB

ACADÉMIE

DES

SCIENCES MORALES ET POLITIQUES

[graphic]

DE

L'ACADÉMIE

DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES

(INSTITUT DE FRANCE)

COMPTE RENDU

Fondé en 1842
PAR M. CH. VERGÉ
SOUS LA DIRECTION DE M. MIGNET

et continue
PAR MM. HENRY VERGÉ ET P. DE BOUTAREL

SOUS LA DIRECTION
DE M. GEORGES PICOT
SECRÉTAIRE PERPÉTUEL DE L'ACADÉMIE

67. ANNÉE

NOUVELLE SÉRIE
TOME SOIXANTE-HUITIÈME (CLXVIII DE LA COLLECTION)

1907 – DEUXIÈME SEMESTRE

PARIS
ALPHONSE PICARD & FILS
Libraires des Archivos nationales et de la Société de l'École des Chantes

Éditeurs des Comptes Rendus
de l'Académie dos Inscriptions et Belles-Lettres

82, RUE BONAPARTE, 82

[merged small][graphic]
[graphic][merged small][merged small][merged small]

LES DERNIERS JOURS ET LA MORT

DU DUC ET DE LA DUCHESSE

DE BOURGOGNE

Au mois de septembre 1711, la Cour était encore à Fontainebleau, dont le séjour, depuis la suppression des comédies et des fêtes, ne laissait pas

d'être assez morose. Certain soir, le Roi, la Duchesse de Bourgogne, les princesses et leurs dames étaient réunis dans le cabinet du Roi, après souper. La conversation était languissante. Le Roi était triste. Les nouvelles de l'armée et des négociations continuaient à être mauvaises. La Duchesse de Bourgogne s'efforçait de le distraire et de le divertir. « Elle avoit, dit Saint-Smon, baragouiné toutes sortes de langues et fait cent enfances pour l'amuser. » Dans un coin du cabinet, l'air hostile et dédaigneux, se tenaient la princesse de Conti et la duchesse de Bourbon, les deux rivales, on pourrait dire les deux ennemies de la Duchesse de Bourgogne. Leur attitude n'avait pas échappé à la princesse. Le Roi étant passé dans un arrière-cabinet pour donner à manger à ses chiens, elle prit d'une main la duchesse de Saint-Simon, de l'autre la marquise de Levis, deux de ses dames favorites, et elle leur dit : « Avez-vous vu? Avez-vous vu? Je sais comme elles qu'à tout ce que j'ai fait et dit il n'y a pas le sens commun et que cela est misérable, mais il lui faut du bruit et ces choses-là le divertissent; » et s'appuyant sur le bras de ses dames, elle se mit à sauter et à danser, en disant presque à haute voix : « Hé! je m'en ris! Hé! je me moque d'elles! Je

« PreviousContinue »