Page images
PDF
EPUB

Dans un lieu séparé de profanes témoins,
Je mets à les former mon étude et mes soins;
Et c'est là que fuyant l'orgueil du diadème,
Lasse de vains honneurs, et me cherchant moi-même;
Aux pieds de l'Eternel je viens m'humilier,
Et goûter le plaisir de me faire oublier.

à

Mon père,

FRAGMENT DE LA TRAGÉDIE D'IPHIGÉNIE

EN AULIDE.

(J. RACINE.) Agamemnon attend Iphigénie à l'autel pour l'immoler aux dieux. Mais comme elle tarde trop longtemps à paraître, il vient lui-même la demander. Il la trouve avec sa mère, qui l'avait retenue auprès d'elle. Ne croyant point que Clytemnestre et sa fille soient instruites du sacrifice qui se prépare, il presse Iphigénie de se rendre à l'autel, sous prétexte de Achille; mais il ne peut se méprendre aux larmes que laissent échapper les princesses. Arcas, s'écrie-t-il, Arcas, tu m'as trahi !

Iphigénie, (à Agamemnon,')
Cessez de vous troubler, vous n'êtes point trahi!
Quand vous commanderez, vous serez obéi.
Ma vie est votre bien : vous voulez la reprendre;
Vos ordres, sans détour, pouvaient se faire entendre.
D'un wil aussi content, d'un cœur aussi soumis
Que j'acceptais l'époux que vous m'aviez promis,
Je saurai, s'il le faut, victime obéissante,
Tendre au fer de Calchas? une tête innocente;
Et, respectant le coup' par vous-même ordonné,
Vous rendre tout le sang que vous m'avez donné.
Si pourtant ce respect,* si cette obéissance
Parait digne à vos yeux d'une autre récompense;
Si d'une mère en pleurs vous plaignez les ennuis,'
J'ose vous dire ici qu'en l'état où je suis
Peut-être assez d'honneurs environnaient ma vie
Pour ne pas souhaiter qu'elle me fût ravie,
Ni qu'en me l'arrachant un sévère destin,
Si près de ma naissance, en eût marqué la fin.
Fille d'Agamemnon, c'est moi qui, la première,
Seigneur, vous appelai de ce doux nom de père;
(1) Pron. Agamème-non.

(4) Pron. respec.
(2) Pron. Calcáss.

(5) Pron, an-nu-i. (3) Pron, cou.

Pron, dou non.

3

4

5

C'est moi qui, si longtemps le plaisir de vos yeux,
Vous ai fait de ce nom remercier les dieux,
Et pour qui, tant de fois prodiguant vos caresses,
Vous n'avez point du sang dedaigné les faiblesses.
Hélas ! Avec plaisir je me faisais conter
Tous les noms des pays que vous allez dompter,
Et, déjà d'Ilion présageant la conquête,
D'un triomphe si beau je préparais la fête.
Je ne m'attendais pas que, pour le commencer,
Mon sang' fût le premier que vous dussiez verser.
Non
que

la
peur

du

coup dont je suis menacée
Me fasse rappeler votre bonté passée :
Ne craignez rien : mon cour, de votre honneur jaloux,
Ne fera point rougir un père tel que vous ;
Et, si je n'avais eu que ma vie à défendre,
J'aurais su renfermer un souvenir si tendre.
Mais à mon triste sort,“ vous le savez, Seigneur,
Une mère, un amant, attachaient leur bonheur.
Un roi digne de vous a cru voir la journée
Qui devait éclairer notre illustre hyménée.
Déja, sûr de mon cour à sa flamme promis,
Il s'estimait heureux; vous me l'aviez permis.
Il sait votre dessein, jugez de ses alarmes.
Ma mère est devant vous, et vous voyez ses larmes.
Pardonnez aux efforts que je viens de tenter
Pour prévenir les pleurs que je leur vais coûter.
Agamemnon. Ma fille, il est trop vrai. J'ignore pour

quel crime
La colère des dieux demande une victime.
Mais ils vous ont nommée : un oracle cruel
Veut qu'ici votre sang coule sur un autel.
Pour défendre vos jours de leurs lois meurtrières,
Mon amour n'avait pas attendu vos prières.
Je ne vous dirai point combien j'ai résisté;
Croyez-en cet amour par vous-même attesté.
Cette nuit même encore, on a pu vous le dire,
J'avais révoqué l'ordre où l'on me fit souscrire.
Sur l'intérêt des Grecs vous l'aviez emporté :
Je vous sacrifiais mon rang, ma sûreté ;
Arcas allait du campo vous défendre l'entrée :
Les dieux n'ont pas voulu qu'il vous ait rencontrée ;
(1) Pron, san.

(4) Pron. conbi-ein.
(2) Pron, sor.

(5) Pron. ran. (3) Pron. effor.

(6) Pron, can.

4

:

Ils ont trompé les soins d'un père infortuné,
Qui protégeait en vain ce qu'ils ont condamné.
Ne vous assurez point sur ma faible puissance :
Quel frein pourrait d'un peuple arrêter la licence,
Quand les dieux, nous livrant à son zèle indiscret,
L'affranchissent d'un joug qu'il portait à regret?

a
Ma fille, il faut céder: votre heure est arrivée.
Songez bien dans quel rang vous êtes élevée.
Je vous donne un conseil qu'à peine je reçoi;
Du coup qui vous attend vous mourrez moins que moi.
Montrez, en expirant, de qui vous êtes née;
Faites rougir ces dieux qui vous ont condamnée.
Allez; et que les Grecs, qui vous vont immoler,
Reconnaissent mon sang en le voyant couler.
Clytemnestre,' (à Agamemnon.) Vous ne démentez point

une race funeste; Oui, vous êtes le sang d'Atrée et de Thyeste : 2 Bourreau de votre fille, il ne vous reste enfin Que d'en faire à sa mère un horrible festin. Barbare! C'est donc là cet heureux sacrifice Que vos soins préparaient avec tant d'artifice ! Quoi ! l'horreur de souscrire à cet ordre inhumain N'a pas, en le traçant, arrêté votre main! Pourquoi feindre à nos yeux une fausse tristesse ? Pensez-vous par des pleurs prouver votre tendresse ? Où sont-ils ces combats que vous avez rendus ? Quels flots de sang pour elle avez-vous répandus ? Quel débris parle ici de votre résistance ? Quel champ couvert de morts me condamne au silence ? Voilà par quels témoins il fallait me prouver Cruel, que votre amour a voulu la sauver. Un oracle fatal ordonne qu'elle expire ! Un oracle dit-il tout ce qu'il semble dire ? Le ciel, le juste ciel, par le meurtre honoré, Du sang de l'innocence est-il donc altéré ? Si du crime d'Hélène on punit sa famille, Faites chercher à Sparte Hermione sa fille; Laissez à Ménélas racheter d'un tel prix Sa coupable moitié dont il est trop épris. Mais vous, quelles fureurs vous rendent sa victime ? Pourquoi vous imposer la peine de son crime? (1) Pron. Clitème-nesstre.

(3) Pron. tou. (2) Pron. Tiesste.

(4) Pron. Ménélåss

1

Pourquoi moi-même, enfin, me déchirant le flanc,
Payer sa folle amour du plus pur de mon sang ?
Que dis-je, cet objet de tant de jalousie,
Cette Hélène qui trouble et l'Europe et l'Asie,
Vous semble-t-elle un prix digne de vos exploits ?
Combien nos fronts, pour elle, ont-ils rougi de fois !
Avant qu’un neud fatal l'unît à votre frère,
Thésée avait osé l'enlever à son père:
Vous savez, et Calchas mille fois vous l'a dit,
Qu'un hymena clandestin mit ce prince en son lit,
Et qu'il en eût pour gage une jeune princesse
Que sa mère a cachée au reste de la Grèce.
Mais non: l'amour d'un frère et son honneur blessé
Sont les moindres des soins dont vous êtes pressé;
Cette soif de régner, que rien ne peut éteindre,
L'orgueil de voir vingt rois vous servir et vous craindre,
Tous les droits de l'empire en vos mains confiés,
Cruel, c'est à ces dieux que vous sacrifiez!
Et, loin de repousser le coup qu'on vous prépare,
Vous voulez vous en faire un mérite barbare:
Trop jaloux d'un pouvoir qu'on peut vous envier,
De votre propre sang vous courez le payer,
Et voulez, par ce prix, épouvanter l'audace
De quiconque vous peut disputer votre place.
Est-ce donc être père ? Ah! toute ma raison
Cède à la cruauté de cette trahison.
Un prêtre, environné d'une foule cruelle,
Portera sur ma fille une main criminelle,
Déchirera son sein, et, d'un oeil curieux,
Dans son cæur palpitant consultera les dieux !
Et moi, qui l'amenai triomphante, adorée,
Je m'en retournerai seule et désespérée !
Je verrai les chemins encor tout parfumés
Des fleurs dont sous ses pas on les avait semés !
Non, je ne l'aurai point amenée au supplice;
Ou vous ferez aux Grecs un double sacrifice.
Ni crainte ni respect ne peut m'en détacher;
De mes bras tout sanglants il faudra l'arracher.
Aussi barbare époux qu'impitoyable père,
Venez, si vous l'osez, la ravir à sa mère.

:

3

(1) Pron. fron.

(2) Pron, himein or himène. (3) Pron. tro.

DIALOGUE ENTRE ACHILLE' ET AGAMEMNON. Après que Clytemnestre a fait éclater les emportements d'une mère en fureur, Achille vient employer la menace. La fougue impétueuse de ce jeune héros, et la fierté du superbe Agamemnon, occasionnent encore une scène fort belle.

Ach. Un bruit assez étrange est venu jusqu'à moi,
Seigneur; je l'ai jugé trop peu digne de foi.
On dit, et sans horreur je ne puis le redire,
Qu'aujourd'hui, par votre ordre, Iphigénie expire :
Que vous-même, étouffant tout sentiment humain,
Vous l'allez à Calchas livrer de votre main.
On dit que, sous mon nom à l'autel appelée,
Je ne l'y conduisais que pour être immolée;
Et

que, d'un faux hymen nous abusant tous deux, Vous vouliez me charger d'un emploi si honteux. Qu'en dites-vous, seigneur? Que faut-il que j'en

pense ?

Ne ferez-vous pas taire un bruit qui vous offense ?
Aga. Seigneur, je ne rends point compte de mes des-

seins :
Ma fille ignore encor mes ordres souverains;
Et, quand il sera temps qu'elle en soit informée,
Vous apprendrez son sort, j'en instruirai l'armée.

Ach. Ah! Je sais trop le sort que vos lui réservez !
Aga. Pourquoi le demander, puisque vous le savez?
Ach. Pourquoi je le demande ? Ociel! Le puis-je

croire !
Qu'on ose des fureurs avouer la plus noire ?
Vous pensez qu'approuvant vos desseins odieux,
Je vous laisse immoler votre fille à mes yeux ?
Que ma foi, mon amour, mon honneur

у consente ? Aga. Mais vous qui me parlez d'une voix menaçante, Oubliez-vous ici qui vous interrogez ?

Ach. Oubliez-vous qui j'aime, et qui vous outragez ?

Aga. Et qui vous a chargé du soin de ma famille ?
Ne pourrai-je, sans vous, disposer de ma fille ?
Ne suis-je plus son père ? Êtes-vous son époux ?
Et ne peut-elle.
Ach.

Non : elle n'est plus à vous.
On ne m'abuse point par des

promesses

vaines : Tant qu'un reste de sang coulera dans mes veines,

(1) Pron. Ashil.

[blocks in formation]
« PreviousContinue »