Page images
PDF
EPUB

Par l'impropriété d'un mot sauvage et bas
Qu'en termes décisifs condamne Vaugelas.

Chr. Est-ce là .
Phi.

Quoi! toujours, malgré nos remontrances,
Heurter le fondement de toutes les sciences,
La grammaire, qui sait régenter jusqu'aux rois,
Et les fait, la main haute, obéir à ses lois !

Chr. Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.
Phi. Quoi! vous ne trouvez pas ce crime impardon-

nable ?
Chr. Si fait.
Phi.

Je voudrais bien que vous l'excusassiez
Chr. Je n'ai garde.
Bél.

Il est vrai que ce sont des pitiés :
Toute construction est par elle détruite;
Et des lois du langage on l'a cent fois instruite.

Mar. Tout ce que vous prêchez est, je crois, bel et bon; Mais je ne saurais, moi, parler votre jargon.

Phi. L'impudente ! appeler un jargon le langage Fondé sur la raison et sur le bel usage!

Mar. Quand on se fait entendre, on parle toujours bien, Et tous vos biaux dictons ne servent pas de rien.

Phi. Hé bien ! ne voilà pas encore de son style ?
Ne servent pas de rien !
Bél.

O cervelle indocile !
Faut-il qu'avec les soins qu'on prend incessamment
On ne te puisse apprendre à parler congrûment!
De mis avec rien tu fais la récidive;
Et c'est, comme on t'a dit, trop d'une négative.

Mar. Mon Dieu ! je n'avons pas étugué comme vous," Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.

Phi. Ah! peut-on y tenir ?
Bél.

Quel solécisme horrible !
Phi. En voilà pour tuer une oreille sensible.

Bél. Ton esprit, je l'avoue, est bien matériel:
Je n'est qu'un singulier, avons est un pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?

Mar. Qui parle d'offenser grandmère ni grand-père ?
Ph. 0 ciel!
Bél.

Grammaire est prise à contre-sens par toi. Et je t'ai dit déjà d'où vient ce mot.

Ma foi !
Qu'il vienne de Chaillot, d'Auteuil, ou de Pontoise.
Cela ne me fait rien.

pas

Mar.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][subsumed]

Ne vous sauveront pas, je vous en avertis:

Vous viendrez toutes au logis.
Il prophétisait vrai : notre maître Mitis,
Pour la seconde fois, les trompe et les affine,

Blanchit sa robe et s'enfarine ;

Et, de la sorte déguisé,
Se niche et se blottit dans une huche ouverte.

Ce fut à lui bien avisé :
La gent trotte-menu s'en vient chercher sa perte.
Un rat, sans plus, s'abstient d'aller flairer autour-
C'était un vieux routier, il savait plus d'un tour;
Même il avait perdu sa queue à la bataille.
Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille,
S'écria-t-il de loin au général des chats :
Je soupçonne dessous encor quelque machine.

Rien ne te sert d'être farine;
Car, quand tu serais sac, je n'approcherais pas.
C'était bien dit à lui; j'approuve sa prudence:

Il était expérimenté,
Et savait que la méfiance
Est mère de la sûreté.

Dépeupler, clear; appui, prop; mort-aux-rats, rats'-bane; au prix, compared ; avait beau, was of no use; tanières, holes ; le galant, the fellow; fait le mort, pretends to be dead ; plancher, ceiling, scélérate, wicked ; cordons, strings ; châtiment, punishment; larcin, robbery; rôt, roast beef; fromage, cheese ; garnement, fellow; enterrement, funeral ; nids à rats, rats' holes ; ressortant, coming out again; en quête, in search; une autre fête, a funny change; pendu, hanged one; ressuscite, rises from the dead'; attrape, catches ; paresseuses (lazy), slow; plus d'un, more than one trick ; gobant, eating; guerre, war; tour de vieille guerre, an old trick; cavernes, holes ; creuses, deep; en avertis, warn, teil ; au logis, to my house, I will have you all; mitis, cat; affine, outwits ; blanchit, whitens ; s'enfarine, covers himself with flour; se niche, lodges himself ; se blottit, squats ; huche, hutch ; ce fut à lui bien avisé, he acted wisely; gent, people; trotte-menu, short trotting; s'en vient, come ; chercher sa perte, for their ruin; sans plus, no more, only; fairer, to scent; vieux routier, old, shrewd fellow, soldier ; queue, tail; rien qui vaille, nothing good, de loin, at a distance ; machine, machinery, trick ; rien ne te sert, it is no use for you ; quand tu serais, were you even; c'était bien dit à lui, he was right to speak so; était expérimenté, had. experience ; méfiance, distrust; sûreté, safety.

LES ANIMAUX MALADES DE LA PESTE.

(LE MÊME.)
Un mal qui répand la terreur,
Mal

que le ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom),
Capable d'enrichir en un jour l’Achéron,

Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :

On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie,

Nul mets n'excitait leur envie :
Ni loups ni renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie:
Les tourterelles se fuyaient;

Plus d'amour, partant plus de joie.
Le lion tint conseil, et dit: Mes chers amis,

Je crois que le ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune:

Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux;
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents

On fait de pareils dévoûments.
Ne nous flattons donc point, voyons sans indulgence

L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons,

J'ai dévoré force moutons.

Que m'avaient-ils fait ? nulle offense.
Même il m'est arrivé quelquefois de manger

Le berger.
Je me dévoûrai donc, s'il le faut: mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi;
Car on doit souhaiter, selon toute justice,

Que le plus coupable périsse.
Sire, dit le renard, vous êtes trop bon roi;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse.
Eh bien ! manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché? Non, non. Vous leur fîtes, seigneur,

En les croquant, beaucoup d'honneur.
Et quant au berger, l'on peut dire

Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux

Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le renard; et flatteurs d'applaudir,

On n'osa trop approfondir
Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances,

Les moins pardonnables offenses :
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples matins,
· Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'âne vint à son tour, et dit: j'ai souvenance

Qu'en un pré de moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense,

Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !

Rien la mort n'était capable
D'expier son forfait. On le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Peste, plague ; mets, mess, meats; épiaient, spied ; tourterelles, turtle doves ; se fuyaient, shunned one another ; partant, then; coupable, guilty; courroux, wrath; guérison, cure, relief ; devoûments, sacrifices; force, deal of ; berger, shepherd; canaille, rascals; croquant, eating ; quant au, as to the; approfondir, scrutinise; mâtins, mastiffs; occasion, opportunity; tondis, shore, grazed; pré, meadow; largeur, breadth; net, frankly; cria haro sur, rebuked , baudet, donkey; loup, wolf; quelque peu clerc, somewhat learned ; pelé, bald; galeux, scabby ; peccadille, peccadillo; pendable, hanging; forfait, misdoing.

que

LE CHAT, LA BELETTE, ET LE PETIT LAPIN.

(LE MÊME.)
Du palais d'un jeune lapin
Dame belette, un beau matin,

S'empara : c'est une rusée.
Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée.

« PreviousContinue »