Page images
PDF
EPUB

DES MATIÈRES.

EÇONS DE PHILOSOPHIE. Introduction à la

' seconde partie. . pag.
Dans quelle acception nous prenons lemot philo-

sophie. Principales découvertes des philo-
sophes depuis Descartes. Résumé de la pre-
mière partie du cours de philosophie. In-
dication des suivantes. Nous nous bor-
nons à l'étude de l'entendement, que nous
considérons dans ses effets ou dans les
idées, après l'avoir considéré dans ses fa-

cultés. ................. I
SECONDE PARTIE. De l'entendement considéré

dans ses effets, ou, des idées.

[ocr errors]

PREMIÈRE LEÇON. De la nature des idées.
Importance du sujet. Divisions des philosophes

sur la nature de l'idée, Cause principale,
et effets de ces divisions. Comparaison de
la méthode des chimistes et de celle des
métaphysiciens. Les uns vont des choses
aux mots. Les autres veulent aller aux cho-
ses par les mots. En quoi consiste la nature
de l'idée .................

25
II. LEÇON. Des origines , et des causes de nos idées.

pag. Les philosophes ne sont pas moins divisés sur

l'origine de nos idées que sur leur nature.
Du mot sentir. Les idées sensibles ont leur
origine dans le sentiment-sensation ; les
idées des facultés de l'âme, dans le senti-
ment de l'action de ces facultés ; les idées
de rapport, dans le sentiment de rapport;
les idées morales , dans le sentiment moral.
Ces quatre espèces d'idées sont produites
par l'action des facultés de l'entendement
appliquées aux quatre manières de sentir. 52

III. LEÇON. — Les diverses origines de nos idées

ne peuvent pas étre ramenées à une seule
origine. Réflexions sur la formation des
sciences.

Les philosophes n'ayant pas remarqué les diffé

rentes manières de sentir dont notre âme est
susceptible , se sont trouvés dans l'impos-
sibilité de résoudre le problème de l'origine
des idées. Les quatre espèces de sentimens
d'où dérivent quatre espèces d'idées, ont cha-
cun une nature qui leur est propre. Absurdité
du spinosisme. Deux conditions indispensa-
bles pour la création des sciences. Nos di-
vers sentimens ne sont pas subordonnés ene

[graphic]

pag. tre eux de la même manière que nos facultés. Comparaison des plaisirs des sens , des plaisirs de l'esprit, et des plaisirs du coeur. 76

IV. LEÇON. - ECLAIRCISSEMENS SUR LA NATURE

DES IDÉES. Des idées dans leur rapport aux
images , aux souvenirs et aux jugemens.

La question de l'origine des idées avait été ra

'menée à une disjonctive dont les deux mem-
bres sont également faux. Différence entrela
nature , l'origine et les causes de nos idées,
Il ne faut pas confondre les idées avec les
images, ni avec les souvenirs. Les philoso-
phes n'ont vu dans le jugement qu'une per-
ception de rapport, ou une affirmation. L'i-
dée est un jugement d'une espèce particu-
lière. En quoi consiste la perfection des
idées. - Exemples. Combien nous devons à
la parole. Cause de l'inégalité des esprits.
Des scolastiques. Conclusion. ...... 102,

Ve. LEÇON. - ÉCLAIRCISSEMENS SUR L'ORIGINE

DES IDÉES. Fausse doctrine de l'école de
Descartes et de celle de Locke.

Critique des philosophes qui font dériver l'in

telligence des seules sensations. Quelle est
la part des sensations. Erreur de ceux qui
enseignent que toutes les idées viennent des

pag. sens, et de ceux qui enseignent que les idées sont innées. Critique d'un passage de la Logique de Port-Royal, au sujet de l'idée de la pensée. Critique de la maxime , il n'y a rien dans l'entendement qui n'ait été auparavant dans le sens. Toute idée a été sentiment. Hors du sentiment il n'y a rien pour l'intelligence de l'homme. ...... 143

VI'. LEÇON.- ÉCLAIRCISSEMENS SUR LES CAUSES

DE NOS IDÉES. Des rapports. Diverses ques-
tions sur les idées.

Sentir et connaître ne sont pas une même chose.

Des idées de rapport. En quoi elles diffè-
rent des idées absolues. Toutes les idées
sont l'ouvrage de l'esprit. L'homme n'a
pas le droit de se plaindre de son ignorance.
Solution de plusieurs questions relatives
aux idées. ...............6 175

VIIE. LEÇON.— Objections contre l'ordre de nos

leçons, et contre notre doctrine des idées.

On objecte, 1°. que la logique doit précéder les

autres parties de la philosophie , et que la
métaphysique doit traiter successivement
des sensations, des idées, et des facultés
de l'âme ; 2°. que d'après la doctrine que
nous avons exposée, l'intelligence est et

pag. n'est pas une même chose que la sensibilité. Réponses. ............... 207

VIII. leçon. Des idées innées.

Deux opinions principales sur l'origine des

idées. Systèmes imaginés par les philoso-
phes pour expliquer comment un mouve-
ment du cerveau est suivi d'une idée. In-
flux physique. Médiateur. Causes occasio-
nelles. Harmonie préétablie. Sentiment de
Pascal. Idées en Dieu, Platon. Mallebran-
che. Idées innées. Descartes n'admet pas les
idées innées dans le sens qu'on les lui at-
tribue. Idées innées d'après Leibnitz. Pas-
sages de Descartes qui font connaître sa
vraie pensée. En quoi son opinion sur l'ori-
gine des idées diffère de celle de Locke, et
de celle de Condillac. Pourquoi Descartes
tenait à son système. Pourquoi Leibnitz
tenait au sien. Lemot entendement, source
de division. Idées spirituelles ,autre source
de division. Le mot pensée, autre source
de division. De la table rase. L'opinion des
idées innées , sous quelque forme qu'on la
présente, ne peut soutenir l'examen de la
raison. ................ 247

« PreviousContinue »