Oeuvres de Séneque le philosophe, Volume 1

Front Cover
chez Letourmi le jeune, 1794
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 151 - Jamais je n'ai voulu plaire au peuple : ce que je sais n'est pas de son goût ; et ce qui serait de son goût , je ne le sais pas.
Page 483 - Je lui rappelai alors cette maxime de Sénèque : «La teinte légère d'un enduit extérieur n'en impose qu'à peu de gens ; la vérité, de quelque côté qu'on la regarde, est toujours la même; la fausseté n'a pas de consistance ; le mensonge est transparent : avec de l'attention, on peut voir à travers.
Page 418 - Vous vous plaigniez, lui dit-il, que mes lettres ne sont pas assez soignées ; mais soigne-t-on sa conversation, à moins qu'on ne veuille parler d'une manière affectée? Je veux que mes lettres ressemblent à une conversation que nous aurions ensemble, assis ou en marchant...
Page 195 - S'il s'offre à vos regards une vaste forêt, peuplée d'arbres antiques, dont les cimes montent jusqu'aux nues et dont les rameaux entrelacés vous dérobent l'aspect du ciel, cette hauteur démesurée, ce silence profond, ces masses d'ombres que la distance épaissit et rend continues, tant de signes ne vous intiment-ils pas la présence d'un Dieu? Sur un antre creusé dans un énorme...
Page 195 - Point d'homme de bien qui n'ait au-dedans de « lui un dieu : sans son assistance , quel mortel « s'élèverait au-dessus de la fortune ? De lui nous « viennent les résolutions grandes et fortes. Dans « le sein de tout homme vertueux, j'ignore quel « dieu , mais il habite un dieu. S'il s'offre à vos « regards une forêt peuplée d'arbres antiques « dont les cimes montent jusqu'aux cieux , et dont « les rameaux pressés vous cachent l'aspect du « ciel, cette hauteur démesurée, ce silence...
Page xxxi - II n'a pas tenu à M. le B. d'H. que ces faits ne restassent toujours ignorés ; car personne , peut-être , n'a observé plus fidèlement que lui ce précepte de la Fontaine : Entre la chair et la chemise , II faut cacher le bien qu'on fuit.
Page 196 - ... la Divinité de plus près, séjourne avec nous, mais sans abandonner le lieu de son origine : elle y reste attachée , elle le regarde , elle y aspire , et ne vieut un moment sur la terre que comme un être supérieur.
Page 301 - Avant la vieillesse , je pensois à bien vivre j je ne pense aujourd'hui qu'à bien mourir , c'est-à-dire avec résignation. Tâchons de ne rien, faire à regret. Ce qui doit arriver , arrivera , quoi qu'on fasse : la nécessité n'est : que pour les rebelles ; il n'y en a plus ,
Page 412 - ... véritablement, en commençant par les plus petites. Si tu aimes un pot de terre, dis-toi que tu aimes un pot de terre ; car ce pot venant à se casser, tu n'en seras point troublé.
Page 187 - Il sait qu'une aine grande est au-dessus des grandeurs , et que la médiocrité est préférable à l'opulence. La médiocrité rend l'homme heureux ; l'opulence nuit par son excès même. Ainsi les- épis trop pressés se renversent : ainsi les branches rompent sous le poids des fruits, et l'excessive fécondité nuit à la maturité. L'âme succombe de même sous le faix du bonheur : elle en abuse contre les autres , et sur-tout , contre elle-même.

Bibliographic information