Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Ptolomée , fils de Lagus et premier roi d'Egypte, entretint toujours un commerce étroit avec ce philosophe. Il mourut enfin accablé d'années et de fatigues, et il cessa tout à la fois de travailler et de vivre. Toute la Grèce le pleura , et tout le peuple athénien assista à ses funérailles.

L'on raconte de lui que dans son extrême vieillesse , ne pouvant plus marcher à pied , il se faisait porter en litière par la ville, où il était vu du peuple à qui il était si cher. L'on dit aussi que ses disciples, qui entouraient son lit lorsqu'il mourut, lui ayant demandé s'il n'avait rien à leur recommander, il leur tint ce discours : « La vie nous séduit, elle nous promet de grands plai» sirs dans la possession de la gloire; mais à peine commence-t-on » à vivre, qu'il faut mourir. Il n'y a souvent rien de plus stérile » que l'amour de la réputation. Cependant, mes disciples, con» tentez-vous : si yous négligez l'estime des hommes, vous vous

épargnez à vous-mêmes de grands travaux ; s'ils ne rebutent point votre courage, il peut arriver que la gloire sera votre

récompense. Souvenez-vous seulement qu'il y a dans la vie » beaucoup de choses inutiles, et qu'il y en a peu qui mènent à ý une fin solide. Ce n'est point à moi à délibérer sur le parti que

je dois prendre , il n'est plus temps : pour vous, qui avez à

me survivre, vous ne sauriez peser trop mûrement ce que vous » devez faire. » Et ce furent là ses dernières paroles. Cicéron, dans le troisième livre des Tusculanes , dit

que Théophraste mourant se plaignit de la nature, de ce qu'elle avait accordé aux cerfs et aux corneilles une vie si longue et qui leur est si inutile , lorsqu'elle n'avait donné aux hommes qu’une vie très-courte, bien qu'il leur importe si fort de vivre long-temps'; que si l'âge des hommes eût pu s'étendre à un plus grand nombre d'années, il serait arrivé que leur vie aurait été cultivée par une doctrine universelle, et qu'il n'y aurait eu dans le monde ni art ni science qui n'eût atteint sa perfection (1). Et saint Jérôine, dans l'endroit déjà cité, assure que Théophraste , à l'âge de cent sept ans, frappé de la maladie dont il mourut, regretta de sortir de la vie dans un temps où il faisait

que commencer à être sage (2) Il avait coutume de dire qu'il ne faut pas

aimer ses amis pour (1) « Theophrastus moriens accusasse naturam dicitur quòd cervis et corni» cibus vitam diuturnam, quorum id nihil interesset , hominibus , quorum » maximè interfuisset , tam exiguam vitam dedisset ; quorum si ætas potuisset » esse longinquior , futurum fuisse ut, omnibus perfectis artibus, omni doc» trinâ vita hominum erudirctur. » Tusc. , liv. III, chap. 28.

(2) Epist. ad Nepotianum. « Sapicns vir Græciæ Theophrastus , cùm expletis » centum et septem annis se mori cerneret, dixisse fertur se dolere quòd lum » egrederetur è vitâ , quandò sapere coepisset. »

ne

les éprouver, mais les éprouver pour les aimer; que les amis doivent être communs entre les frères, comme tout est commun entre les amis; que l'on devait plutôt se fier à un cheval sans frein , qu'à celui qui parle sans jugement; que la plus forte dépense que l'on puisse faire est celle du temps. Il dit un jour à un homme qui se taisait à table dans un festin : « Si tu es un » habile homme, tu as tort de ne pas parler ; mais s'il n'est » pas ainsi , tu en sais beaucoup. » Voilà quelques unes de ses maximes.

Mais si nous parlons de ses ouvrages , ils sont infinis, et nous n'apprenons pas que nul ancien ait plus écrit que Théophraste. Diogène Laerce fait l'énumération de plus de deux cents traités differens, et sur toutes sortes de sujets, qu'il a composés. La plus grande partie s'est perdue par le malheur des temps , et l'autre se réduit à vingt traités, qui sont recueillis dans le volume de ses auvres. L'on y voit neuf livres de l'histoire des plantes, six livres de leurs causes : il a écrit des vents , du feu, des pierres, du miel, des signes du beau temps, des signes de la pluie, des signes de la tempête , des odeurs, de la sueur, du vertige, de la lassitude, du relâchement des nerfs, de la défaillance, des poissons qui vivent hors de l'eau, des animaux qui changent de couleur, des animaux qui naissent subitement, des animaux sujets à l'envie , des caractères des meurs. Voilà ce qui nous reste de ses écrits : entre lesquels ce dernier seul, dont on donne la traduction , peut répondre non-seulement de la beauté de ceux que

l'on vient de déduire, mais encore du mérite d'un nombre infini d'autres qui ne sont point venus jusqu'à nous.

Que si quelques uns se refroidissaient pour cet ouvrage moral par les choses qu'ils y voient, qui sont du temps auquel il a été écrit , et qui ne sont point selon leurs mæurs; que peuvent-ils faire de plus utile et de plus agréable pour eux, que de se défaire de cette prévention pour leurs coutumes et leurs manières , qui, sans autre discussion , non-seulement les leur fait trouver les meilleures de toutes , mais leur fait presque décider que tout ce qui n'y est pas conforme est méprisable , et qui les prive, dans la lecture des livres des anciens, du plaisir et de l'instruction qu'ils en doivent attendre?

Nous, qui sommes si modernes, serons anciens dans quelques siècles. Alors l'histoire du nôtre fera goûter à la postérité la vénalité des charges , c'est-à-dire, le pouvoir de protéger l'innocence , de punir le crime, et de faire justice à tout le monde , acheté à deniers comptans comme une métairie ; la splendeur des partisans , gens si méprisés chez les Hébreux et chez les Grecs. L'on entendra parler d'une capitale d'un grand royaume où il

rebutés par

n'y avait ni places publiques, ni bains, ni fontaines, ni amphithéâtres, ni galeries, ni portiques, ni promenoirs, qui était pourtant une ville merveilleuse. L'on dira que tout le cours de la vie s'y passait presque à sortir de sa maison pour aller se renfermer dans celle d'un autre; que d'honnêtes femmes, qui n'étaient ni marchandes ni hôtelières , avaient leurs maisons ouvertes à ceux qui payaient pour y entrer ; que l'on avait à choisir des dés, des cartes , et de tous les jeux ; que l'on mangeait dans ces maisons , et qu'elles étaient commodes à tout commerce. L'on saura que le peuple ne paraissait dans la ville que pour y passer avec précipitation; nul entretien , nulle familiarité; que tout y

était farouche et comme alarmé par le bruit des chars qu'il fallait éviter, et qui s'abandonnaient au milieu des rues, comme on fait dans une lice

pour remporter le prix de la course. L'on apprendra sans étonnement qu'en pleine paix, et dans une tranquillité publique, des citoyens entraient dans les temples , allaient voir des femmes, ou visitaient leurs amis , avec des armes offensives , et qu'il n'y avait presque personne qui n'eût à son côté de quoi pouvoir d'un seul coup en tuer un autre. Ou si ceux qui viendront après nous , des mours si étranges et si différentes des leurs, se dégoûtent par là de nos mémoires, de nos poésies , de notre comique et de nos satires, pouvons-nous ne les pas plaindre par avance de se priver eux-mêmes, par cette fausse délicatesse, de la lecture de si beaux ouvrages , si travaillés , si réguliers, et de la connaissance du plus beau règne dont jamais l'histoire ait été embellie ?

Ayons donc pour les livres des anciens cette même indulgence que nous espérons nous-mêmes de la postérité, persuadés que les hommes n'ont point d'usages ni de coutumes qui soient de tous les siècles; qu'elles changent avec les temps; que nous sommes trop éloignés de celles qui ont passé, et trop proches de celles qui règnent encore , pour être dans la distance qu'il faut faire des unes et des autres un juste discernement. Alors, ni ce que nous appelons la politesse de nos meurs , ni la bienséance de nos coutumes , ni notre faste , ni notre magnificence, ne nous préviendront pas davantage contre la vie simple des Athéniens, que contre celle des premiers hommes, grands par eux-mêmes, et indépendamment de mille choses extérieures qui ont été depuis inventées pour suppléer peut-être à cette véritable grandeur qui n'est plus.

La nature se montrait en eux dans toute sa pureté et sa dignité, et n'était point encore souillée par la vanité, par le luxe et par la sotte ambition. Un homme n'était honoré sur la terre qu'à cause de sa force ou de sa vertu : il n'était point riche

par charges ou des pensions , mais par son champ, par ses troupeaux ,

pour

des

par ses enfans et ses serviteurs : sa pourriture était saine et naturelle , les fruits de la terre , le lait de ses animaux et de ses brebis ; ses vêtemens simples et uniformes, leurs laines, leurs toisons ; ses plaisirs innocens , une grande récolte , le mariage de ses enfans, l'union avec ses voisins , la paix dans sa famille. Rien n'est plus opposé à nos meurs que toutes ces choses ; mais l'éloignement des temps nous les fait goûter, ainsi que la distance des lieux nous fait recevoir tout ce que les diverses relations ou les livres de voyages nous apprennent des pays lointains et des nations étrangères.

Ils racontent une religion , une police, une manière de se nourrir , de s'habiller , de bâtir et de faire la guerre, qu'on ne savait point; des meurs que l'on ignorait : celles qui approchent des nôtres nous touchent, celles qui s'en éloignent nous étonnent; mais toutes nous amusent: moins rebutés par la barbarie des manières et des coutumes de peuples si éloignés, qu'instruits et même réjouis par leur nouveauté, il nous suffit que ceux dont il s'agit soient Siamois , Chinois, Nègres ou Abyssins.

Or, ceux dont Théophraste nous peint les moeurs dans ses caractères étaient Athéniens , et nous som ines Français : et si nous joignons à la diversité des lieux et du climat le long intervalle des temps, et que nous considérions que ce livre a pu être écrit la dernière année de la cent quinzièine olympiade , trois cent quatorze ans ayant l'ère chrétienne, et qu'ainsi il y a deux mille ans accomplis que vivait ce peuple d'Athènes dont il fait la peinture, nous admirerons de nous y reconnaître nous-mêmes, nos amis , nos ennemis, ceux avec qui nous vivons, et que cette ressemblance avec des hommes séparés par tant de siecles soit si entière. En effet, les hommes n'ont point changé selon le coeur et selon les passions; ils sont encore tels qu'ils étaient alors , et qu'ils sont marqués dans Theophraste, vains, dissimulés, flaiteurs, intéressés , effrontés , importuns, défians, médisans , querelleurs, superstitieux.

Il est vrai , Athènes était libre, c'était le centre d'une république : ses citoyens étaient égaux, ils ne rougissaient point l'un de l'autre; ils marchaient presque seuls et à pied dans une ville propre, paisible et spacieuse, entraient dans les boutiques et dans les marchés , achetaient eux-mêmes les choses nécessaires ; l'émulation d'une cour ne les faisait point sortir d'une vie commune : ils réservaient leurs esclaves pour les bains, pour les repas , pour le service intérieur des maisons , pour les

voyages ils passaient une partie de leur vie dans les places, dans les temples, aux amphithéâtres, sur un port, sous des portiques, et au milieu d'une ville dont ils étaient également les maîtres. le peuple

La Bruyère.

[ocr errors]

18

et

s'assemblait pour parler ou pour délibérer des affaires publiques; ici, il s'entretenait avec les étrangers ; ailleurs, les philosophes tantôt enseignaient leur doctrine , tantôt conféraient avec leurs disciples : ces lieux étaient tout à la fois la scène des plaisirs et des affaires. Il y avait dans ces moeurs quelque chose de simple et de populaire , et qui ressemble peu aux nôtres, je l'avoue; mais cependant quels hommes en général que les Athéniens , quelle ville qu'Athènes ! quelles lois ! quelle police ! quelle valeur! quelle discipline! quelle perfection dans toutes les sciences et dans tous les arts! mais quelle politesse dans le commerce ordinaire et dans le langage! Théophraste, le même Théophraste dont l'on vient de dire de si grandes choses, ce parleur agréable, cet homme qui s'exprimait divinement, fut reconnu étranger et appelé de ce nom par une simple femme de qui il achetait des herbes au marché , et qui reconnut, par je ne sais quoi d'attique qui lui manquait , et que les Romains ont depuis appelé urbanité, qu'il n'était pas Athénien : et Cicéron rapporte que ce grand personnage demeura étonné de voir qu'ayant vieilli dans Athènes, possédant si parfaitement le langage attique, et en ayant acquis l'accent par une habitude de tant d'années, il ne s'était pu donner ce que le simple peuple avait naturellement et sans nulle peine (1). Que si l'on ne laisse pas de lire quelquefois dans ce traité des Caractères de certaines maurs qu'on ne peut excuser, et qui nous paraissent ridicules, il faut se souvenir qu'elles ont paru telles à Théophraste , qui les a regardées comme des vices dont il a fait une peinture naive qui fit honte aux Athéniens, et qui servit à les corriger.

Enfin, dans l'esprit de contenter ceux qui reçoivent froidement tout ce qui appartient aux étrangers et aux anciens, et qui n'estiment

que leurs mours, on les ajoute à cet ouvrage. L'on a cru pouvoir se dispenser de suivre le projet de ce philosophe , soit

parce qu'il est toujours pernicieux de poursuivre le travail d'autrui, surtout si c'est d’un ancien ou d'un auteur d'une grande réputation; soit encore parce que cette unique figure qu'on appelle description ou énumération , employée avec tant de succès dans ces vingt-huit chapitres des Caractères , pourrait en avoir un beaucoup moindre , si elle était traitée par un génie fort inférieur à celui de Théophraste.

(1) « Tincam multa ridiculè dicentem Granius obruebat, nescio quo sapore » vernaculo : ut ego jam non mirer illuil Theophrasto accidisse quod dicitur » cùm percontaretur ex aniculâ quâdam quanti aliquid venderet ; et respon» disset illa atque addidisset , Hospes , non pote minoris ; tulisse eum moleste » se non effugere hospitis speciem , cùm ætatem ageret Athenis optimèque » loqueretur. Omnind , sicut opinor , in nostris est quidam urbanorum sicut » illic Alticorum sonus, » BRUTUS, cap. 46.

« PreviousContinue »