Page images
PDF
EPUB

Protée : semblable quelquefois à un joueur habile , il ne montre ni humeur, ni complexion, soit pour ne point donner lieu aux conjectures, ou se laisser pénétrer , soit pour ne rien laisser échapper de son secret par passion ou par faiblesse. Quelquefois aussi il sait feindre le caractère le plus conforme aux vues qu'il a, et aux besoins où il se trouve , et paraître tel qu'il a intérêt que les autres croient qu'il est en eslet. Ainsi dans une grande puissance , ou dans une grande faiblesse qu'il veut dissimuler , il est ferme et inflexible, pour ôter l'envie de beaucoup obtenir; ou il est facile, pour fournir aux autres les occasions de lui demander , et se donner la même licence. Une autre fois , ou il est profond et dissimulé, pour cacher une vérité en l'annonçant, parce qu'il lui importe qu'il l’ait dite , et qu'elle ne soit pas 'crue; ou il est franc et ouvert, afin que lorsqu'il dissimule ce qui ne doit pas être su , l'on croie néanmoins qu'on n'ignore rien de ce que l'on veut savoir , et que l'on se persuade qu'il a tout dit. De même , ou il est vif et grand parleur pour faire parler les autres, pour empêcher qu'on ne lui parle de ce qu'il ne veut pas ou de ce qu'il ne doit pas savoir , pour dire plusieurs choses indifférentes qui se modifient, ou qui se détruisent les unes les autres, qui confondent dans les esprits la crainte et la confiance , pour se défendre d’une ouverture qui lui est échappée par une autre qu'il aura faite ; ou il est froid et taciturne, pour jeter les autres dans l'engagement de parler , pour écouter long-temps, pour être écouté quand il parle, pour parler avec ascendant et avec poids , pour faire des promesses ou des menaces qui portent un grand coup, et qui ébranlent. Il s'ouvre et parle le premier, pour, en découvrant les oppositions, les contradictions, les brigues et les cabales des ministres étrangers sur les propositions qu'il aura avancées , prendre ses mesures et avoir la réplique; et dans une autre rencontre il parle le der. nier, pour ne point parler en vain , pour être précis, pour connaître parfaitement les choses sur quoi il est permis de faire fonds pour lui ou pour ses alliés, pour savoir ce qu'il doit demander et ce qu'il peut obtenir. Il sait parler en termes clairs et formels : il sait encore mieux parler ambigument, d'une manière enveloppée , user de tours ou de mots équivoques qu'il peut faire valoir ou diminuer dans les occasions et selon ses intérêts. Il demande peu quand il ne veut pas donner beaucoup. Il demande beaucoup pour avoir peu et l'avoir plus sûrement. Il exige d'abord de petites choses, qu'il prétend ensuite lui devoir être comptées pour rien, et qui ne l’excluent pas d'en demander une plus grande ; et il évite au contraire de commencer par obtenir un point important, s'il l'empêche d'en gaguer plusieurs autres de moindre conséquence, mais qui tous ensemble l'emportent sur le premier. Il demande trop pour être refusé; mais dans le dessein de se faire un droit ou une bienséance de refuser lui-même ce qu'il sait bien qu'il lui sera demandé, et qu'il ne veut pas octroyer : aussi soigneux alors d'exagérer l'énormité de la demande , et de faire convenir, s'il se peut , des raisons qu'il a de n'y pas entendre, que d'affaiblir celles qu'on prétend avoir de ne lui pas accorder ce qu'il sollicite avec instance : également appliqué à faire sonner haut et à grossir dans l'idée des autres le peu qu'il offre , et à mépriser ouvertement le peu que l'on consent de lui donner. Il fait de fausses offres, mais extraordinaires, qui donnent de la défiance , et obligent de rejeter ce que l'on accepterait inutilement; qui lui sont cependant une occasion de faire des demandes exorbitantes, et mettent dans leur tort tous ceux qui les lui refusent. Il accorde plus qu'on ne Jui demande , pour avoir encore plus qu'il ne doit donner. Il se fait long-temps prier, presser, importuner sur une chose médiocre, pour éteindre les espérances, et ôter la pensée d'exiger de lui rien de plus fort; ou s'il se laisse fléchir jusques à l'abandonner , c'est loujours avec des conditions qui lui font partager le gain et les avantages avec ceux qui reçoivent. Il prend directement ou indirectement l'intérêt d'un allié, s'il y trouve son utilité et l'avancement de ses prétentions. Il ne parle que de paix, que d'alliances , que de tranquillité publique , que d'intérêt public; et en effet il ne songe qu'aux siens, c'est-à-dire, a ceux de son maître ou de sa république. Tantôt il réunit quelques uns qui étaient contraires les uns aux autres, et tantôt il divise quelques autres qui étaient unis: il intimide les forts et les puissans, il encourage les faibles : il unit d'abord d'intérêt plusieurs faibles contre un plus puissant pour rendre la balance égale : il se joint ensuite aux premiers pour la faire pencher, et il leur vend cher sa protection et son alliance. Il sait intéresser ceux avec qui il traite ; et par un adroit manége , par de fins et de subtils détours , il leur fait sentir leurs avantages particuliers, les biens et les honneurs qu'ils peuvent espérer par une certaine facilité , qui ne choque point leur commission , ni les intentions de leurs maîtres : il ne veut pas aussi être cru imprenable par cet endroit : il laisse voir en lui quelque peu de sensibilité pour sa fortune : il s'attire par là des propositions qui lui découvrent les vues des autres les plus secrètes, leurs desseins les plus profonds et leur dernière ressource, et il en profite. Si quelquefois il est lésé dans quelques chefs qui ont enfin été réglés, il crie haut; si c'est le contraire , il crie plus haut ,,et jelle ceux

[ocr errors]

qui perdent sur la justification et la défensive. Il a son fait digéré par la cour, toutes ses démarches sont mesurées , les moindres avances qu'il fait lui sont prescrites ; et il agit néanmoins dans les points difficiles , et dans les articles contestés, comme s'il se relâchait de lui-même sur-le-champ, et comme par un esprit : d'accommodement: il n'ose même promettre à l'assemblée qu'il fera goûter la proposition , et qu'il n'en sera pas désavoué. Il fait courir un bruit faux des choses seulement dont il est chargé, inuni d'ailleurs de pouvoirs particuliers , qu'il ne découvre jamais qu'à l'extrémité, et dans les momens où il lui serait pernicieux de ne les pas mettre en usage. Il tend surtout par ses intrigues au solide et à l'essentiel, toujours prêt à leur sacrifier les minuties et les points d'honneur imaginaires. Il a du flegme, il s’arme de courage et de patience, il ne se lasse point, il fatigue les autres ; il les pousse jusqu'au découragement : il se précautionne et s'endurcit contre les lenteurs et les remises, contre les reproches , les soupçons , les défiances, contre les difficultés et les obstacles, persuadé que le temps seul et les conjonctures amènent les choses et conduisent les esprits au point ou on les souhaite. Il va jusques à feindre un intérêt secret à la rupture de la négociation, lorsqu'il désire le plus ardemment qu'elle soit continuée; et si au contraire il a des ordres précis de faire les derniers efforts pour la rompre , il croit devoir, pour y réussir , en presser la continuation et la fin. S'il survient un grand événement, il se roidit ou il se relâche selon qu'il lui est utile ou préjudiciable ; et si par une grande prudence il sait le prévoir , il presse et il temporise selon que l'état pour qui il tra- . vaille en doit craindre ou espérer, et il règle sur ses besoins ses conditions. Il prend conseil du temps, du lieu , des occasions , de sa puissance ou de sa faiblesse , du génie des nations avec qui il traite , du temperament et du caractère des personnes avec qui il négocie. Toutes ses vues, toutes ses maximes, tous les raffinemens de sa politique tendent à une seule fin, qui est de n'être point trompé, et de tromper les autres.

Le caractère des Français demande du sérieux dans le souyerain.

L'un des malheurs du prince est d'être souvent trop plein de son secret, par le péril qu'il y a à le répandre : son bonheur est de rencontrer une personne (6) sûre qui l'en décharge. .

Il ne manque rien à un roi que les douceurs d'une vie privée : il ne peut être consolé d'une si grande perte que par le charme de l'ainitié, et par la fidélité de ses amis.

Le plaisir d'un roi qui mérite de l’être est de l'être moins quelquefois, de sortir du théâtre , de quitter le bas de saye et les brodequins, et de jouer avec une personne de confiance un rôle plus familier (7). · Rien ne fait plus d'honneur au prince que la modestie de son favori.

Le favori n'a point de suite : il est sans engagement et sans liaisons. Il peut être entouré de parens et de créatures, mais il n'y tient pas : il est détaché de tout, et comme isolé.

Je ne doute point qu'un favori , s'il a quelque force et quelque élévation, ne se trouve souvent confus et déconcerté des bassesses, des petitesses de la flatterie , des soins superflus et des attentions frivoles de ceux qui le courent, qui le suivent , et qui s'attachent à luicomme ses viles créatures ; et qu'il ne se dédommage dans le particulier d'une si grande servitude , par le ris et la moquerie.

Hommes en place (8), ministres , favoris , me permettrezvous de le dire ? ne vous reposez point sur vos descendans pour le soin de votre mémoire et pour la durée de votre nom : les titres passent, la faveur s'évanouit, les dignités se perdent , les richesses se dissipent, et le mérite dégénère (9). Vous avez des enfans , il est vrai, dignes de vous , j'ajoute même capables de soutenir toute votre fortune ; mais qui peut vous en promettre autant de vos petits-fils? Ne m'en croyez pas , regardez cette unique fois de certains hommes que vous ne regardez jamais , que vous dédaignez : ils ont des aïeux, à qui, tout grands que vous êtes, vous ne faites que succéder. Ayez de la vertu et de l'humanité; et si vous me dites , qu'aurons-nous de plus? je vous répondrai , de l'humanité et de la vertu : maîtres alors de l'avenir, et indépendans d'une postérité, vous êtes sûrs de durer autant que la monarchie; et dans le temps que l'on montrera les ruines de vos châteaux , et peut-être la seule place où ils étaient construits, l'idée de vos louables actions sera encore fraîche dans l'esprit des peuples , ils considéreront avidement vos portraits et vos médailles; ils diront : Cet homme (10), dont vous regardez la peinture, a parlé à son maître avec force et avec liberté, et a plus craint de lui nuire que de lui déplaire : il lui a permis d'êire bon et bienfaisant , de dire de ses villes, MA BONNE VILLE , et de son peuple, MON PEUPLE. Cet autre dont vous voyez l'image (u), et en qui l'on remarque une physionomie forte , jointe à un air grave, austère et majestueux, augmente d'année à autre de réputation : les plus grands politiques souffrent de lui être comparés. Son grand dessein a été d'affermir l'autorité du prince et la sûreté des peuples par l'abaissement des grands : ni les partis, ni les conjurations , ni les trahisons , ni le péril de la mort, ni les infirmités , n'ont pu l'en détourner : il a eu du temps de reste pour entamer un ouvrage , continué ensuite et achevé par l'un de nos plus grands et de nos meilleurs princes, l'extinction de l'hérésie. .

Le panneau le plus délié et le plus spécieux qui dans tous les temps ait été tendu aux grands par leurs gens d'affaires , et aux rois par leurs ministres (12) est la leçon qu'ils leur font de s'acquitter et de s'enrichir. Excellent conseil , maxime utile , fructueuse , une mine d'or , un Pérou , du moins pour ceux qui ont su jusqu'à présent l'inspirer à leurs maîtres!

C'est un extrême bonheur pour les peuples , quand le prince admet dans sa confiance et choisit pour le ministère (13) ceux mêmes qu'ils auraient voulu lui donner, s'ils en avaient été les maîtres.

La science des détails , ou une diligente attention aux moindres besoins de la république , est une partie essentielle au bon gouvernement, trop négligée à la vérité dans les derniers temps par les rois ou par les ministres, mais qu'on ne peut trop souhaiter dans le souverain qui l'ignore , ni assez estimer dans celui qui la possède. Que sert en effet au bien des peuples, et à la douceur de ses jours, que le prince place les bornes de son empire au-delà des terres de ses ennemis, qu'il fasse de leurs souverainetés des provinces de son royaume , qu'il leur soit également supérieur par les siéges et par les batailles, et qu'ils ne soient devant lui en sûreté ni dans les plaines, ni dans les plus forts bastions , que les nations s'appellent les unes les autres, se liguent ensemble pour se défendre et pour l'arrêter , qu'elles se liguent en vain, qu'il marche toujours et qu'il triomphe toujours , que leurs dernières espérances soient tombées par le raffermissement d'une santé qui donnera au monarque le plaisir de voir les princes ses petits-fils soutenir ou accroître ses destinées , se mettre en campagne, s'emparer de redoutables forteresses, et conquérir de nouveaux états, commander de vieux et expéri. mentés capitaines , moins par leur rang et leur naissance , que par leur génie et leur sagesse , suivre les traces augustes de leur victorieux père, imiter sa bonté, sa docilité, son équité , sa vigilance , son intrépidité ? Que me servirait, en un mot, comme à tout le peuple, que le prince fût heureux et comblé de gloire par lui-même et par les siens , que ma patrie fût puissante et formidable, si, triste et inquiet, j'y vivais dans l'oppression ou dans l'indigence ; si, à couvert des courses de l'ennemi, je me trouvais exposé dans les places ou dans les rues d'une ville au fer d’un assassin , et que je craignisse moins dans l'horreur de la nuit d'être pillé ou massacré dans d'épaisses forêts , que dans

« PreviousContinue »