Page images
PDF
EPUB

Pages.
S 5. La doctrine du monde-Dieu des stoïciens renfermait, elle
aussi, l'athéisme, ...,,

102
S 6. Examen de la précédente doctrine : c'était le panthéisme
et l'athéisme que professait la majorité des philosophes. Comment

la profession d'une pareille doctrine s'accorde avec les belles

pages qu'ils nous ont laissées sur Dieu. Le peuple croyait en

Dieu plus et mieux que les philosophes......

S 7. Conclusion contre les rationalistes...................

$ 8. Deuxième partie, EPICURÉISME DES ANCIENS PHILOSOPHES.

La doctrine de l'état sauvage, conséquence nécessaire de la né-
gation du dogme de la création de l'homme par Dieu. Cette
même doctrine, cause nécessaire de l'épicureisme speculatif et
pratique des anciens philosophes.......... ............ 113

S 9. Morale de Cicéron. Le vice contre nature, commun chez

les philosophes. La morale des stoïciens....

$ 10. Éloges qu'on a faits de cette morale de la philosophie

païenne, Passage de Plutarque qui la confirme............... 119

$ 11. Remarques sur ce passage de Plutarque. Tableau que

saint Paul a fait de la vie des anciens philosophes. Stupidité sa-
crilége de les louer sous le rapport de la morale.............

S 12. Troisième partie. Le SCEPTICISME DES ANCIENS. Les
Questions académiques de Cicéron. Son premier argument en
faveur du scepticisme. L'exemple des plus célèbres philosophes.,

S 13. Deuxième argument de la raison philosophique ancienne,

en faveur du scepticisme : L'impossibilité où est l'homme de

s'assurer de la fidélité du témoignage des sens............... 132

$ 14. Troisième argument par lequel les anciens établissaient

le scepticisme : L'impuissance de la logique et la discorde des phi-

losophes touchant le critérium de la certitude.....

$ 15. Suite de l'argument de l'impuissance de la logique : La

vanité et l'arbitraire de ses principes................

$ 16. Quatrième argument qui a poussé l'ancienne philosophie

au scepticisme : La discorde des philosophes sur les plus impor-
lants sujets de la philosophie, et leur impuissance à définir une
seule vérité. ........ .................... .........

S 17. Réfutation de l'objection des stoïciens : Que le PROBABLE

ACADÉMIQUE arrêtait toutes les opérations de la vie matérielle.

Observations sur les résultats funestes de ce PROBABLE dans l'ordre

moral...........................

.......... 152

$ 18. Conclusion de l'apologie du scepticisme par Cicéron. Les

Pages.
chefs de différentes sectes sont d'accord dans l'admission de cette
doctrine. Ses conséquences funestes à la société. Cicéron les con-
firmant par sa mort. Le traité de Cicéron irrélulable par les
stoïciens n'admettant pas la création.......... ...... 157

S 19. On ne peut rien affirmer sur le témoignage de la raison,

sans admettre Dieu comme auteur de la raison. Les plus grands

philosophes ont rendu hommage à ce principe, Descartes mieux

que tout autre. Après avoir établi l'ÉVIDENCE pour critérium de

la vérité, et le SENS COMMUN pour critérium de l'évidence, Des-

cartes a fini par établir, dans la véRACITÉ DU DIEU AUTEUR DE

LA Raison, le fondement de la certitude. C'est ainsi que, malgré

son doute universel, il a évité le scepticisme...

тбо

$ 20. La mème doctrine de Descartes, sur la véRACITÉ DE DIEU

considérée comme dernier fondement de la certitude, professée

par la PujLOSOPHIE DE Lyon......

......... 169

$21. La même doctrine conservée jusqu'à nos jours par l'é-

cole cartésienne. Développement donné à cette doctrine dans le

dernier cours de philosophie sorti de cette école. Toute la doc-

trine de l'école cartésienne, touchant la certitude, se réduit à ce

principe : Que , sans la foi au Dieu créateur, le scepticisme est

inévitable ...........................................

S 22. Développement du même principe: Que, sans la foi au

Dieu créateur, le scepticisme est inévitable. La nature, à moins
qu'on n'entende par ce mot le Dieu créateur, n'a pas pu établir
des rapports nécessaires entre la perception et la vérité des
choses...................................

S 23. Autre développement du même principe. La question

touchant la certitude se réduit aujourd'hui à la certitude OBJEC-

TIVE, Les arguments des modernes sceptiques, aussi bien que ceux

des anciens, insolubles, si l'on ne commence par la foi au Dieu

créateur. ............................................. 178

$24. Puisqu'il est universellement admis, en matière de cer-

titude, qu'il faut toujours commencer par admettre quelque

chose comme un fait, et sans démonstration, il est infiniment

plus raisonnable de commencer par admettre comme fait primor-

dial le dogme de la création de l'homme par Dieu, que le rapport

de la raison avec la vérité : ce dogme étant gravé profondément

dans le coeur de l'homme, et pouvant seul expliquer sa raison et

sa destinée .......

............ 186

25. Plan admirable de la Providence, ayant établi que

Pages.

l'homme commence par la foi. Facilité avec laquelle l'homme

peut, par ce procédé, parvenir à la vérité et même à l'Église.
Misère de l'homme qui commence par dire: Je crois à moi-
même. Le dogme de la création, principe de toute philosophie.

191

ONZIÈME CONFÉRENCE.

IMPORTANCE DU DOGME DE LA CRÉATION, RÉ-
SULTANT DES ÉGAREMENTS DE LA RAISON PHILO-
SOPHIQUE MODERNE.

$ 1. Exorde. Nécessité de croire à l'autorité, en matière de

religion. Le mauvais riche. Dessein de la Providence par rap-

port à la foi à la vie future. L'homme cessant de croire au témoi-

gnage des autres, finit par ne plus croire à son propre témoi-

gnage. Snjet de la conférence..

$ 2. La doctrine philosophique : Qu'il faut lout reporter à la

raison, renouvelée aux premiers siècles du christianisme, a été

la cause de toutes les hérésies...

S 3. La RAISON PHILOSOPHIQUE de certains chrétiens, en suivant

la marche de la Raison PHILOSOPHIQUE païenne, est tombée, elle

aussi, dans le Dualisme, le PANTHÉISME et l'ATHÉISME.........

S 4. Comment la RAISON CATHOLIQUE ancienne avait fait justice

de ces erreurs.........................................

S 5. C'est à l'époque de la RENAISSANCE que ces erreurs repa-

rurent dans le monde philosophique. Étranges bypothèses par

lesquelles les philosophes catholiques prétendirent expliquer l'o-

rigine du nronde.....

.......

$ 6. Système de Descartes, soutenu par Gassendi, suivi par

Newton. Systèmes non moins extravagants de Leibnitz et d'au-

tres philosophes, au même sujet................

$ . Identité de ces systèmes avec les systèmes des philoso-

phes païens, sur la même matière. Scandale de la réhabilitation
d'Épicure, que les païens eux-mêmes avaient regardé avec mé-
pris et horreur........

$ 8. École de philosophie catholique, formée en France, à côté

de celle école païenne, au dix-septième siècle. Discours sur l'his-

loire universelle, par Bossuet; et Traité sur l'existence de Dieu,

par Fénelon. Comparaison et éloge de ces deux chefs-d'auvre...

Sg. Deuxième partie. ERREURS DANS LESQUELLES SONT

TOMBÉS AUSSI LES PHILOSOPHES DE NOS JOURS, POUR AVOIR NIÉ LE

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Pages.

225

227

235

245.

256

DOGME DE LA CRÉATION. Avec les meilleures intentions, certains philosophes catholiques du dix-septième siècle frayèrent la route à la philosophie incrédule du siècle dix-huitième.............

$ 10, 11 et 12. Les philosophes antichrétiens de notre siècle, tout comme ceux du siècle dernier, n'ont pris leur point de départ que de la négation du dogme de la création. Système de Fourier et de l'auteur de l'Essai sur l'indifférence. FUSIONISME de Toureil. SOCIALISME de Le Couturier. RÉVÉLATION NOUVELLE de Durand. École de Makintoch et d'Owen.................

S 13 et 14. Appréciation de ces systèmes. Les dualistes, les panthéistes et les athées modernes, plus dévergondés que les auciens. Proudhon. École allemande-française. L'homme se mettant à la place de Dieu.....................................

§ 15 et 16. Autres conséquences des mèmes systèmes : La propriété-vol. Le Scepticisme absolu, la vraie philosophie. Jouf. froy. Prosélytisme antichrétien. Le progrès, dans l'ordre philosophique, n'est aujourd'hui que dans la voie du mal.........

$ 17. Les erreurs de la philosophie française sont d'origine étrangère. Appréciation du système de l'état sauvage, comme ayant été l'état primitif de l'homme.....

S 18 et 19. RÉFUTATION, EN GÉNÉRAL, DE CES SYSTÈMES. Ils ne méritent pas qu'on leur donne le moindre assentiment, d'abord parce qu'ils n'ont leur CAUSE que dans un aveuglement pénal de l'esprit, et dans la corruption du coeur. Ils ne sont pas même crus par ceux qui les professent.....

S 20. NATURE ET CARACTÈTES DE CES SYSTÈMEs. Ce sont la contradiction même, l'inconstance, la légèreté et le ridicule. L'Almanach des Réformateurs....

$ 21 et 22. POINT DE DÉPART DE CES SYSTÈMES. Absurdité du progrès humanitaire, lel que l'entend la philosophie antichré. lienne. La vraie religion ne peut être qu'une, TOUJOURS LA MÊME, et RÉVÉLÉE PAR Dieu. L'humanité n'est pas grosse d'une religion nouvelle ; elle n'est que malade du poison des mauvaises doctrines, et ne peut être guérie que par Jésus-Christ et son Église.

$ 23. C'est par les mêmes moyens que peut guérir tout homme affecté de la même maladie......

............. Note. M. Proudhon, la raison philosophique moderne personnifiée. Affreux aveux de ce philosophe confirmant la doctrine développée, dans ces Conférences, sur l'impuissance de la raison d'atteindre, toute seule, la vérité en matière de religion.......

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Pages. DOUZIÈME CONFÉRENCE. LES ATTAQUES CONTRE LE DOGME DE LA CRÉATION. – LE DUALISME.

S 1 et 2. Les Fièvres de l'humanité. L'une de ces fièvres est celle de l'orgueil. C'est de cette fièvre que sont atteints les philosopbes piant le dogme de la création, Sujet de celte Conférence.. 288

S 3. Première partie. RÉPUTATION DU DUALISME PAR LES ANCIENS PÈRES DE L'ÉGLISE. ABSURDITÉ DE L'HYPOTHÈSE DE LA MATIÈRE ÉTERNELLE. Le dualisme plus répandu qu'on ne pense. Les philosophes de nos jours n'ont fait que l'emprunter aux premiers hérétiques chrétiens. Les plus savants Pères l'ont combattu d'avance. On va le combattre par les armes qu'ils nous ont laissées. Importance de cette discussion....... ............... 290

S4 et 5. Hermogène, le premier des hérétiques admettant la ma. tière aussi éternelle que Dieu, ou le DUALISME. L'éternité n'est propre qu'à Dieu. Doctrine des Pères sur ce sujet.... ........ 293

$ 6. Argumentation de Tertullien contre Hermogène. Dieu n'est et ne peut être qu'un. En admettant la matière éternelle, on en fait un Dieu, et l'on admet deux Dieux.....

S 7. Vain sophisme des dualistes, affirmant « qu'en attribuant l'éternité à la matière, ils ne reconnaissent pas moins qu'elle est insensible et inerte, » réfuté par Tertullien. La matière n'est cela que parce qu'elle a été creee. Éternelle, elle ne serait rien de cela, elle serait Dieu....

..... 304 S 8. Continuation du même sujet. Personne ne peut rien avoir de ce qui est propre à Dieu, si ce n'est par sa concession. La matière éternelle n'aurait pas reçu de Dieu son éternité, et elle serait Dieu ........

S9, 10 et 11. Réfulation par Tertullien de la prétention des dualistes, qu'en admettant que c'est Dieu qui aurait tout fait de la matière éternelle, la suprématie et l'autorité de Dieu sont sauvegardées. Contradictions des dualistes.................... 309

$ 12. Saint Denis combattant les dualistes à Alexandrie, pendant que Tertullien les combattait à Carthage. Arguments de ce docteur prouvant, lui aussi, qu'admettre la matière éternelle, c'est en faire un Dieu, ........................................ 319

$ 13, 14 et 15. Les dualistes de Rome, s'appuyant sur Cicéron, réfulés par Lactance. Impossibilité que la matière ait existé de toute éternité. Niaiserie et mauvaise foi que Cicéron avait mises

306

[ocr errors]
« PreviousContinue »