Page images
PDF
EPUB

LA VALSE DE MONSEIGNEUR DE CHEVERUS.

Un grand incendie venait de plonger beaucoup de familles dans le deuil et la misère. Monseigneur de Chevérus, archevêque de Bordeaux, après avoir épuisé ses ressources personnelles et les quêtes de ses églises, apprend qu'un grand bal auquel assistera l'élite de la population bordelaise, doit avoir lieu. minuit, au moment où le bal est le plus brillant, il se fait conduire dans cette réunion. A son entrée, l'orchestre s'arrête, les danseuses retournent à leurs places, le maître de la maison se confond en politesses. Pourquoi cesser la danse? dit l'archevêque; je ne viens point pour être un trouble-fête; reprenez vos divertissements; mon tour viendra. D Il eut beau insister: danseurs et danseuses restaient à leurs places. «Eh bien! dit M. de Chevérus en faisant signe à l'orchestre, une valse pour moi.) Puis, prenant par la main la maîtresse de la maison, il fit une quête pour les malheureux incendiés, trouvant des paroles aimables pour toutes les personnes auxquelles il s'adressait. Lorsqu'il eut fini le tour de la salle, au son d'une charmante musique, sa quête était si abondante que sa bourse n'était pas assez grande. Il serait difficile d'exprimer la touchante émotion qu'excita dans tous les cours cette démarche si inattendue du pieux et charitable archevêque.

GRAMMAR.

j'ouvre, I open
tu ouvres, you open
il ouvre, he opens
n, ouvrons, we open
v. ouvrez, yoil open
ils ouvrent, they open

OUVRIR, to open.

j'ouvrais, I was opening
tu ouvrais, thor wast opening

etc.,
j'ouvrirai, I shall open
j'ouvrirais, I should open
j'ai ouvert, I have opened

PARTIR, to depart, to leare. je pars, I leave

je partais, I was leaving tu pars, you leave

tu partais, thou wast leaving il part, he leaves

etc., n. partons, we leave

je partirai, I shall leave v. partez, you leave

je partirais, I should leave ils partent, they leave

je suis parti, I have left

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Sentir; je sens, n, sentons; je sentais; je sentirai; j'ai senti.
Servir; je sers, n. servons; je servais; je servirai; j'ai servi.
Dormir; je dors, n. dormons; je dormais; je dormirai; j'ai dormi.
Mentir; je mens, n. mentons; je mentais; je mentirai; j'ai menti.

SUIVRE, to follow.

je suis, I follow
tu suis, thou followest
il suit, he follows
n. suivons, we follow
v. suivez, you follow
ils suivent, they follow

je suivais, I was following
tu suivais, thou wast following

etc.,
je suivrai, I shall follow
je suivrais, I should llow
j'ai suivi, I have followed

CONDUIRE, to conduct, to lead. je conduis, I conduct

je conduisais, I was conducting tu conduis, you conduct

tu conduisais, thou wast conducting il conduit, he conducts

etc., n. conduisons, we conduct je conduirai, I shall conduct

conduisez, you conduct je conduirais, I should conduct ils conduisent, they conduct j'ai conduit, I have conducted

[ocr errors]
[blocks in formation]

LA CIGALE ET LA FOURMI.

[ocr errors]

La cigale ayant chanté

Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue;
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelques grains pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
-Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'août, foi d'animal,
Intérêt et principal.
La fourmi n'est pas prêteuse !
C'est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour, à tout venant,
Je chantais, ne vous déplaise.

- Vous chantiez! j'en suis fort aise Eh bien! dansez maintenent.

[ocr errors]

LA FONTAINE.

LE CORBEAU ET LE RENARD.

Maitre Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage; Maître Renard, par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage:

«Hé! bonjour, Monsieur du Corbeau, Que vous êtes joli! que vous me semblez beau!

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.”
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,

Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit et dit: «Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l'écoute. Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.»

Le Corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

LA FONTAINE.

« PreviousContinue »