Page images
PDF
EPUB

au milieu de ses tulipes et devant la Solitaire : il ouvre de grands yeux, il frotte ses mains, il se D»:{isse , il la voit de plus près, il ne l'a jamais vue si belle, il a le coeur épanoui de joie : il la quitte pour l'Orientale; de là il va à la Veuve; il passe au Drap d'or, de celle-ci à l'Agate; d'où il revient enfin à la Solitaire, où il se fixe, où il se lasse, où il s'assied, où il oublie de diner; aussi est-elle nuancée, bordée , huilée, à pièces emportées; elle a un beau vase ou un beau calice : il la contemple, il l'ad. mire : Dieu et la nature sont en tout cela ce qu'il n'admire point; il ne va pas plus loin que l'ognon de sa tulipe, qu'il ne livreroit pas pour mille écus, et qu'il donnera pour rien quand les tulipes seront négligées et que les meillets auront prévalu. Cet homme raisonnable, qui a une ame, qui a un culte et une religion , revient chez soi , fatigué, affamé, mais fort content de sa journée:ila yu des tulipes.

Parlez à cet autre de la richesse des moissons, d'une ample récolte, d'une bonne vendange; il est curieux de fruits , vous n'articulez pas, vous ne vous faites pas entendre : parlez-lui de figues et de melons, dites que les poiriers rompent de fruit cette année, que les pêchiers ont donné avec abondance; c'est pour lui un idiome inconnu , il s'attache aux seuls pruniers, il ne vous répond pas. Ne l'entrete. nez pas même de vos pruniers, il n'a de l'amour que pour une certaine espèce; toute autre que vous lui nommez le fait sourire et se moquer. Il vous - inène à l'arbre, cucille artistement cette prune exquise , il l'ouvre, vous en donne une moitié, et prend l'autre: quelle chair! dit-il; goûtez-vous cela ? cela est-il divin? voilà ce que vous ne trouverey pas ailleurs : et là-dessus ses narines s'enflent, il cache avec peine sa joie et sa vanité par quelques dehors de modestie. 0 l'homme divin en eslet ! homme qu'on ne peut jamais assez louer et adıni. rer! homme dont il sera parlé dans plusieurs siècles ! que je voie sa taille et son visage pendant qu'il vit; que j'observe les traits et la contenance d'un homme qui seul entre les mortels possède une telle prune.

Un troisième ", que vous allez voir, vous parle des curieux ses confrères, et sur-tout de Diognete. Je l'admire, dit-il, et je le comprends moins que ja. mais : pensez-vous qu'il cherche à s'instruire parles médailles, et qu'il les regarde comme des preuves parlantes de certains faits, et des monuments (ixes et indubitables de l'ancienne histoire? rien moins: vous croyez peut-être que toute la peine qu'il se donne pour recouvrer une tête vient du plaisir qu'il se fait de ne voir pas une suite d'empereurs interrompue ? c'est encore moins : Diognete sait d'une médaille le fruste, le flou, et la fleur de coin; il a une tablette dont toutes les places sont garnies à l'exception d'une seule; ce vuide luiblesse la vue', · et c'est précisément, et à la lettre, pour le rempli; qu'il emploie son bien et sa vie.

Vous voulez, ajoute Démocedea, voir mes es. tampes ; et bientôt il les étale et vous les montre.

Vous en rencontrez une qui n'est ni noire, ni nette, ni dessinée, et d'ailleurs moins propre à être gardée dans un cabinet, qu'à tapisser un jour de fête le petitpont ou la rue neuve: il convient qu'elle est mal gravée, plus mal dessinée, mais il assurequ'elle est d'un Italien qui a travaillé peu, qu'elle n'a presque pas été tirée, que c'est la seule qui soit en France de ce dessin, qu'il l'a achetée très-cher, et qu'il ne la changeroit pas pour ce qu'il a de meilleur. J'ai, continue-t-il, une sensible affliction, et qui m'obligera de renoncer aux estampes pour le reste de mes jours : j'ai tout Callot, hormis une seule qui n'est pas à la vérité de ses bons ouvrages, au contraire , c'est un des moindres, mais qui in’achèveroit Cal. lot; je travaille depuis vingt ans à recouvrer cette estampe, et je désespère enfin d'y réussir à cela est bien rude!

Tel autre fait la satire de ces gens qui s'engagent par inquiétude ou par curiosité dans de `longs voyages, qui ne font ni mémoires ni relations, qui ne portent point de tablettes, qui vont pour voir, et qui ne voient pas, ou qui oublient ce qu'ils ont vu, qui desirent sculement de connoître de nou. velles tours ou de nouveaux clochers, et de passer des rivières qu'on n'appelle ni la Seine ni la Loire, qui sortent de leur patrie pour y retourner, qui aiment à être absents, qui veulent un jour être revenus de loin : et ce satirique parle juste, et se fait écouter.

Mais quand il ajoute' que les livres en apprennent

plus que les voyages, et qu'il m'a fait comprendre par ses discours qu'il a une bibliothèque, je sou: haite de la voir: je vais trouver cet homme, qui me reçoit dans une maison où dès l'escalier je tombe en foiblesse d’une odeur de maroquin noir dont ses livres sont tous couverts. Il a beau me crier aux oreilles, pour me ranimer, qu'ils sont dorés sur tranche, ornés da filets d'or, et de la bonne édition, me nommer les meilleurs l'un après l'autre, dire que sa galerie est remplie, à quelques endroits pres qui sont peints de manière qu'on les prend pour de vrais livres arrangés sur des tablettes, et que l'ail s'y trompe; ajouter qu'il ne lit jamais, qu'il ne met pas le pied dans cette galerie, qu'il y viendra pour me faire plaisir; je le remercie de sa complaisance, et ne veux non plus que lui visiter sa tannerie, qu'il appelle bibliothèque.

Quelques uns', par une intempérance de savoir, et par ne pouvoir se résoudre à renoncer à aucune sorte de connoissance, les embrassent toutes et n'en possèdent aucune. Ils aiment mieux savoir beau: coup, que de savoir bien, et être foibles et super ficiels dans diverses sciences, que d'être sûrs et profonds dans une seule : ils trouvent en toutes l'encontres celui qui est leur maître et qui les redresse; ils sont les dupes de leur vaine curiosité, et ne peuvent au plus, par de longs et pénibles efforts, que se tirer d'une ignorance crasse

D'autres ont la clef des sciences, où ils n'entrent jamais : ils passent leur vie à déchiffrer les langues

orientales et les langues du nord, celles des deux Indes, celles des deux pôles , et celle qui se parle dans la lune. Les idiomes les plus inutiles avec les caractères les plus bizarres et les plus magiques sont précisément ce qui réveille leur passion et qui excite leur travail. Ils plaignent ceux qui se bornent ingénument à savoir leur langue, ou tont, au plus la grecque et la latine. Ces gens lisent toutes les histoires et ignorent l'histoire : ils parcourent tous les livres, et ne profitent d'aucun : c'est en eux une stérilité de faits et de principes qui ne peut être plus grande, mais à la vérité la meilleure récolte et la richesse la plus abondante de mots et de paroles qui puisse s'imaginer : ils plient sous le faix, leur mémoire en est accablée, pendant que leur esprit demeure vuide..! i

Un bourgeois aime les bâtiments; il se fait bâtir un hôtel si beau, si riche et si orné, qu'il est inhabitable : le maître , honteux de s'y loger, ne pou. vant peut-être se résoudre à le louer à un prince ou à un homme d'affaires, se retire au galetas , ou it achève sa vie, pendant que l'enfilade et les plan. chers de rapport sont en proie aux Anglois et aux Allemands qui voyagent, et qui viennent là du pa. lais Royal, du palais Leśdiguières pret du Luxembourg. On heurte sans fin à cette belle porte : tous demandent à voir la maisong et personne à voir monsieur.

On en sait d'autres quiont des filles devant leurs yeux, à qui ils ne peuvent pas donner une dot; que

« PreviousContinue »