Correspondance littéraire, philosophique et critique de Grimm et de Diderot, depuis 1753 jusqu'en 1790..: 1770-1772

Front Cover
Chez Furne libraire, ... et Ladrange, 1829 - Encyclopedists
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Common terms and phrases

Popular passages

Page 79 - Dans la grande comédie, la comédie du monde, celle à laquelle j'en reviens toujours, toutes les âmes chaudes occupent le théâtre; tous les hommes de génie sont au parterre.
Page 82 - Réfléchissez un moment sur ce qu'on appelle au théâtre être vrai. Est-ce y montrer les choses " • comme elles sont en nature ? Aucunement. Le vrai en ce sens ne serait que le commun. Qu'est-ce donc que le vrai de la scène ? C'est la conformité des actions , des discours , de la figure , de la voix , du mouvement, du geste, avec un modèle idéal imaginé par le poète, et souvent exagéré par le comédien.
Page 139 - Belloy de 1765, de même MM. de Coucy d'aujourd'hui, devenus obscurs et pauvres, ne rappellent en rien ces anciens sires de Coucy, dont un descendant prit pour devise : Je ne suis roi, ne duc, prince, ne comte aussi, Je suis le sire de Coucy. Le second Mémoire regarde la dame de Fayel et ses amours infortunées avec le Coucy héros de la tragédie de M. de Belloy, ainsi que leur fin tragique. Le troisième Mémoire roule sur Eustache de Saint-Pierre, ce bourgeois de Calais que M. de Belloy, après...
Page 151 - J'en ai pleuré de rage en votre présence ; j'en ai pleuré de douleur chez moi, devant votre associé, M. Briasson, et devant ma femme, mon enfant et mon domestique. J'ai trop souffert, et je souffre trop encore pour m'exposer à recevoir la même peine. Et puis, il n'ya plus de remède. Il faut à présent courir tous les affreux hasards auxquels vous nous avez exposés.
Page 149 - ... honnêtes gens qui vous ont consacré leur temps, leurs talents et leurs veilles gratuitement, par amour du bien et de la vérité, et sur le seul espoir de voir paraître leurs idées, et d'en recueillir quelque considération qu'ils ont bien méritée, et dont votre injustice et votre ingratitude les aura 10 privés.
Page 274 - Il ne manque là-dedans que quelques termes surannés pour nousdonnerun bon exemple de la rusticité d'un idiome qui commence à se polir. Je croyais que l'abbé pensait davantage. Autrefois il bouillait , aujourd'hui il me cahote ; c'était du feu et de la fumée épaisse , à présent le bruit d'une mauvaise voiture. Le...
Page 436 - Provence, gouverneur de la personne de monseigneur le comte d'Artois , premier gentilhomme de sa chambre, grandmaître de sa garde-robe, et sur-intendant de sa maison; qui se feront jeudi, 6 février 1772, à dix heures du matin, en l'église royale et paroissiale de Notre-Dame de Versailles, où son corps sera inhumé. De profundis., On voit que ce billet est l'ouvrage d'une composition réfléchie, combinée, profonde et laborieuse.
Page 154 - Vous exigez que j'aille chez vous comme « auparavant revoir les épreuves; M. Briasson « le demande aussi : vous ne savez ce que « vous voulez ni l'un ni l'autre ; vous ne savez « pas combien de mépris vous aurez à digérer « de ma part. Je suis blessé pour jusqu'au tom« beau. « J'oubliais de vous avertir que je vais ren...
Page 74 - Ouvrage écrit d'un style obscur, entortillé, boursouflé et plein d'idées communes. Je réponds qu'au sortir de cette lecture un grand acteur n'en sera pas meilleur, et qu'un médiocre acteur n'en sera pas moins pauvre. C'est à la nature à donner les qualités extérieures, la figure, la voix, la sensibilité, le jugement, la...
Page 152 - Voilà donc ce qui résulte de vingt-cinq ans de travaux, de peines, de dépenses, de dangers, de mortifications de toute espèce ' ! Un inepte, un Ostrogoth détruit tout en un moment: je parle de votre boucher, de celui à qui vous avez remis le soin de nous démembrer. Il se trouve, à la fin, que le plus grand dommage que nous...

Bibliographic information