Études sur les fragments coptes des Conciles de Nicée et d'Éphèse

Front Cover
Imprimerie Nationale, 1852 - Coptic manuscripts
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 10 - Pour s'en convaincre, il suffit de jeter un coup d'œil sur la carte du Liban, jointe à l'ouvrage de Von Oppenheim (3).
Page 21 - Cet hérésiarque, reprochant à ses adversaires de se servir du mot oixeloTtjs pour désigner le rapprochement intime (familiaritas) de la nature divine et de la nature humaine dans la personne du Sauveur, énumérait ainsi les conséquences qui résultaient, selon lui, de l'emploi de cette expression.
Page 49 - Ecclesia romana semper primatum habuit, « l'Eglise romaine a toujours eu la primauté. » Ainsi les légats du saint-siège établissaient le fait de la primauté du siège de Rome, nonseulement dans l'Occident, mais encore dans l'Eglise tout entière, sur le même texte dont les évêques rassemblés à Chalcédoine, en s'en tenant au grec, concluaient à une véritable égalité, sous le rapport des juridictions, entre l'évêque de Rome et les patriarches d'Alexandrie et d'Antioche, sans que...
Page 62 - Nicaeam), et c'est en la transcrivant qu'on aura ajouté les noms des hérétiques condamnés. Une chose certaine, c'est que cette partie du texte s'allongeait à mesure qu'on en faisait des copies; car celle de Gélase de Cyzique porte à son tour le nom de Mânes ou Manichée, inséré entre ceux de Paul de Samosate et de Valentin, avec quelque raison de plus, toutefois, que pour Photin, puisque Mânes a vécu dans le m* siècle.
Page 30 - qui dicunt, «dicentes;» mais aussi, la difficulté disparaît du grec même, si l'on fait attention à la nuance qui existe entre \eyovtaLs et ÇdffKOVT&s, nuance qu'on peut rendre ainsi en français : « Quant à ceux qui disent qu'il fut un temps où le fils n'existait pas prétendant que le fils de Dieu est une créature. » II n'ya donc rien à changer dans le texte grec, mais seulement une virgule à mettre avant pdexovTCts: Tous Se \éyovra,s f ijv ISOTE tire oùx $v KCÙ Ôrt iyévevo ëf...
Page 62 - Photin entre ceux des hérétiques du ne et du me siècle, a quelque chose de suspect et donne l'idée d'une interpolation; en tout cas ce n'est que d'une manière implicite et, en quelque sorte, par anticipation que le concile de Nicée peut avoir condamné les opinions de Photin. Et, en effet, il est à croire que le texte grec ne contenait d'abord, à cette place, la mention d'aucun nom propre ; la note latine que nous avons citée plus haut...
Page 20 - Cette pieuse anecdote offre plus d'un genre d'intérêt. D'abord elle permet d'établir la transition entre les formes de délibération du sénat romain, particulièrement le mode d'acclamation qu'on y employait dans les occasions solennelles, et les usages par-faitement semblables des conciles, dont on suit la trace au moins jusqu'à la fin du ix...
Page 51 - Que les lois anciennes soient observées, notamment celles qui » concernent l'Egypte, la Libye et la Pentapole, de manière que » l'évêque d'Alexandrie ait puissance sur toutes ces provinces, puisque » c'est une loi établie par les...
Page 55 - La version égyptienne, en nous révélant les altérations que la rédaction grecque parait avoir subies pour ainsi dire dès l'origine, et surtout en nous donnant la manière dont ce canon avait été compris par celui qui en passait pour le principal auteur, montre invinciblement, à ce qu'il me semble, que la sincérité de l'intention première était bien mieux conservée dans les interprétations latines que dans la tournure donnée au texte grec par le changement presque insensible de quelques...
Page 55 - Romaj episcopus habeat principatum, ut suburbicaria loca, « et omnem provinciam suam sollicitudine gubernet. Quae « vero apud ^Egyptum sunt, Alexandriae episcopus omnium « habeat sollicitudinem. Similiter autem et circa Antiochiam, « et in caeteris provinciis, privilégia propria serventur metro politanis ecclesiis.

Bibliographic information