Page images
PDF
EPUB

GODEAU.

NTOINE GODEAU, né à Dreux GODEAU.

A

en 1614. fut reçu à l'Académie Françoise quelques an

nées après que cette Illustre Compagnie eut été formée. La facilité surprenante de son génie jointe à son amour pour le travail, lui a fait produire nombre d'ouvrages en Prose & en Vers. Il disoit que le paradis d'un Auteur étoit de composer; son purgatoire, de relire & de retoucher ses compositions ; & son enfer , de corriger les épreuves de l'Imprimeur. Les grandeurs de Dieu & l'excellence de la Religion Chrétienne ont été l'objet constant de ses travaux. Quelques-uns de nos Maîtres lui ont refusé la qualité de Poëte, prétendant qu'il n'avoit ni ce feu, ni cer enthousiasme qui en fait le principal caractere. Plusieurs ont appellé comme d'abus de cette prétention:

mais qu'elle soit bien ou mal fondée, au moins est-il vrai que de tant de milliers GODEAU. de Vers qui sont sortis de la plume de M. Godeau, à peine en lit-on aujourd'hui la vingtiéme partie. Au reste , n'eut-il fait que son Ode à Louis XIII. & sa paraphrase du Cantique Benedicite omnia opera Domini Domino , il ne seroit pas indigne d'occuper une place honorable sur le Parnasse. Quand l'Auteur présenta ce Cantique au Cardinal de Richelieu , cette Eminence l'en remercia d'un ton gracieux, en lui disant : M. l'Abbé vous me donnez Benedicite ; moi, je vous donne Grasse ; faisant allusion à l'Evêché de ce nom. Prise à la rigueur , la pensée n'est pas

fort exacte, mais les gens d'esprit se permettoient alors assez volontiers des jeux de mots femblables. Le Roiy joignit dans la suite l'Evêché de Vence ; & ce: Prélat, li digne de l'être, après avoir occupé pendant je ne sçai quel espace de tems l’un & l'autre Siége, jugea à propos

de s'en tenir au dernier. Il y inourur d'une GODEAU.

attaque d'apoplexie, le 21 Avril 1672. âgé de 67 ans, & regretté de toute l'Eglise, qu'il avoit édifiée autant par une conduite vraiment épiscopale , que par diversi ouvrages, dont le plus considérable est l'Histoire Ecclésiastique.

[blocks in formation]

GODEAV.

Ses vertus en ont fait un Temple :
Et bien que l'on vous y contemple
Brillantes de feux & d'attraits,
Vos beautez de tous desirées,
N'y seront pas moins afsurées
Que dans vos plus sombres forêts..

Louis, dont l'Univers admiro
La sagesse & la piété,
Ta puissance dans ton Empire
Est conduite par l'équité:
Le sceptre dans ta main vaillante
N'est point une charge pesantes
Tes foins nous fauvent du trépas;
Tu joüis toujours de toi-même;
Et ton superbe diademe
Te pare, & ne t'aveugle pas..

Quand pour le malheur de la Terre,
Ön vit un démon furieux,
De HENRI, ce foudre de guerre,
Borner les ans victorieux;
Chacun se plaignit que la Parque
Soûmît fi-tôt ce grand Monarque
A la loi commune du Sort ;
Er pensa que le parricide,
Du coup qui blessa notre Alcide,
Avoit blessé la France à inorr.

[blocks in formation]
« PreviousContinue »