Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]
[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

ÎNGRATES Filles de mémoire,
Je crois que vous n'ignorez pas
Que j'ai préferé vos appas
Aux appas même de la gloire ;
Et que parmi ces vanitez,
Ces faveurs & ces dignitez ,
Où le soin des autres aspire,
Je ne demande à mon bonheur
Que d'avoir part à cet honneur,

à
Sur qui le tems n'a point d'empire.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Et tant qu'on parleroit d'amour
Vivoient en la bouche des belles.

RACAN

Toutefois, après ces caresses
Que je veux partout publier,
BALZAC vous a fait oublier
Mes services & vos promesses.
Lui seut difpote par ses mains
De cet honneur dont les humains
Après la mort esperent vivre ;
Et quoique vous m'ayez juré,
Je n'en serois point affûré,
Si je ne l'avois dans son livre.

[merged small][merged small][ocr errors]

RACAN,

C'est par ses effets différens
Qu'on voit arracher les Tyrans
D'entre les bras de la Fortune ,
Ou qu'ils sçavent s'y inaintenir ;
Et qu'ils ont le pouvoir d'unir
Toutes nos volontez en une.

Bel Esprit , par qui tous les hommes
Sont visiblement devancez,
La honte des fiécles passez ,
Et l'honneur du siécle où nous sommes ;
Dieu d'éloquence & de sçavoir,
Dont les écrits se feront voir
Triomphans de la Destinée;
Te sçaurois-je rien immoler,
Qui puisse jamais égaler
La gloire que tu m'as donnée?

En vain dans le marbre & le jaspe
Les Rois pensent s'éterniser;
En vain ils en font épuiser
L'une & l'autre rive d'Fiydaspe:
En vain leur pouvoir sans pareil
Eleve jusques au Soleil
Leur ambitieufc folie;
Tous ces fuperbes bâtimens
Ne font qu'autant de monumens,
Pulçur gloire est ensevelie.

RACAN.

Ces Héros, jadis vénérables,
Par les âges nous font ravis ;
Les Dieux même qu'ils ont servis
N'ont plus de noms que dans nos fables :
Ni les Temples, ni les autels
Ne sont point honneurs immortels ;
A peine en voit-on les images :
Quoiqu'espere la vanité,
Il n'est point d'autre éternité,
Que de vivre dans tes Ouvrages.

Par eux seuls la rigueur des Parques
Se rend sensible à la pitie ;
Par eux seuls de notre amitié
Se gravent à jamais les marques ;
Et dans les liécles à venir ,
Où la Mort inême doit finir,
Notre mémoire révérée
Partout oiì le Soleil luira,
A l'Univers égalera
Son étenduë & sa durée.

POUR M. LE DUC DE BELLEGARDE,

PAIR ET GRAND ECUYER DE FRANCE.

AMOUR, à qui je dois les chansons immor.

telles, Qui par toute la Terre ont volé sur tes aîles,

« PreviousContinue »