Page images
PDF
EPUB

maux,

Au Soleil.

440 Epître à M. Conrart. La vaine gloire , dos l'amour des richesses, double source de nos plus grands

441 Ode. Miséricorde de Dieu envers les pécheurs.

443 Du Pseaume XXXVII. Il n'y a de bonheur véritable que pour le Juste.

445 Sur ces paroles. In manus tuas , Domine, &c. 446

CH AR LE V A L. EPIGRAMMES. Il envoye à une Dame en réputation

de piété, les Ouvrages de Clément Marot qu'elle lui demandoit.

448 Contre un Ami imprudent.

449 Il renvoye les Vers de Sarazin.

Ibiil. A une Dame qui le railloit d'être si long tems à la campagne.

Ibid. A M. Conrart.

Ibid. Réponse de M. Conrart.

450 La vie est à peine affez longue pour apprendre vivre.

Ibid. Moyen d'être heureux.

Ibid. Amitié rare.

451 A Madame **.

Ibid. Pensées falutaires.

Ibid. D' H A Y N A ULT, Pluson est élevé, plus on doit craindre de tomber. 453 Sonnet. Les douceurs de la vie privée.

454 Sur P Avorton.

455 Effets contraires du chagrin dos de la joye.

456 MADAME DES HOULIERES, RONDEAU.

459 Idylles. Les Fleurs.

Ibid. Les Moutons.

461

Allegorie.

463 Réflexions diverses. La vieillesse, fo respectable par

elle-même , est presque toujours méprisée. 466 La science la plus nécefaire en la plus négligée , eft la connoissance de soi-même.

Ibid. Tel fait tous ses efforts pour obtenir une grace , à qui la

reconnoissance pése, fi-tôt qu'il la obtenuë. 467 On renonce à ses passions moins par vertu , qu'à cause de l’áge qui les affoiblit.

Ibid, A parcourir tous les différens âges de l'homme , il semble qu'il n'y en ait aucun il fçache faire usage de la raison.

468 Il est mal aisé d'être joueur de profession, der honnête homme en même tems.

Ibid. Acquerir de nouvelles connoissances , n'est souvent

qu'apprendre à former de nouveaux doutes. 469 Tel doit à ses intrigues ou à ses flatteries un poste im

portant, qui, par l'indigne usage qu'il en fait couri à sa perte.

Ibid. Ne pas vouloir paroître son âge , eft foiblesse dans les

femmes, do pure sottise dans les hommes. 470 La mort , à considérer toutes les miséres de cette vie, est moins un mal qu'un bien.

Ibid. Stances. Sur la fragilité de la beauté.

471 Réfléxions morales , sur l'envie immodérée de faire passer son nom à la postérité.

474 A une jeune personne , fiere de la beauté, 481 Ode. Priere à Dieu pour le recouvrement de sa santé.

Ibid. CH A P PELL E. EXTRAIT du Voyage de Mrs Chappelle de Bachaumont; Ouvrage mélé de Profeos

de Vers. 487 Au Roi.

509 MLLE DE SCUDER Y. QUATRAIN

512

516

Madrigaux. Sur la mort de la Reine Mere.. Ibid. Aux Poëtes,

503 Sur les victoires du Roi pendant l'hiver. Ibid. Sur la rapidité de ses conquêtes.

Ibid. Au même.

S14 A la Reine.

Ibid. A Monseigneur le Dauphin, le jour qu'il reçut le nom du Roi.

Ibid. Sur la naissance de M. le Duc de Bourgogne. Ibid. La Nymphe de la Seine au même Prince. SIS A Madame la Dauphine , après la prise de Philis

bourg. Sur ce que M. le Duc de Bourgogne se.plaignoit qu'ox l'eût comparé à l'Amour.

Ibid. Sur le Portrait du Duc de Montaufier. Ibid. A Mademoiselle **.

517 Réponse à un Madrigal os on la traitoit d'immontelle.

Ibid. Sur le même sujet.

Ibid. Sur fon Portrait gravé pour Nantevil. A M, Conrart , sur un joli cachet qu'il donna à Mademoiselle de Scudery.

Ibid. Aux Demoiselles de Saint Cyr.

$19 La Tubéreuse, à Clélie.

Ibid. A l'illustre Secretaire des Dames , quel qu'il puisse

être. Le Soufflet. On suppose que c'est lui qui parle à la Dame à qui il est envoyé.

S22 La Fauvette à Sapho , en arrivant à son petit bois suivant sa coutume, le d'Avril.

523 Comparaison de la beauté, de l'esprit des de la verits.

524 Stances. Sur la Résurrection.

5.25

$18

521

is

Fin de la Table du Tome II.

BIBLIOTH..

BIBLIOTHEQUE

POËTIQUE.

LIVRE V I.

RACAN

ONORAT DE Bueil, Marquis

de RACAN, né en 1589. à Racan. H

la Roche - Racan en Tóu

raine, étoit fils d'un Chevatier des Ordres du Roi & Maréchal de Camp ordinaire de ses Armées. Il entra Page de la Chainbre de HENRI LE GRAND eu 160 5.. La forte inclination qu'il avoir pour la Poësie , le porta à s'y appliquer sous la conduite du fameux Malherbe, Tome II,

A

Ses Odes & ses Pastorales font foi qu'il
RAÇAn. avoit sçû profiter des leçons d'un si grand

Maître. Auffi nos plus célèbres Ecrivains
lui ont-ils rendu justịce; ' & c'est ainsi
que M. Despréaux, ce Critique si diffi-
cile, en parle , Satire IX,

Tout chantre ne peut pas , sur le ton d'un Orphée,
Entonner en grands Vers la Discorde étouffée,
Peindre Bellone en feu , tonnant de toutes parts ,
Et le Belge effrayé fuyant sur ses remparts.
Sur un ton si hardi , sans être téméraire ,

RACAN pourroit chanter au défaut d'un Homere,
Et dans le 1. Chant de l'Art Poëtique :

MALHERBE d'un Héros peut vanter" les exploits :

Racan chanter Philis, les Bergers dgn les bois. Sa Paraphrase ou son imitation en Vers des i so. Pseaumes, n'est pas , à beaucoup près, égale partout : mais pour peu que l'on envisage la grandeur & la difficulté

[ocr errors]

?

'Excepté le feul M. de Claville , qui dans fon Traité du urai mérite, dit de la meilleure foi du monde, que RAÇAY a eu autrefois quelque réputation. Cet autrefois & ce quelque font également injuricux à un Poëte, dont la réputation déja fort grande de fun vivant, n'a fait que croître & em: bellir jusqu'à nos jours depuis sa motr.

« PreviousContinue »