Dictionnaire Des Sciences Philosophiques, Volume 1

Front Cover
Adolphe Franck
L. Hachette, 1844 - Philosophers
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 263 - Nous ne parlerons pas des autres axiomes considérés par Kant luimême comme des applications diverses du principe de contradiction, par conséquent comme des jugements analytiques ; nous ferons seulement remarquer que ce caractère n'est pas le seul qui établisse une différence entre les axiomes proprement dits et les véritables principes ou les connaissances intuitives de la raison. Quand je dis que la partie est moindre que le tout, ou que deux quantités égales à une même troisième sont...
Page 492 - Je le vois trop : les soins qu'on prend de notre enfance, Forment nos sentiments, nos mœurs, notre croyance. J'eusse été près du Gange esclave des faux dieux, Chrétienne dans Paris, musulmane en ces lieux.
Page 172 - Je dis qu'il les a achevées, parce qu'aucun de ceux qui l'ont suivi jusqu'à notre temps, c'est-à-dire pendant près de quinze cents ans, n'a pu rien ajouter à ses écrits, .ni y trouver une erreur de quelque importance.
Page 160 - Ainsi il est bon de faire distinction entre la perception, qui est l'état intérieur de la monade représentant les choses externes, et l'aperception, qui est la conscience ou la connaissance réflexive de cet état intérieur , laquelle n'est point donnée à toutes les âmes, ni toujours à la même âme.
Page 547 - Locke distingue deux sources de nos idées, les sens et la réflexion. Il serait plus exact de n'en reconnaître qu'une, soit parce que la réflexion n'est dans son principe que la sensation même, soit parce qu'elle est moins la source des idées, que le canal par lequel elles découlent des sens.
Page 215 - On ne peut apporter dans l'exposition des arides préceptes de la logique plus d'ordre, d'élégance et de clarté qu'Arnauld, un discernement plus habile de ce qu'il faut dire, parce qu'il est nécessaire, et de ce qu'il faut taire, parce qu'il est superflu...
Page 357 - Bonnet, un flux perpétuel de tous les individus de l'humanité vers une plus grande perfection ou un plus grand bonheur, car un degré de perfection acquis conduira par lui-même à un autre degré; et parce que la distance du fini à l'infini est infinie , ils tendront continuellement vers la souveraine perfection, sans jamais y atteindre.
Page 517 - Dire que l'espace infini est sans parties , c'est dire que les espaces finis ne le composent point , et que l'espace infini pourrait subsister quand tous les espaces finis seraient réduits à rien. Ce...
Page 20 - Toute faculté a deux modes de développement : ou elle se développe simplement en vertu des lois fatales de la nature humaine, ou elle se développe sous la direction du pouvoir personnel. Il suit de ce fait capital , que dans l'étude des facultés , il ne faut pas prendre pour deux facultés distinctes les deux modes de développeinens d'une même faculté.
Page 549 - ... durée , connaître des vérités générales et particulières, ne sont que différentes manières d'être attentif; qu'avoir des passions, aimer, haïr, espérer, craindre et vouloir, ne sont que différentes manières de désirer ; et qu'enfin être attentif et désirer, ne sont dans l'origine que sentir, nous conclurons que la sensation enveloppe toutes les facultés de l'âme.

Bibliographic information