Oeuvres completes de Bossuet, évéque de Meaux: revues sur les manuscrits originaux, et les éditions les plus corrects, Volume 21

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 541 - Je veux bien qu'il sache que cela serait bon en temps de paix; mais en « temps de guerre, qu'on a le bras armé et le cul sur la selle, tout le monde
Page 444 - Il s'est imaginé que le peuple est naturellement souverain; ou, pour parler comme lui, qu'il possède naturellement la souveraineté , puisqu'il la donne à qui il lui plaît : or, cela , c'est errer dans le principe , et ne pas entendre les termes. Car, à regarder les hommes comme ils sont naturellement, et avant tout gouvernement établi, on ne trouve que l'anarchie, c'est-à-dire, dans tous les hommes une liberté farouche et sauvage , où chacun peut tout prétendre , et en même temps tout...
Page 446 - ... originairement de la multitude ou du peuple. Mais il ne faut pas conclure de là , avec M. Jurieu , que le peuple comme un souverain ait distribué les pouvoirs à un chacun : car pour cela il faudroit déjà qu'il y eût ou un souverain , ou un peuple réglé ; ce que nous voyons qui n'étoit pas.
Page 449 - Aucun bien, aucun droit ne peut s'attacher à lui. Il n'a ni voix en jugement, ni action, ni force, qu'autant que son maître le permet ; à plus forte raison n'en at-il point contre son maître. De condamner cet état, ce serait entrer dans les sentiments que M.
Page 407 - Car qui jamais a imaginé qu'un tel droit pût se trouver parmi les hommes, ni qu'il y eût un droit de renverser le droit même , c'est-à-dire, une raison pour agir contre la raison ; puisque le droit n'est autre chose que la raison même, et la raison la plus certaine, puisque c'est la raison reconnue par le consentement des hommes?
Page 133 - ... jamais, après avoir décidé tant de fois, et encore en dernier lieu dans le Concile de Trente, que tout le bien, jusqu'aux premières dispositions de la conversion du pécheur, vient d'une grâce excitante et prévenante qui n'est précédée par aucun mérite.
Page 73 - Distinguez donc la multitude abandonnée à elle-même, et livrée à son ignorance par un juste jugement de Dieu, de la multitude choisie, de la multitude séparée, de la multitude promise et bénie, conduite par conséquent avec un soin spécial de Dieu et de son...
Page 445 - S'imaginer maintenant , avec M. Jurieu , dans le peuple considéré en cet état, une souveraineté qui est déjà une espèce de gouvernement, c'est mettre un gouvernement avant tout gouvernement, et se contredire soi-même. Loin que le peuple en cet état soit souverain, il n'ya pas même de peuple en cet état. Il peut bien y avoir des familles, et encore mal gouvernées et mal assurées; il peut bien y avoir une troupe un amas de monde , une multitude confuse ; mais il ne peut y avoir de peuples...
Page 34 - Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, mais c'est moi qui vous ai choisis, et qui vous ai établis, afin que vous alliez et que vous portiez du fruit...
Page 98 - Dieu est miséricordieux et juste, pendant qu'il ne fait paroltre que colère et injustice, je n'aurois pas besoin de foi. Dieu caché dans sa majesté ni ne déplore la mort des pécheurs, ni ne la détruit; mais il opère la vie et la mort, et toutes choses dans tous. Il ne veut point la mort du pécheur, en parole; je...

Bibliographic information