Les Poètes françois, depuis le XIIe siècle jusqu'à Malherbe, Volume 2

Front Cover
Pierre René Auguis
Crapelet, 1824 - French poetry
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 195 - Le Temps a laissé son manteau Le temps a laissié son manteau De vent de froidure et de pluye, Et s'est vestu de broderye De souleil raiant, cler et beau.
Page 251 - La mort le fait fremir, pallir, Le nez courber, les vaines tendre Le col enfler, la chair mollir, Joinctes et nerfs croistre et estendre.
Page 263 - Puis fnriunc , qui sait le tour de discordance , Pour un simple d'amour fait un double bransler, Plus inconstant beaucoup que feuille d'arbre en l'air. Du dernier tourdion la mort nous importune ; Et si n'ya vivant qu'on ne voye esbranler A la dance de mort, d'amour et de fortune.
Page 191 - J'aymasse mieulx de bouche le vous dire. C'est par Dangier, mon cruel adversaire, Qui m'a tenu en ses mains longuement; En tous mes faiz je le trouve contraire, Et plus se rit, quant plus me voit dolent.
Page 147 - On doit le temps ainsi prendre qu'il vient: Tout dit que pas ne dure la fortune. Un temps se part, et puis l'autre revient: On doit le temps ainsi prendre qu'il vient. Je me comforte en ce qu'il me souvient Que tous les mois avons nouvelle lune: On doit le temps ainsi prendre qu'il vient: Tout dit que pas ne dure la fortune.
Page 163 - TOUT à l'entour de nos remparts Les ennemis sont en furie : Sauvez nos tonneaux , je vous prie ! Prenez plus tost de nous , soudards , Tout ce dont vous aurez envie : Sauvez nos tonneaux, je vous prie!
Page 155 - N'ont pas si riche nez! Pour te peindre en la sorte, II faut beaucoup de temps. Le verre est le pinceau duquel on t'enlumine, Le vin est la couleur Dont on t'a peint ainsi plus rouge qu'une guigne, En buvant du meilleur.
Page 164 - Tout ce dont vous aurez envie : Sauvez nos tonneaux, je vous prie! Nous pourrons après en beuvant Chasser nostre melancholie : Sauvez nos tonneaux, je vous prie!
Page 147 - Reviens, ami; trop longue est ta demeure: Elle me fait avoir peine et doulour.
Page 389 - Si n'y eust nul , tant fust-il empesché , Qui ne courust pour voir l'esprit immonde. Lors une bourse assez large et profonde II leur desploie , et leur dit : Gens de bien , Ouvrez vos yeux; voyez, y at-il rien? Non , dit quelqu'un des plus près regardans.