Page images
PDF
EPUB

détacher. Ton secours m'était nécessaire, ô Mort, pour arracher jusqu'à la racine de mes appétits sensuels; tu ne fais que mettre la dernière main à l'ouvrage. Tu ne détruis pas, tu achèves. Achève donc, ô Mort favorable, et rends-moi bientôt à celui que j'aime! »

Si le plus grand espoir de Bossuet a été de se réunir à celui qu'il aime, c'est-à-dire au Sauveur, rien ne lui eût été plus fâcheux que l'artifice profane que nous avons employé avec lui et qui consistait précisément à le séparer momentanément du Sauveur pour le rendre plus sympathique aux lecteurs incrédules ou indifférents; mais, nous l'avons dit, ce n'est là qu'un jeu de rhétorique, commode pour l'exposition, mais qui, pris à la lettre, altérerait la grande figure de Bossuet. Il est ce qu'il est; mais son originalité dans l'histoire des lettres est d'être ce qu'il est, à savoir un prêtre, et le plus grand des prêtres. Dans nos littératures classiques, grecque ou romaine, il n'est pas trace d'un prêtre écrivain, d’un prêtre éloquent, d'un prêtre philosophe ou moraliste. Le bon Plutarque, comme on l'appelle, était bien prêtre, mais un prêtre qui ressemble plus à Charron et à Gassendi qu'à Bossuet. Dans les littératures protestantes, anglaise ou allemande, nous ne trouvons qu'un nom qui puisse balancer le nom de Bossuet : c'est celui de Luther; mais Luther est un révolté. Est-ce comme prêtre, n'est-ce pas plutôt comme émancipateur qu'il a été grand et puissant ? Les Pères de l'Église, considérés comme théologiens, sont sans doute plus grands que Bossuet, puisqu'ils ont fait et constitué le dogme et qu'il n'a fait que les suivre ; mais, comme écrivains, malgré les fragments de génie qu'on a pu extraire de leurs écrits, aucun, sauf un seul, saint Augustin, ne se recommande par des chefs-d'ouvre et par des ouvrages d'ensemble qui puissent soutenir la comparaison avec ceux de Bossuet. Quant à saint Augustin, il est en effet le seul nom digne d'être mis en balance avec Bossuet, et comme prêtre et comme écrivain. En un sens même, saint Augustin est plus original que Bossuet. La subtilité de son esprit, son éducation païenne, les passions de sa jeunesse, le coup de foudre de sa conversion, tout cela fait de lui un personnage plus compliqué, plus hardi, plus inventif que Bossuet, qui n'a jamais connu que l'autorité,

[ocr errors]

soit pour y obéir, soit pour l'imposer aux autres. Chez Bossuet, l'ombre d'un trouble ne parait pas avoir jamais pénétré ni dans son esprit ni dans son cour; et certains aspects de la vie lui sont restés étrangers. En revanche, saint Augustin a le malheur d'appartenir à une littérature et à une langue de décadence; il était d'un de ces temps dans l'histoire, où l'on ne fait plus de chefs-d'oeuvre. Le controversiste l'a emporté chez lui sur l'artiste : son éloquence africaine est restée abrupte, subtile, pleine de force, mais sans cette simplicité et cette largeur que Bossuet a su trouver dans les Écritures en les mariant, dans son admiration et dans ses lectures, avec l'éducation classique. Si les Confessions, dans les dix premiers livres, sont une Quvre incomparable, rien, dans les autres cuvres de saint Augustin, ne peut être égalé aux chefs-d'oeuvre de Bossuet. Il reste donc comme le seul qui ait uni à la fois, et dans la perfection, le génie littéraire et l'autorité du sacerdoce, le style et la doctrine, l'imagination et la foi. Il est et il demeurera le plus haut et le plus achevé modèle de l'éloquence chrétienne : c'est pour terminer par ce lieu-commun que nous avons cru devoir passer par une sorte de paradoxe et présenter pendant quelques instants, pour le mettre au goût du jour, un Bossuet laïcisé.

Bossuet moraliste achève les études de psychologie que nous avons faites avec Racine, Molière et La Bruyère. Lui aussi a étudié les passions, les caractères et les moeurs, mais moins pour les peindre que pour les régler. Il avait le goût de son temps pour les analyses du coeur et l'observation des hommes. Il y ajoutait l'idée de la règle, le sentiment du devoir et l'amour de Dieu. On pourrait poursuivre dans d'autres écrivains, La Rochefoucault, Pascal, Nicole, La Fontaine ces études de psychologie littéraire. Nous nous sommes borné à une esquisse que chacun peut aisément continuer par lui-même dans les écrivains qu'il aime le mieux.

FIN

« PreviousContinue »