Page images
PDF
EPUB

nouveaux. On peut dire que dans le Ministere de la Parole il a eu beaucoup de concurrens & peu de lemblables. La haute reputation qu'il s'est acquise est un prejugé favorable pour ces Explications, dont il a bien voulų le charger.

Tout me fait esperer MONSEIGNEUR que VOTRE ALTESSE SERENISSIME recevra gracieufement ce Volume. Je m'en flate avec d'autant plus de raison, qu'Elle y trouvera dequoi nourrir Sa pieté, par les sujets exprimez dans ces Estampes, & de quoi exercer Son goût pour les beaux arts, en examinant l'élegance & la correction du deslein; la bienseance & le pathetique des caracteres; la noblesse & la verité de l'expression; le fage & l'ingenieux menagement du clair-obscur; la force & la liberté du þurin; en un mot, les beautez qui doivent concourir poor la perfection d'un recueil d'Estampes tel que celuici. J'ai encore pour garant d'un favo.

4

rable

*

rable accueil cette delicieuse affabilité qui Vous gagne les cæurs de tous ceux qui ont l'occasion & l'honneur de Vous approcher.

Il n'y a personne, MONSEIGNEUR , qui ne voye avec une joye mêlée d'admiration les vertus qui étoient partagées entre plusieurs de Vos Ulustres Ancêtres se réünir dans VOTRE ALTESSE SERENISSIME; mais ce qui nous charme le plus, c'est de voir à quel degré Vous possedez celle qui orne & sanctifie toutes les autres : je veux dire la pieté & l'amour de la Religion. Cette

qualité, qui est héréditaire dans la maison d'ORANGĘ depuis plusieurs siecles, se develope en Vous avec les années & est un doux présage des benedictions que Dieu repandra sur tout le cours de votre vie.

Vous en avez déjà ressenti MONSEIGNEUR des effers bien éclatans. Privé dès le berceau d'un Pere, dont toutes les actions auroient été pour

Vous autant de leçons de l'Héroisme le plus parfait, Vous avez eu le bonheur de voir cette perte reparée par les soins que l'Auguste Princesle Votre Mere à eu de Votre Education. Heureusement pour Elle & pour Vous MONSEIGNEUR Elle a trouvé en Vous des dispositions qui sembloient même prévenir les enseignemens. Vertueux par temperament ,

l'instruction ne trouvant dans Vorre Elprit & dans Votre Cæur aucun obitacle qui en retardât les progrès, il est moins étonnant qu'à Votre âge Vous ayez déjà acquis un grand fonds de savoir , & de qualitez personnelles : Mérite d'autant plus estimable Jans un Prince, qu'il est rare d'en voir qui préferent comme Vous faites l'étude des Sciences & de la Vertu à l'oisiveté & aux plaisirs.

Fasse le Ciel que les années qui ont manqué à la Vie du Pere soient ajoutées à celle du Fils, & puisse un jour long & ferain acquiter les promesses

de

*

[ocr errors]

de la plus belle aurore qui fur jamais. J'ai l'honneur d'être avec un très-pro. fond respect,

MONSEIGNEUR,

DE VOTRE ALTESSE
SERENISSIME,

Le très humble & très-obéissant

Serviteur

PIERRE DE HONDT

« PreviousContinue »