Page images
PDF
EPUB

mée dans les gouffres de la Mer Rouge, & quo les eaux se retirérent pour laisser un passage libre aux Ifraëlites ?

On doit aussi considérer la maniére, dont les Idolatres recevoient certaines Divinitez, qui leur avoient été inconnues auparavant. Quand une Divinité, qu'ils avoient méprisée, opéroit quelque grand exploit, ils commençoient alors à la regarder avec d'autres yeux. On ne doit pas être pas surpris que le Dieu des Ifraëlites devenu vénérable aux yeux des Egyptiens dans quelques-unes des circonstances que j'ai marquées, leur ait parû mériter qu'on reçût les cérémonies qu'il avoit lui-même confacrées. * Spencer, donne lui même beaucoup de force à ce raisonnement, en suposant que les grands services, que Joseph avoit rendus aux Egyptiens, les avoient portez à le mettre au nombre des Dieux, & que ce Patriarche étoit leur fameux Sérapis. Nous ne faurions nous ranger à cette opinion, quelque favorable qu'elle loit à notre systéme. Elle a été ce me semble bien solidement réfutée par de lavans hommes, & en dernier lieu par 19 Mr. Prideaux. Mais fi

27 l'on Pon conçoit que le Libérateur de l'Egypte ait pû être mis au nombre des Dieux par les Egyptiens, aura-t-on de la peine à concevoir qu'ils ayent adopté quelcune des cérémonies de fon culte, & en particulier la Circoncision? Nous ne croyons donc pas que ces paroles , j'ai roulé de deffus vous Popprobre des Egyptiens, soient é.

qui26. SPENCER de Legibus Hebr. Tom. II. Lib. III. cap. 8. dissert. 5. pag. 273.

27. PUDEAUX Histoire des Juifs, II. partie lib. I. tom. 3. pag. 18.

[ocr errors]

quivalentes à celles-ci, j'ai ôté de dessus vous ce gui fefoit qu'on vous abhorroit en Egypte.

2 Spencer leur donne un autre sens. Il ene tend ici par l'opprobre des Egyptiens l'esclavage sous lequel les Ifraëlites avoient été aslervis en Egypte. La Circoncision selon ce savant homme ôtoit cet opprobre, parce qu'elle témoignoit que ceux à qui on l'administrait étoient les en fans d'Abraham, & les légitimes héritiers de la Terre de Canaan , qui avoit été promise à la postérité de ce Patriarche. Quelque brillante que soit cette pensée, nous n'en ferons pas

éblouis. Les Ifraëlites, qui avoient été esclaves en Egypte, y avoient été circoncis : s'il faut entendre par l'opprobre des Egyptiens, l'esclavage sous lequel les Ifraëlites gemisfoient en Egypte, & fi la Circoncision avoit eu la vertų d'oter cet opprobre, on auroit pû dire qu'ils étoient hors d'esclavage en Egypte lorsqu'ils y étoient esclaves, puisqu'ils étoient circoncis alors; ce qui implique contradiction.

· Théodoret prétend qu'un grand nombre d'Ifraëlites ayoient négligé de se faire circoncire en Egypte. Si ce fait étoit prouvé, au lieu qu'il elt avancé fans fondement, on pourroit entendre par Popprobre des Egyptiens , celui que les lsraëlites avoient eu en Egypte, lorsqu'ils avoiént négligé le Sacrement de la Circoncifion. On pourroit parafrases de cette maniére les paroles, dont nous cherchons le sens : J'ai ôté du milieu de vous la honte dont votre prépuce vous couvroit en Egypte, ( quc pous avez conservée dans le Defert.

Colf

28. SPENCER de Legib. Hebr. Tom. I. Lib. I. cap. 4. sect. 4. pag. 29.

29. THEODORET. quaft. 4. in Jof. Tom. I. pag. 199

L'explication qui nous semble la plus naturelle, c'est celle-ci : J'ai ôté de dessus vous l'op? probre des Egyptiens : c'est-à-dire, j'ni ôté de des. sus vous ce qui vous renduit conformes aux Egyptiens, et qui avoit rendu les Egyptiens abominables

. à vos yeux , lorsque vous étiez en Egypte. · Or ce qui avoit rendu les Egyptiens abominables aux Juifs, c'étoit le prépuce.

Nous ne ferons plus qu'une remarque au sujet de ce qui est raconté sur la Circoncision ad

ministrée par l'ordre de Josué. Elle roule sur Josué

le nom du lieu, où se pasla cet événement. Il V. 3.9. est appellé Guilgal, & Côteau des prépuces. Il est

clair que quand l'Historien l'appelle de cette maniére, il suit le style dont nous voyons tant d'exemples dans l'Ecriture , il donne au lieu dont il parle

, un nom qu'il n'a porté qu'à l'occasion de l'action qu'il vient de raconter. Le lieu , dont il est ici question, ne fut appelle Côteau des prépuces , que parce que c'étoit un lieu élevé, où les Israëlites furent circoncis, Une des plus extravagantes pensées 30 des Rabins, c'est que Josué entafla les uns sur les autres, tous les prépuces de ceux qui furent cir

concis, & qu'il en fit un si grand monceau Verf.9. qu'on pouvoit le prendre pour un côteau. Ce

lieu fut aussi appellé. Guilgel, d'un mot Hébreu qui signifie rouler.. Il est dit expressément qu'il eut ce nom, parce que Dieu avoit dit,j'ai rou de deffus vous Popprobre des Egyptiens. Il est

éton

?

30. JALCJT Tom. II. fot. 4. pag. I, col. 1. P14 KE ELIEZER cap. 29. pag. 68.

31. JOSÉ P H. Antig. Lib. V. cap. I. pag. 182,

31

[ocr errors]

étonnant que Josephe ait avancé 3" que le mot de Guilgal signifie liberté. Quelque surprenante que soit cette méprise; elle Pest encore moins que celle des Septante, qui en faisant l'histoire de la Circoncision que nous venons de raconter, ont

Voi. la pris le mot Hébreu midbar, qui signifie Desert , Version pour le nom propre du Desert dans lequel les des LXX. Juifs furent errans pendant quarante ans: du sur Josué moins ils ont ajoûté à ces paroles du Chap. V.

V. 5. vers. 5. de Josué, on n'avoit circonci aucun du pexple dans le Desert, le mot de Mabdaritide.

Le second évenement remarquable qui fc paffa dans le camp de Guilgal, ce fut la célébration de la Pâque. Elle avoit été négligéć dans le Desert coinme la Circoncision , & par des raisons à peu près semblables. D'ailleurs il

à n'étoit pas permis à ceux qui n'avoient pas reçû la Circoncision de participer au Sacrement de la Pâque. La Loi difoit expressément, que les étrangers ne pouvoient y être admis qu'après avoir reçû ce signe de l'Alliance : Si quel. Exod. que Etranger qui habite dans ton païs, veut faire XII. 43. la Pâque à l'Eternel , il faut que tout mâle qui lui apurtient fuit circoncis: alors il s'aprochera pour faire la Pâque, il sera comme celui qui est au milieu de voils: mais aucun incirconcis n'en mange

Les Rites des Juifs répondoient à cette Loi. » La Guemare de Babylone porte, que celui qui néglige de circoncire quelcun de ses enfans mâles, ou de les domestiques, n'est pas en état de célébrer la Pâque. Et voici un paílage remarquable de 33 Manimonidés : Comme un homme ,

quii 32. Gemara Babyl. ad tit. Jebamot. cap. 8. fol. 70.76. pag. 2.

33. MAIMONIDES Tractat. Corban. SALOM. J ARCHI in Exod. XII. 44. pag. 480,

ra.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

qui n'a pas recù lui-même le figne de la Circoncifiontz
ne peut pas faire la Pâque, aussi celui, qui néglige
de Padministrer à quelcun de ses enfans ou de les
esclaves , soit grands, soit petits , ne peut pas y
participer , selon ce qui est écrit, que le mâle foit
circoncis, qu'enfuite il falle la Pâque. Que s'il
immole la vi&time Paschale avant que d'avoir été
circoncis, il profane la Pâque. Il n'y avoit qu’u-
ne exception à cette régle générale: elle étoit
en faveur de ceux dont les fréres étoient morts
de la plaie de la Circoncision, s ainsi que nous
Pavons déjà expliqué.

Dès que Josué eût levé, à l'égard des Ifraë-
lites qui étoient sous ses ordres, le grand obsta-
cle qui les éloignoit de la Pâque, il les admit
à ce Sacrement : ils furent circoncis, & ils cé:
lébrérent la Pâque. Nous avons besoin de rap-
peller ici ce que nous avons déjà remarqué, que
f'ordre d'administrer la Circoncision ne regara
doit que ceux qui étoient nez depuis la sortie
d'Egypte. Il est démontré que tous ceux qui
en étoient fortis n'étoient pas morts dans le Dea
sert. Ce ne furent que ceux qui étoient au des-
sus de l'âge de vingt ans, & qui avoient mur-
muré dans Cadés Barné. La Tribu de Levi
n'avoit pas non plus été envelopée dans le sera

ment que Dieu avoit prononcé, qu'aucun des Nombr. Ifraëlites n’entreroit dans le païs qu'il avoit juXIV. 30. ré de leur donner. Nous rappellons ici cette

remarque pour résoudre une difficulté qui se
présente naturellement à l'esprit dans l'Histoire
que nous racontons. Les Ifraëlites passérent le
Jourdain le disiéme jour du mois de Nifan. Ils
allérent ce jour-là même , ou peut-être le jour

fuis 34. Dans notre I, vol. Discours XV. pag. 257.

« PreviousContinue »