Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

TEXTE.

PARAPHRASE.
les vangeances en les concussions exercées con
Ifraël, ou de ce tre son peuple , & d'inspi-


que le peuple a été rer aux Ifraëlites le géné-
porté de bonne vo- reux deflein d'affronter la
lonté.

mort pour combattre l'armée

du Tyran.
Vers. 3. Vous
3

Le Cantique, que j'en-
Rois écoutez, vous tonne à la gloire de notre
Princes prêtez Po- Libérateur, n'est pas seule.

.
reille : c'est moi, ment digne de l'attention de
c'est moi , qui ces Israëlites, qui jouissent
chanterai à l'Eter- du fruit des victoires que je
nel, je pfalmodie- publie : il mérite aufi la
rai à l'Eternel, vôtre, Princes idolatres. E-

. E.
le Dieu des Ifraë- coutez une femme : & ap-
lites.
prenez de la sublimité de les

ses
idées, & de la pompe de ses
expressions, quelle est la Ma-

jesté du Dicu qui Panime. Verf. 4. 5. O

Grand Dieu tu fais renaî-
Eternel, quand tu tre aujourd'hui ces jours mé-
fortis de Sebir, morables, dans lesquels tu
quand tu marchus signalois en faveur de ton
du territoire d'E. peuple ta force & ta bonté.
dom, la Terre fut Quand les enfans d'Israël
ébranlée, & même erroient dans le Desert, quand

ils
REMARQU E S.
quelques circonstances, qui nous font inconnues au-
jourd'hui. Sehir , dont il est fait mention dans le Tex-
te, est une montagne de l'idumée.

On peut aussi entendre par ces paroles du verf. 5.ce
Sinaï ; que les montagnes d'Idumée devinrent aufli
épouvantables par les lignes de la présence de Dieu,
que l'avoit été Sinaï quand la Loi y fut donnée.

у

[ocr errors]

TEXTE.

PARAPHRASE, les cieux fondi- ils côtoyoient les frontiéres rent en eaux. Les de l'Idumée, à travers las Montagnes spécoisa quelle le fier lduméen refusa lèrent de devant de leur donner passage , tu fis l'Eternel , ce Sinaï paroitre d'une façon écla

, même de devant tante que tu marchois toil'Eternel, le Dieu même à la tête de ton peu! Ifraël

ple. Ta Nuée lui servit de guide. La Terre sembia témoigner par ses secoufles, les Cieux par leụrs Phénomènes, les Montagnes par leurs tremblemens , Sinai par les fignes formidables de ta préience, toutes les Créatures

par leurs mouvemens, qu'el.

vouloient prendre la querelle de ton peuple outragé; & préter leur ministère pour punir l'injure, que venoient de lui faire les trop dignes descendans d'Elaü.

Les prodiges, que tu operes en notre faveur, ne cèdent en rien à ceux que l'on vit alors. Et tu fais éprouver aujourd'hui à ceux qui nous

a

oppriR E F L EXIONS. Les grands chemins point battus, il y a ainsi dans le Texte verf.6. Cela déligne, ou les incursions des ennemis sur les Ifraëlites, ou peut être les brigandages, que les Ifraëlites eux-mêmes exerçoient contre beurs Frères : nous avons pris le premier sens.

d C'est ainsi que nous traduisons le mot 10, pherajon, à tout hazard, & entrainé par les interpretes:

So.

[ocr errors][ocr errors]

C

TEXTE,

PARAPHRASE. oppriment dans cette terre, que tu nous ayois promise, les mêmes châtimens que tu déployas contre ceux qui traversoient nos Pères, lorsqu'ils voulurent en prendre poffef

fion. Vers. 6. Anx A peine y a-t-il quelques jours de Schamgar années que nous étions errans fils de Hanath, comme nos Pères l'avoient aux jours de Ja- été dans le Desert. Les enhel les grands nemis occupoient la plû part chemins' n'étoient de nos villes. Les grands plus battus , e chemins étoient devenus imceux qui alloient praticables : nous ne pouvions par les chemins aller que par des sentiers déalloient par des tournez. routes détournées.

Celles de nos places, que Verl.97.8. Les nous ne pouvions fortifier, bourgs n'étoient étoient abandonnées de leurs point habitez en habitans , qui craignoient d'y Ifraël, ils n'étoient être impitoyablement masiapoint habitez juf- crez. qu'à ce que je me Mais, toi grand Dieu, tu suis levée, - moi suscitas un nouveau Moyse Débora, que je en la personne de Schamgar. me suis levée pour Un aiguillon à bæuf fut

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

dans REFLEXIONS. 40 S. Jérome traduit les Hommes forts, & il croit qu'il s'agit là des Prophètes, qui faisoient leurs efforts pour porter les Ifraëlites à la repentance.

e 41 Jar40 HIERO N. Cesjaverunt fortes in 1sraël. Voi, la traduction du 5. des Juges, tom. I. pag. 290.::

3

PARAPHRASE. étre mère en Ifraël. dans ses mains comme cette Israël choifissoit-il verge, dont tu munis jadis des Dieux nou- notre grand Législateur : & veaux ? alors la ce que celle-ci eût de puisguerre étoit aux fance contre l'Hamalékite, portes. A-t-on vút l'aiguillon la eu contre les ou bouclier ou lan- Cananéens. ce parmi quarante La même oppression, dont mille soldats d'Il- la vûe avoit armé le bras du raël.

TEXTE.

valeureux Schamgar, nous étoit survenue aujourd'hui, & comme nous nous étions rendus coupables de la même idolatrie, tu avois envoyé contre nous les mêmes fleaux. e L'ennemi nous avoit mis hors de défense, non seulement il avoit jetté l'épouvante & l'horreur au milieu de nous, mais il ne nous avoit pas laissé même un bouclier ou une lance, avec les

quels REMARQU E S. € 45 Jarchi donne peut-être avec raison un sens bien different à ces paroles du verset 8. Ifraël choisisoit-il des Dieux nouveaux? &c. At on bouclier lance en quarante mille d'Ifraël? Voici la Paraphrase de ce Rabbin : Pendant que les Ifraëlites se font choisis des Dieux nouveaux, (où des Dieux étrangers) ils ont eu besoin d'avoir toûjours la guerre à leurs portes (où d'y entretenir une Armée.) Mais à présent que vous vous offrez de bon coeur , voyez si vous avez besoin de bouclier ou de lance pour combattre contre les quarante mille Chefs de l'Armée , que l'ennemi avoit levée contre If

raël. 41 Sal. J AR CHI sur ce passage pag. 64.

un

autre

[ocr errors]

TEXTE.

PARAPHRASE.
quels nous puissions repous-
fer ses concussions

f Mais moi, moi, j'ai été
suscitée comme
Schamgar : le Dieu tout-
puissant m'a élevée au dessus
des foiblesses de mon Sexe,
& m'a commise pour prési-
der sur la conduite de tout

Ifraël.
Verf. 9. Mon O vous, qui avez fû .con-
çaur aime les Gou- noitre que je ne m'étois
verneurs d'Israël, point ingerée dans cette Char-
de ceux qui se ge éminente, & que c'étoit

,
font portez volon- Dieu lui-même qui m'en a-
tairement d'entre le voit revétu , vous, qui 6 au
peuple : bénissez premier signal de mes vo-
l'Eternel.

lontez avez marché contre
les Tyrans, dont je vous
promettois la défaite : Chefs
des armées d'Israël, & vous
tous qui combattez sous leurs

[merged small][ocr errors]

2

ordres, R E MARQUE S. raël. Dieu a dislipé lui-même ses ennemis en armant les Etoiles contre eux: le torrent de Kifchon les a abimez.

f Il y a ainsi dans l’Original. Voj. une ridiculę explication allegorique dans 42 Jarchi.

8 Il y a dans l'Original le même mot qui est days le verf.2. ceux qui se sont portez volontairement: c'est par ce mot que Débora déligne ceux qui avoient déferé sans contrainte aux ordres qu'elle avoit donner de la part de Dieu.

s

1

h C'est

42 Idem ibid. pag. 62,

« PreviousContinue »