Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Aulx, les oignons, toutes les parties du corps humain, tout ce qu'il y a de plus vil dans la Nature étoit rangé parmi les Dieux, ainsi que plusieurs Savans l'ont prouvé, & comme on s'en convaincra fur-tout en jettant les yeux sur

la " Table Isiaque de Pignarius, & sur le riche Ouvrage du Père '3 Montfaucon, que nous ayons déjà cité. Enfin la troisiéme sorte de Religion,

, que Josué met devant les yeux des Ifraëlites; c'est celle du pais de Canaan : afin

que si une avidité insatiable d'idolatrie leur feloit trouver que la Chaļdée, d'où leurs Ancêtres étoient venus, & que l'Egypte , où leurs Pères avoient été afservis pendant fi longtems , ne leur fournis. soient pas assez d'Idoles, ils l'assouvissent en adoptant toutes les fausses Religions des peuples, que Dieu venoit d'exterminer devant leurs yeux. Ces Divinitez font appellées les Dieux des Amorrhéens, & ce dernier terme doit se prendre là dans un sens vague , qui exprime tous les peuples de Canaan, dont les Amorrhéens formoient un des plus considérables, ainsi que nous 14 avons déja eu occasion de le remarquer. Ceux qui voudront s'instruire à fonds sur les noms de ces Dieux des Cananéens, sur leur origine, sur le culte qu'on leur rendoit, n'ont qu'à puiser dans 's les riches sources que nous leur monțrons. Josué oppose toutes ces Religions à cel. le du Dieu du Ciel & de la Terre , & laissant au choix des Israëlites celle qui leur paroitroit

12

dir? Tabula laca LAURENTII PIGNORII, pag. 16.

.

13 MONT FAUCon. ibid. tom. II. part. 2. depuis la page 2 70. jusqu'à 355.

la plus digne de leur attachement & de leurs hommages, il leur dit : Choisissez qui vous voulez servir.

C'est cette liberté des contractans, qui fournit un second sujet à nos réflexions, & qui doit être observée dans le renouvellement de notre Alliance avec Dieu. Nous sommes libres: nous sommes souverainement libres d'entrer dans l'Alliance, que Dieu nous propose dans la Religion, ou de n'y pas entrer. Dieu nous presse, il est vrai, d'accepter cette Alliance; ses ferviteurs nous preslent comme lui, & ne pouvant nous attirer, ils voudroient souvent nous arracher aux miséres inévitables, dans lesquelles nous nous jettons, fi nous refusons les graces, que Dieu nous offre dans la Communion. Nous abusons des tendres soins, qu'on se donre pour nous fauver. Il nous semble que nous fommes néceflaires à la félicité du Dieu bienhen- I Tim.. yeux , & qu'il manquera quelque trait aux". beautez de la Jérusalem céleste, & aux douceurs de la societé des Saints glorifiez , si nous en sommes exclus. Erreur grofliére. Dieu eft suffisant à lui-même. Il a joui fans nous, & lorsque nous n'existions pas encore, d'un bonheur parfait, il peut encore en jouir sans nous éternellement. Il est environné de milliers, de

Daniel dix mille milliers , qui le fervent, & qui asistent VII. 10. continuellement devant lui pour obéir à ses ordres suprêmes. Il peut des pierres méme faire naitre Mattli. des enfans Abraham, comme l'attestoit St. Jean

II.

[ocr errors]

Baptiste, 14 C'est le sens qu'on doit donner au mot Amore rbéen dans Génése XV. 16.

15 SELDEN. de Diis Syris Syntagm. l. cap. I. pag. 2. & alibi pallim. Vossius de Idol. libi II. cap. 55 pag. 125. & alibi paflim.

III. y.

4.

Baptifte. C'est fa charité qui nous preffe. C'est du sein de les miséricordes éternelles que par

tent les invitations, qui nous font faites de la Oséexi. part. C'est son amour qui a formé les corda

ges, dont il se sert pour nous attirer. Encore une fois, nous sommes libres, nous sommes souverainement libres. Il nous est permis de peser mûrement nos interêts. Si nous trouvons un moyen plus efficace que ceux qui nous font fournis dans la Religion pour éclaircir nos doutes, pour fixer nos penfées flotantes, pour calmer nos remors, pour adoucir les amertumes de notre vie, pour combattre les horreurs de la mort, pour appaiser cette foif de félicite qui nous ronge & qui nous devore, il nous est permis de les employer. S'il vous déplait de servir PEternel, choisissez qui vous voulez servir , ou des Dieux que vos Pères ont servis au-delà fleuve : ou des Dieux des Amorrhéens dans le païs desquels vous habitez.

Mais si Josué laisse les Ifraëlites dans la liberté de se ranger à la Religion du vrai Dieu, ou à celle des Idoles, il ne laisse pas à leur choix de prendre successivement l'une & l'autre de ces Religions ; du moins il leur ôte les chimériques espérances de participer aux avantages de toutes les deux. C'est pour cela que nous avons remarqué dans le Discours, qu'il leur adresse, la néceflité du choix qu'il leur impofe.

La Divinité use envers nous d'une condescendance que nous ne faurions trop admirer, & pour laquelle nous ne saurions avoir de reconnoissance trop vive. Elle nous donne tout le temps, dont nous avons besoin, pour étudier les caractéres de vérité qui brillent dans la Religion, & pour sentir toute la force des motifs

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

qui doivent nous attacher à la vertu. Elle accepte même pendant quelquc temps notre dé. votion, quelque imparfaite qu'elle puisse être : & comme après nos égaremens nous revenons quelquefois à nous-mêmes, elle attend que nos retours seront lincères , & que nous nous dé. vouerons enfin tout entiers à ses volontez. Nous avons trop longtemps abusé de ce support, & trop longtemps changé cette grace en dissolution. Judet 4. Persuadez que Dieu seroit toûjours fatisfait de ce mélange confus de vice & de vertu, de Rei ligion & d'Irreligion, d'amour pour l'erreur , & d'amour pour la vérité, nous avons pris sa patience pour approbation, & nous nous sommes résolus à suivre toûjours le même genre de vie.

Mais il y a des jours, dans lesquels la Divinité nous déclare, qu'elle ne souffrira plus de partage. Elle veut que nous nous déterminions. Elle nous laisse une entiére liberté sur le parti que nous voudrons prendre: mais elle veut que nous en prenions un. Elle nous assure qu'elle regardera le refus, que nous pourrons faire de nous déterminer, comme un attentat contre sa Majesté, & elle nous dit Choisissez qui vous vous lez servir. La nécessité du choix : c'est la troisiéme chose, qui doit être observée dans notre renouvellement d'Alliance avec Dieu.

La quatriéme est l'étendue de la condition. Cette condition est marquée dans le Discours de Josué: Craignez l'Eternel, fervez le en vérité

en intégrité. La premiérc de ces expressions renferme une idée générale de la Religion, Cruignez PEternel. Les deux expressions suivent, marquent les deux parties de la Religion, serves , le en vérité & en intégrité. Vérité

par

, qui

par opposition à cette détestable Idolatrie, pour Jaquelle les Juifs eurent toûjours un fi criminel panchant : Intégrité par rapport à ceš vices abo

છે minables, qu'on leur vit si souvent commettre. Double condition, à laquelle doivent se foû. mettre tous ceux qui veulent entrer en Alliance avec Dieu.

1. Ils s'engagent de servir Dieu en vérité. Ils promettent de dérober aux distractions du Sila cle une partie du temps qu'ils leur avoient don. né, & de l'employer à augmenter leurs lumié. res, à sonder les Ecritures, à envisager le Systéme de la Religion, autant qu'ils en sont capablos, sous toutes ses faces : à le comparer avec la voix de la Conscience : avec les desirs de leur cour: avec ce concert unanime de créa. tures, qui publient une partie des vérités de la Religion. Ils promettent de professer la véria té, non seulement dans des temps de paix & dë calme, lorsque l'Eglise triomphe, mais même dans les temps de troubles & de persécutions, & lorsque les ennemis de la Religion semblent parvenus au but qu'ils se proposent de l'extirper.

2. Ils s'engagent de servir Dieu en intégrité. L'intégrité est cette disposition d'esprit , qui porte celui qui la posséde à ne pas se contenter d'un Systéme de Morale tronqué, mais à comprendre toutes les vertus dans la sphére de leurs devoirs

La plupart des hommes ont une Religion pour la jeunesse, & une Religion pour l'âge mûr. Ils se croyent dispensez, dans la fougue de leurs jeunes ans, d'une partie des vertus qui font prescrites aux vieillards. Ce n'est pas là

1 fervir Dieu en intégrité. C'est un Systéme tronqué.

Servis

[merged small][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »