Page images
PDF
EPUB

12.

cas.

qui est appellé le chemin d'un Sebat, dans le livre

des actes. Ils ne se dispensent de cette loi que Ades I. pour des raisons importantes, comme quand

ils sont appellez à aller dans une maison de deuil, à assister à des noces, ou à rendre hommage à quelque Rabin, ou lors qu'ils veulent

à éviter des Brigands. Encore se croyent ils obligez à cette précaution dans la plupart de ces

લે

Ils placent à deux mille coudées du lieu, d'où ils doivent partir le jour du Sabat, un pain qu'ils mangent dans cet endroit-là : quand ils l'ont mangé, ils font encore dans scrupule deux mille coudées: parce que ce lieu, où ils l'ont placé ; est sensé celui d'où ils partent, quoiqu'ils ayent déjà fait le chemin d'un Sabat

. Ce pain s'appelle Gneroub, c'est-à-dire , pain de mixtion; ou parce qu'il leur donne le droit de joindre deux mille coudées au chemin qui leur étoit permis: ou plûtôt parce qu'ils le compofent d'une farine ramaflée dans diverses maisons le jour de la fête des Tabernacles, ou au commencement de celle de Pâque. 4? J'indique les sources, où l'on pourra puiser dequoi s'instruite à fonds sur ce rite. S'il y a de la fuperftition dans les pensées que l'ordre de Dieu , donné à Josué touchant les deux mille coudées, a fait naitre aux Ifraëlites, elle est plus excusable que celle de « quelques Chrétiens, qui ont crû que ces deux mille coudées marquoient les deux mille ans, qui devoient s'écouler depuis le pasfage du Jourdain jusqu'au période , où le pré

[ocr errors]

a

[ocr errors]

cur

42. Voi. J ALCUT ibid. MAIMONID in cap. 6 titul. Michna Tom. II. Erubim pag.'111. &c. de SUR ENHUSIUS

43. SALIAN. Annal. Tom. II. pag. 315. col. 2.

$

.

curseur de Jesus-Christ baptiseroit ses Proselytes dans les eaux de ce fleuve.

III. Le troisiéme ordre, que Josué donna Jofué aux Ifraëlites avant le passage du Jourdain, fut 111. 5: qu'ils se purifiassent. L'Historien ne dit pas en quoi cette purification devoit consister. Il est yraisemblable qu'elle étoit du même genre que celles, que Dieu · avoit déjà exigées , lorsqu'il voulut avoir quelque communication particuliére avec eux, ou leur donner quelque marque éclatante de la faveur.

IV. Josué prescrivit aux Ifraëlites qu'ils choisissent douze d'entre cux, pour prendre Josué chacun une pierre dans l'endroit du Jourdain, IV. 24 où l'Arche le feroit arrêtée. Ces pierres devoient être dressées dans le premier lieu , où les Ifraëlites camperoient après avoir passé le Acuve: el. les devoient être un Monument de la merveille, que Dieu auroit opérée en faveur de son peuple. Rien n'est plus simplement exprimé que cet ordre dans l'Histoire Ste.: rien n'est plus naturel que la raison qui en est alleguée. On y a pourtant trouvé de grands mystéres. " St. Jérome dit que ces pierres représentoient les douze Apôtres : “ Joséphe a changé ce Monument en Autel. Quelques Juifs ont confondu ces douze pierres avec celles, dont il est parlé dans le Chap XXVII, du Deuteronome, Verf.2. 4

. . . où nous trouvons ce commandement de Dieu à Moyse: Quand vous aurez passé le Jourdain, vous dresserez de grandes pierres , vous les endui.

17

[ocr errors]
[ocr errors]

rez

44. Voi. notre Discours XLI. pag. 527. vol. 1.
45. Hieron. Tom. IV. part. 2. pag. 676.
46. JOSEPH. Antig. Lib. v. cap. 1. pag. 180.
47. Sota fol. 34. & 36.

.

[ocr errors]

rez de chaux , vous les dresserez sur la montagne de Hébal. Ils ont dit qu'en vertu de cet ordre les Juifs allérent sur cette montagne, incontinent après qu'ils furent entrez dans la Terre de promislion, & qu'ils y érigérent un Monument construit de ces douze pierres. Il est pourtant démontré, que l'ordre qui fût donné à Moyfe, & celui qui fut donné à Josué, portoient des choses différentes. Le premier , je veux dire celui qui fût prescrit à Moyse, ne devoit

à s'exécuter que lorsque le peuple seroit parvenu à la montagne de Hébal, ce qui ne pouvoit arriver qu'après la conquête de Jérico , & cel, - le de Hai: le second devoit l'être dès qu’on auroit paflé le Jourdain. On devoit graver le Dér calogue sur le premier de ces monumens, conformément à « la coutume qu'on a que de tout temps, mais sur tout avant l'invention du papier, de graver sur des pierres les choses les plus mémorables & les plus intéressantes : & fi nous nous en raportons aux 49 Juifs, la loi de Dieu étoit gravée en Lxx. Langues sur le monument de la montagne de Hébal: au lieu que celui, que Josué devoit drefier, n'étoit destiné qu'à conserver la mémoire du pasiage du Jourdain.

V. Josué commanda aux Israelites , probablement

par

l'ordre de Dieu, quoique. l'Histoire Ste. ne marque pas cette derniére circonstance, qu'outre le monument, qui devoit être é

rigé 48. Voi. DUPIN Bibliothéque universelle des Historiens Lib. I. sect. 2. pag. 4. col. 2.

49. WAGENSEIL in Sota pag. 667. JARCUI in Deuter. 27. 2. pag. 1459.

50. FRANCISC, QU A RESMI V s elucidatio Terre fancse Tom. 1. lib. 3. cap. 43. pag. 858. col. 2. On nior

S

iv.9:

[ocr errors]

rigé dans le Camp, on en construisit un autre d'un pareil nombre de pierres dans l'endroit même du lit du Jourdain, où l'Arche se feroit Josué arrêtée. Ce qui fut exécuté. * Quelques Voya

IV geurs raportent avec plus de merveilleux que de vaisemblance, que ces pierres se voyent ençore aujourd'hui lorsque le lit de ce fleuve le découvre. ” St. Jerôme dit que que Ste. Paulo les avoit vues. Et il y a " des Interprétes , qui croyent que St. Jean-Baptiste les montroit au doigt, lorsqu'il disoit aux Juifs : Ne préfumez Matth. pas de vous-mêmes , lorsque vous pouvez dire , nous III, y. ļommes les Enfans d' Abraham, car je vous dis que Dieu peut faire naitre de ces pierres mêmes des Enfans à Abraham.

Josué aiant ainsi annoncé aux Ifraëlites les loix qu'ils devoient observer dans le passage du Jourdain, & les Ifraelites s'étant dispofez à les remplir, ils s'abandonnérent à cette Providençe miraculeuse, qui alloit forcer les loix de la nature, & faire remonter les eaux vers leur source , en faveur de lon Peuple. Les Sacrificateurs marchérent les premiers selon le commandement qu'ils avoient reçû. Il étoit juste

. que ces Hérauts des loix divines fussent les premiers à affronter le péril, & qu'ils donnaffend à tout le peuple un exemple de la confiance qu'ils avoient en la promesse de ce Dieu, dont ils avoient l'honneur de porter la parole à touțe la congregation d'Israël. Un Ministre de la

Rei tre aussi les prémiéres pierres. Voi. A DAMNANUS de Locis S. Lib. II. cap. 12. cité ibid.

51. CosME MAGALLAN sur Josué IV.9. voi. S ALIAN. Annal, sur l'an du monde 2584. sect. XLVI. pag. 1322. fol. 2. 52. HIRON, Tom. IV. part. 2. pag. 676,

[ocr errors]

Religion, qui recule lorsque la Providence l'appelle à entrer dans une carriére périlleuse, trahit lui-même fon Ministére: il témoigne par fa lâcheté qu'il l'a exercé moins par un principe

de vénération qu'il porte aux loix qu'il annonce, que pour remplir certaines fonctions auxquelles la societé l'engage. La foi, que les

. Sacrificateurs marquérent dans cette occasion, est d'autant plus digne de louange, que les caux du Jourdain restérent dans leur lit jusqu'à-ce qu'ils s'en fuflent approchez. Mais dès que les plantes de leurs pieds les eurent touchées, elles se retirérent incontinent. Celles qui étoient dans la partie inférieure du fleuye s'écoulérent dans la Mer morte : les autres demeurérent comme suspendues à une distance assez considérable, pour que cette grande multitude pût laifier dans son passage un espace de deux mille coudées entre elle & l'Arche. Le texte por

te que les eaux qui descendoient d'enhaut s'éleTofué verent en un monceau fort loin , depuis la ville d'A III. 16. dam, qui est à côté de Tsartan: Mais en rapor

tant le nom de ces deux villes il n'en a pas A moins qu'il n'en

marqué la situation : & les Géografes ne nous foit ques- fournissent aucun secours pour remplir ce vuiţion dans de de l'Histoire. Il n'est parlé de cette ville Josué

que
dans *

ce seul endroit du livre de Josué. 36. L'Auteur du premier livre des Rois fait mení Rois tion d'une ville de Tsartan,qu’Eusébe &"AW, 12, drichomius après lui placent dans la Tribu de

Manassé; mais quelques " Géografes au fentiment desquels nous nous rangeons , croyent

que 53. EUS E B. Onomastic. in voce Saredatha pag. 137. 54. ADNICHOMIUS tit. Manajjë pag. 74. 55. Voiez R&LAND Palaftina Lib. III. au mot nor

XIX. 33

53

VII. 46.

« PreviousContinue »