Page images
PDF
EPUB

c'est que le Soleil ne se coucha point à l'heu. te 'ordinaire , du moins qu'il parût ne pas fe coucher. Une quatriéme remarque ,

c'est

que ces pa. roles de Josué, Soleil arréte toi à Gabaon, & celles qui suivent jusqu'à ces mots, un jour entier, paroiflent être cadencées & même rimées dans l' Original. Je dis qu'elles le paroissent, car il me semble qu'on ne peut pas le démontrer. 34 Mr. le Clerc, qui soupçonne qu'il y a de la rime, avoue pourtant qu'on ne sauroit la trouver fans faire quelque altération au Texte. · 35 Mafius, qui croit qu'elles sont cadencées , ose à peine

વે marquer quelle est cette cadence : il tâche de scander ces vers prétendus , & il soupçonne qu'ils ont la mesure de ceux qu'on appelle Jambes, Tetrametres, Acataleétiques, mais il reconnoit en même temps que tout cela est incertain,& que l'art de icander les vers Hébreux s'est à peine confervé jusqu'à St. Jérome : or quoi que nous ne puissions pas prouver qu'il n'y a point de rime ni de cadence dans cet endroit, nous devons pourtant reconnoitre, que plusieurs passages de l'Ecriture feroient susceptibles de ce tour harmonieux, fi, on vouloit faire autant de violence au Texte, que l'on en fait ici.

Notre cinquiéme remarque, paroles, Soleil arrête toi à Gabaon , & toi Lune Arrête toi dans la Vallée d Ajalon, font peût-être une citation de quelque ancien Livre. C'est ce qu'on peut inférer de ce qui est ajoûté: Ceci n'est-il point écrit au Livre de Jaschar: c'eft-à

c'est que ces

dire,

35 Masivs in Jof. X. 12. pag. 1701,

dire, le Livre du Fuste ? Il n'est pas aisé de marquer quel étoit ce Livre du Fuste ; beaucoup moins, dans quel temps, ni dans quelle forme il a été écrit.

36 Quelques-uns ont crů, que c'étoit le Liyre de la Génése, & qu'il est appellé le Livre du Jufte, parce qu'il contenoit la vie de trois des hommes les plus justes, qui euflent jamais été sur la terre, à savoir Abraham, Ilaac & Jacob.

37 Josephe, & 38 plusieurs Interprétes après lui, ont dit que c'étoient des Annales , dans lesquelles on conservoit l'Histoire de ce qui arrivoit de plus singulier au peuple d'Israël, qui

est honoré du titre de Jaschar, ou de Fechu. Verf. 15. run, c'est-à-dire, de Fufte, dans le Chap. XXXII.

du Deuteronome.

D'autres pensent, que le Livre du Juste , étoit leulement un recueil de quelques vers , que l'on fesoit apprendre aux Ifraëlites, pour fixer dans leur mémoire le souvenir des miracles que Dieu avoit faits en leur faveur. Ceux qui font dans cette pensée se fondent sur ce qu'excepté le passage que nous expliquons, il n'y a qu'un feul endroit de nos Ecritures ,. où il est fait

mention de ce Livre du Jufte , & cet endroit 2 Sam. I. contient un Cantique funebre, que David avoit

composé sur la mort de Saül, & sur celle de
Jonathan.
D'autres prétendent, que ce Livre étoit

appellé le Livre du fuste, parce qu'il contenoit les principales Loix, que Dieu avoit données à son Peuple. C'étoit sans doute l'opinion de Jona

than, 36 J. JAR Ch. in Jof. X. 13. pag. 24. 37 Jos. Antiq. lib. V. cap. 17. pag. 185.

XIX. 4.

than, qui appelle ce Livre, le Livre de la Loi. Nos Lecteurs adopteront celle de ces Hypothéses qui leur paroitra la plus vraisemblable. Peut-être rangeront-ils aussi les questions , qu'on agite sur ce sujet, parmi celles qui ne sont pas encore suffisamment éclaircies, & qui probable. ment ne le feront jamais.

Enfin la derniere remarque roule sur la situation de la Vallée d’Ajalon, dans laquelle Jofué demande que la Lune arrête son cours. La Vallée, dont il s'agit, tiroit peut être son nom de quelque ville qui s'appelloit Ajalon. Mais cela même ne détermine pas où cette ville étoit fituée. Car nous trouvons trois villes de ce nom : l'une dans la Tribu de Dan, comme ce- Josué la est marqué dans le Livre de Josué; l'autre

XXI. 24. dans la Tribu d’Ephraim à trois milles de Be- 1 Chron, thel, à l'Orient de cette ville ; 39 St. Jérome VI. 69. en fait mention. Il est parlé d'une troisiéme dans le Livre des Juges : elle est placée dans Jug. XII, la Tribu de Zabulon: mais auprès de laquelle 12. de ces trois villes étoit la Vallée, dont parle ici Josué? La plûpart des Interprétes supposent qu'elle étoit auprès d’Ajalon dans la Tribu de Dan. Un de leurs argumens, c'est que puis que Josué voyoit la Lune & le Soleil en même temps, il falloit que ces deux Astres lui parûsfent à une grande distance l'un de l'autre. Or la ville d’Ajalon dans la Tribu de Dan, dilentils, étoit plus éloignée de Gabaon , où Josué vouloit que le Soleil s’arretât, que des autres

' villes du même nom. ll est aisé de sentir, que ce n'est là tout au plus qu'une conjecture, qui

I

nc

38 Voi CALMF. T sur Jof. X. 13. pag. 140. 39 HIERON. Onomast. in voce Aixwu pag. 23.

ne doit pas nous empêcher de suspendre notre jugement sur l'opinion , en faveur de laquelle elle est avancée.

Toutes ces choses étant ainsi posées, la grande question est de déterminer, quelle idée on doit attacher à ces paroles de Josué, Soleil arréte roi à Gabaon ; Lune arrête toi dans la Vallée d' Ajalon: & à celles qu'ajoûte l'Historien immédiatement après : Le Soleil & la Lune s'arré, térent jusqu'à ce que le Peuple fut vangé de ses Ennemis. Le Soleil s'arrêta au milieu des Cieux, Ø ne se hâta point de se coucher environ un jour entier.

Nous rejettons d'abord l'opinion 4o de ceux, qui sous prétexte que ces paroles font figurées, poetiques, & peut-être hyperboliques, croyent que tout ce qu'elles signifient, c'est que Jofué rcmporta une victoire complete, & que l'Auteur du Livre de Josué s'exprime de cette maniére par une licence, à-peu-près semblable à celle d'un 41 Poete Grec, qui dit, que le Soleil avoit accoûtumé d'arrêter son chariot, pour entendre la mélodie d'un Chæur de Nymphes :

[ocr errors]

Θεός και ποτ' εκείνον "Ηλθε παρ' Hέλιος καλόν χορον. αλα θείται Δίφρον επιςήσας, τα δε φώτα μηκύνονται.

C'est-à-dire,

Le Dieu Soleil n'a jamais passé vers ce beau Chaur

Sans 40 Voi. ci-dessous num. 44. 45. 41 CALLIMACHUS Hymn. in Dian. vers. 180. &c.

42 Voi. PAPINIUS STATIUS Thebaïd. lib. 1. verf. 289. 290. & dans le liv. V. verf. 177.

Tardius humenti noctem dejecit Olympo
Jupiter , & versum miti, reor, athera cura

fans s'y arrêter : mais il contemple ; il arréte fon char; alors les jours font plus longs. De même les 42 Poëtes ont feint que les Cieux avoient rougi, que le Soleil avoit suspendu son cours à cause de l'horreur, que leur causoit le crime d'Atrée ensanglanté du meurtre des fils de Thyeste, qu'il fit manger à ce malheureux pére. Il est surprenant qu'un 4% Rabin, de qui l'on devroit attendre qu'il seroit porté moins à prendre un miracle pour un événement naturel, qu'à prendre un événement naturel pour un miracle, ait avancé cette pensée. Nous la trouvons pourtant dans le 44 Moré Nevochim de Maimonidés. Elle a été aussi adoptée par 45 Grotius, qui l'appuie sur cette considération : c'est que l'Auteur de l’Epître aux Hébreux, qui a rangé la chute des murs de Jérico parmi les miracles, que Dieu avoit opérez pour couronner la Foi de Josué, ne fait aucune mention du cours du Soleil & de la Lune arrêté: ce qui seroit un plus grand miracle que le premier. Il ne paroit pas vraifemblable à cet Interprete, que l’Apotre eût choisi le moindre miracle pour prouver les prérogatives de la Foi, tandis qu'il en auroit omis un plus grand & plus propre à prouver la Thése qu'il vouloit établir.

Il me semble que cette opinion est détruite par ce qui est ajoûté; - l’Auteur facré, après avoir dit, le Soleil s'arrêta, la Lune s'arrêta, ceci n'est-il point écrit au Livre du Juste ? ajoûte, le

Soleil Sustinuit , dum fata vetant nec longius unquam

Cesfavere nove perfecto fole tenebre. 43 44 MAIMONID. More Nevochim part. II. chap. 35. pag. 292.

45 ŚROTIUs fur Jof, x, 13, pag. 1728. dans lez, vol, des gr. Critiq.

« PreviousContinue »