Nouveaux principes de la philosophie naturelle, etc. [Including, with other material, new editions of the author's “Etude de physiologie universelle,” “Nouvel essai sur la lumière et les couleurs” and “Essai sur la theorie de l'audition.” With folding plates.]

Front Cover
Bachelier, 1832 - 531 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 32 - ... presque insensibles , de la créature la plus parfaite jusqu'à la matière la plus informe , de l'animal le mieux organisé jusqu'au minéral le plus brut; il...
Page 32 - La première vérité qui sort de cet examen sérieux de la nature, est une vérité peut-être humiliante pour l'homme : c'est qu'il doit se ranger lui-même dans la classe des animaux...
Page 244 - Un point en repos ne peut se donner aucun mouvement, puisqu'il ne. renferme pas en lui-même de raison pour se mouvoir dans un sens plutôt que dans un autre. Lorsqu'il est sollicité par une force quelconque, et ensuite abandonné à lui-même, il se meut constamment d'une manière uniforme dans la direction de cette force, s'il n'éprouve aucune résistance.
Page 245 - UN point en repos, ne peut se donner aucun mouvement; puisqu'il ne renferme pas en soi, de raison pour se mouvoir dans un sens plutôt que dans un autre. Lorsqu'il est sollicité par une force quelconque et ensuite abandonné à lui-même, il se meut constamment d'une manière uniforme dans la direction de cette force , s'il n'éprouve aucune résistance; c'est-à-dire, qu'à chaque instant, sa force et la direction de son mouvement sont les mêmes. Cette tendance de la matière à persévérer dans...
Page 326 - ... consistent dans de très petites oscillations qui se répètent continuellement: suivant Newton, c'est une file de molécules qui ont toutes un mouvement de transport , et se succèdent sans interruption. Dans les deux hypothèses , on considère chaque point d'un corps lumineux comme le sommet commun d'une infinité de cônes d'une très petite épaisseur , composés de rayons qui s'étendent indéfiniment tant que rien ne les arrête.
Page 299 - Quels prodigieux changements ont dû s'opérer à la surface de ces grands corps , pour être aussi sensibles à la distance qui nous en sépare? Combien ils doivent surpasser ceux que nous observons à la surface du soleil , et nous convaincre que la nature est loin d'être toujours et partout la même ? Tous ces corps, devenus invisibles sont à la place où ils ont été observés, puisqu'ils n'en ont pas changé durant leur apparition ; il existe donc dans l'espace céleste des corps obscurs...
Page 498 - ... équilibre, par son ressort, à la pression de la partie supérieure. Ainsi l'air, exactement renfermé dans une coupe que l'on aurait posée dans une situation renversée, sur un plan parfaitement uni, ferait autant d'effort pour pousser le fond du vase de bas en haut, que l'air extérieur pour le pousser en sens contraire ; de sorte que l'on n'éprouverait aucune difficulté à soulever ce vase , ce qui est d'ailleurs conforme à l'observation. Mais si l'on supprime une quantité plus ou moins...
Page 32 - ... plus sûr que sa raison, et leur industrie plus admirable que ses arts. Parcourant ensuite successivement et par ordre les différents objets qui composent l'univers, et se mettant à la tête de tous les êtres créés, il verra avec étonnement qu'on peut descendre par des degrés...
Page 242 - La nature de cette modification singulière en vertu de laquelle un corps est transporté d'un lieu dans un autre est et sera toujours inconnue. Elle a été désignée sous le nom de force : on ne peut déterminer que ses effets et la loi de son action.

Bibliographic information