Page images
PDF
EPUB

Division de l'ouvrage :

Première Partie : Littérature, Rhétorique.
Deuxième Partie : Histoire littéraire.

Ouvrages du même auteur :

ÉTUDES LITTÉRAIRES sur les ouvrages français prescrits

pour les examens des baccalauréats ès lettres et és sciences : cinquième édition ; ouvrage autorisé par le conseil de l'instruction publique; 1 vol. in-12.

HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE : moyen âge, re

naissance, temps modernes; ouvrage couronné par l'Académie française; 1 fort vol. in-8°.

ESSAIS D'HISTOIRE LITTÉRAIRE : deuxième édition; ou

vrage couronné par l'Académie française et autorisé par le conseil de l'instruction publique; 2 vol. in-18.

L'auteur et l'éditeur se réservent le droit de traduction.

DE

LITTÉRATURE

CONFORME AU PLAN D'ÉTUDES DES LYCÉES

ngen
Par E. GERUZEZ

AGRÉGÉ DE LA FACULTÉ DES LETTRES DE PARIS
ANCIEN MAITRE DE CONFÉRENCES A L'ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE.

Ouvrage adopté par le Conseil de l'instruction publique pour les classes

de rhétorique des lycées et des colléges.

[merged small][merged small][graphic][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

in W YORK TIC LIBRARY 521816

ASTOR, LENOX AND
TILEEN FOUNDATIONS,
R
1911

L

Tout contrefacteur ou débitant de contrefaçons de cette édition sera poursuivi conformément aux lois; tous les exemplaires sont revêtus de ma griffe.

مگر میرے یار

Depuis plusieurs années, à l'étude des principes et des règles on a, dans une intention qu'on ne saurait trop louer, ajouté des connaissances sommaires sur l'histoire des lettres grecques, latines et françaises. On remarquait, en effet, avec surprise qu'au sortir des lycées Jes élèves, même les plus distingués, ignoraient presque entièrement l'histoire des littératures dont ils avaient étudié les chefs-d'ouvre. Cette lacune, qu'on ne pouvait attribuer ni à l'indifférence des maîtres, ni à la répugnance des élèves, a été heureusement comblée, et

'est un notable progrès dont il faut se féliciter, puisque Thistoire littéraire, au moins dans son ensemble, sinon dans les détails, fait naturellement partie d'un cours complet d'études classiques.

Ce sommaire historique, dans les limites où je devais me renfermer, présentait de grandes difficultés. En aspi

rant à être complet, on était certain d'être sec, obscur et fastidieux; en choisissant, on rencontrait un double

: ou admettre des noms et des ouvrages de peu d'importance, ou omettre ce qui serait réellement digne d'attention. Je me suis tenu en garde contre ces deux inconvénients, que je n'espère pas avoir toujours évités; je me flatte cependant qu'on trouvera, en général, dans ces précis historiques, des notions exactes et importantes. Le bien que j'en attends, c'est surtout d'inspirer, avec l'admiration des modèles, le désir de les étudier directement.

écueil

[ocr errors]

VI

Nous avons, dans notre littérature, bon nombre d'ouvrages propres à former le goût et à éclairer l'intelligence des élèves; c'est là que, pendant leurs loisirs, s'ils en ont, ils doivent aller chercher une instruction solide et complète. L'histoire littéraire est devenue de nos jours une véritable science, pleine de charme et d'enseignement. Pour moi, je ne sais pas de lecture plus utile et plus attrayante que ces tableaux où le promoteur et le maître de la critique moderne montre l'enchaînement des faits dans la puissance des idées, et éclaire d'un jour nouveau les révolutions des empires, en les rattachant aux mouvements de la pensée, exprimés tantôt par les essais imparfaits, tantôt par les chefs-d'oeuvre de la littérature.

La décision du conseil de l'instruction publique, qui a autorisé l'usage de ce livre dans les classes de rhétorique, est une précieuse récompense des efforts de l'auteur. M. Dubois, membre du conseil, en proposant à ses collègues l'adoption de ce Cours de Littérature, a pensé que le texte même de l'ouvrage retiendrait dans des limites convenables l'enseignement de l'histoire littéraire, qui risque toujours, par l'attrait même qu'il présente, de prendre des développements trop étendus; et le ministre de l'instruction publique, M. Villemain, en approuvant l'arrêté du conseil, a consacré cette opinion par un suffrage qui m'est doublement précieux. Ces encouragements m'imposaient le devoir d'améliorer la substance de ce manuel, sans en changer ni l'esprit ni les proportions. C'est ce que j'ai essayé de faire, à plusieurs reprises, par une révision scrupuleuse.

On a dit, et cet éloge m'a singulièrement touché, parce que je n'avais pas d'autre ambition que de le mériter, on a dit que mon livre était tout ensemble un cours de lit

« PreviousContinue »