Page images
PDF
EPUB

mente, je lui sais gré du sentiment qui l'aigrit.

Ne lui arrive-t-il pas quelquefois de prétendre douter de mon affection, de m'assurer qu'elle veut m'oublier ? Ce qui me console, c'est qu'au milieu de nos plus grands débats, s'il arrive un tiers qui nous empêche de nous raccommoder, au moins nous trouvon's bien le moyen de ne pas nous séparer, sans savoir quand nous nous rever

1

[ocr errors]

rons.

L'autre soir, au milieu d'une de mes plus grandes colères, elle m'a fait rire malgré moi.--Il vint du monde; elle ne pouvoit me parler, et d'ailleurs elle ne l'auroit peut-être pas voulu; car lors que nos regards se rencontroient,c'étoit à qui détourneroit plus tôt les yeux. Cependant, comme je m'en allois, tout à

coup
elle se lève, prétend que la

pendule va mal, et vite, vite, se met à tour. ner les aiguilles jusqu'à ce qu'elles arrivent à minuit, alors elle me demande: " Monsieur Eugène, qu'elle heure est« il exactement?"--Je le lui dis, sans pouvoir conserver ni sérieux, ni rancune ; elle se remit à tourner ses aiguilles, et, comme nous, la pauvre pendule revint où elle en étoit. Le lendemain je fus exact à midi.

CHAPITRE V.

Est-il possible que j'aie aussi des jours d'humeur, d'exigence? Hier aŭ soir j'ai été tout-à-fait injuste, et combien Athénaïs a été bonne !

Mon père m'ayant retenu tout le jour, je n'ai pu lui échapper qu'à neuf heures. “En arrivant chez madame de Rieux, il m'a été facile de voir qu'elle avoit pleuré; ses larmes m'ont bouleversé : que j'étois ému, tremblant, avant d'en savoir le motif!--"J'ai passé ma "journée à prendre pitié de moi-même, “m'a-t-elle dit. Eugèné, ne demander qu'une heure et ne pas l'obtenir !" Je trouvai qu'elle avoit raison d'être mécontente; je me révoltai contre l'exigence de mon père: ma colère autorisa la sienne. Elle blâmoit son injustice, regrettoit son retour; l'amertume de ses reproches me rappela à mes devoirs. J'avois secoué ma chaîne, mais j'étois loin de vouloir la briser, je supplidi madame de Rieux de s'exprimer avec plus de bonté. Inquiet sur ces sentiments, je craignois pour les miens ; et cette crainte rendoit à mon père toute sa puissance.

Madame de Rieux, appuyée sur une table, couvroit son visage

de ses mains pour m'empêcher de voir "ses larmes : je la conjurai de me regarder, elle ne le vouloit pas; alors je tâchai de lui faire comprendre toutes les anxiétés de mon

، ما ،

درد و ا

ame. Avec quelle tendresse je cherchois à revenir sur mes expressions, à les expliquer pour les adoucir ! “Mon amie, “ lui disois-je, lorsque, moi, je m'oublie * jusqu'à me plaindre de mon père, je * sais combien, au fond de mon cour,

je le respecte, le chéris ; mais vous, * si vous vous permettez un seul mot * contre lui, j'imaginérai qu'il n'ex* prime qu'une partie de vos sentiments. " Qui sait si par degrés vous ne m'ac" coutumeriez pas à entendre parler de

mon père avec légèreté? Enfin je me * croirois plus coupable de vous écouter

que de me plaindre, et vos pensées -même viendroient me troubleri” Elle ne me répondit pas : résolue a ne point me regarder, je ne voyois pas ses larines, mais j'entendois sa douleur; elle me déchiroit. Je parving à détacher ses »

« PreviousContinue »