Page images
PDF
EPUB

Usurpation : son commencement et son image. Page 64.

V.

Vanité de l'homme. 42.

ancrée dans le cæur de l'homme. Ibid.
Divers exemples de vanité. 53.
du monde : admirable qu'elle soit si visible et si peu

connue. 64.
Qui ne la voit pas est bien vain. Ibid.

à laquelle l'homme est exposé. 94.
Vérité : trois principaux objets dans son étude. 25.

Méthode de la prouver. Ibid. et suiv. - L'amour-propre en est l'ennemi pour soi-même et pour

les autres. 42.
Nous la baissons et ceux qui nous la disent. 43.
Médecine amère à l'amour-propre. Ibid.
Utile à ceux à qui on la dit, désavantageuse à ceux qui

la disent. Ibid.
au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà. 45.
Un méridien en décide. Ibid.
Difficulté de la trouver. 44, 47.
L'incontradiction n'en est pas une marque. 48.
Elle a deux principes, mais sujets à l'illusion. 50.
Le peuple croit la trouver où elle n'est pas. 54.
On aime sa recherche, mais on ne s'y intéresse plus

quand on l'a trouvée. 62.
ne plait qu'en la voyant naitre de la dispute. Ibid.
toute pure et toute vraie , le mélange la déshonore et

l'anéantit. 64.
Comment on la connoit. 78.
Nous la soubaitons et ne trouvons en nous qu'incerti-

tude. 80.
Sa marque visible. 89.
État de l'homme à son égard. 93.
Nous en sentons une image et ne possédons que le

mensonge. Ibid.
Ses trois états. 102.
n'étoit qu'en figure parmi les Juifs. Ibid.
ne s'altère que par le changement des hommes. 103.
demeure cachée parmi les opinions. 116.
Dans ses combats contre l'erreur, les miracles décident.

121. Erreur de ceux qui suivent une vérité à l'exclusion

d'une autre. 128. Combien sa recherche est importante. 150. Sa recherche sincère donne le repos; connue, elle

donne l'assurance. Ibid. Combien le soin de sa défense est agréable à Dieu. 131. L'histoire de l'Église est l'histoire de la vérité. 134. Après l'avoir connue, il faut tâcher de la sentir. 137. hors de la charité n'est pas Dieu. 139. est son image et une idole qu'il ne faut point aimer

et adorer. Ibid. Vérités : art de faire voir leur liaison avec leurs principes.

35.
Il n'y en a presque point dont nous demeurions tou-

jours d'accord. Ibid.
divines : Dien seal peut les mettre dans l'ame. 35.
L'abus en doit être puni. 70.

Vérités spirituelles , figurées par les choses charnelles.

Page 99 et suiv. de la religion ; deux manières de les persuader. 127. de la foi ou de la morale : dangereux de les exclure ou

de les ignorer. 128. Il y en a qui semblent répugnantes et contradictoires.

Ibid. Vers : avec combien peu d'abjection le chrétien s'égale-t-il

aux vers. 95. Vertu : il ne suffit pas de posséder une vertu , si on ne pos

sède la vertu opposée. 60. Pourquoi en faire plutôt quatre espèces que dix. 61. Par où elle doit se mesurer. Ibid. ne se satisfait pas d'elle-même. 67. - La vraie religion seule fait connoître l'impuissance

où est l'homme d'acquérir la vertu par lui-même.

88. vraie; en quoi elle consiste. 135. Vertueux : nul ne l'est comme un vrai chrétien. 95. VESPASIEN : les incrédules croient ses miracles pour ne

pas croire ceux de Moise. 144. Vice : il nous est naturel. 139. Nous souffrons à proportion qu'il résiste à la grace.

Ibid. Vices qui ne tiennent à nous que par d'autres. 59. des grands les abaissent au niveau du commun des hom

mes. 61. Vide : il n'y a point de vide , donc il y a un Dieu. 85. Vie : nous la perdons avec joie , pourvu qu'on en parle. 42.

· humaine, illusion perpétuelle. 43 et suiv. - Elle est un songe. 48. - Il faut la supporter en desirant la mort. 131. religieuse : difficile selon le monde, facile selon Dieu.

154. des chrétiens est un sacrifice continuel qui ne peut être

achevé que par la mort. 143. doit être considérée comme un sacrifice. Ibid. Ses accidents ne doivent faire impression sur les chré

tiens que relativement à ce sacrifice. Ibid. VIERGE (La sainte): son enfantement n'est pas plus in

croyable que la création. 130. Violence que souffre le royaume de Dieu. 131. Visages semblables font rire par leur ressemblance. 69. Visionnaires : on prend souvent les inventeurs pour des

visionnaires. 57. Vivre : manières différentes de vivre dans le monde. 129. sans chercher ce qu'on est : aveuglement qui n'est pas

naturel. 138. mal en croyant Dieu est un bien plus terrible. Ibid. Voile qui est sur les livres saints pour les Juifs y est aussi

pour les mauvais chrétiens. 102. Voleurs se font des lois, et y obéissent. 63. Volonté : un des principaux organes de la croyance. 47.

Comment elle s'attache au faux. 67. · Principes qui partagent la volonté des hommes. 101.

Le dessein de Dieu est de la perfectionner. 115.
Si les mains et les pieds en ayoient une, jamais ils

ne seroient dans leur ordre. 138.
de Dieu doit être la règle pour juger de ce qui est bon

ou mauvais, 128.

744 TABLE ANALYTIQUE DES PENSÉES DE PASCAL. Volonté de Dieu : péché de ne pas s'y accommoder. Vrai : il y a bien des gens qui le voient et ne peuvent y atteinPage 131.

dre. Page 140. propre: on en est satisfait dès l'instant qu'on y renonce.

z. 135. Volubilité de notre esprit : rien ne l'arrète. Ibid. Zėle : celui du peuple, chez les Juifs, a succédé au zèle des Voyages sur mer, entrepris pour en parler. 42.

prophètes. 102. Vrai est mêlé de mal et de faux. 64 et suir.

Zéro n'est pas du même genre que les nombres. 32. - a toujours été en l'Église. 89.

est un indivisible de nombre. Ibid.

FIN DE LA TABLE ANALYTIQUE DES PENSÉES DE PASCAL.

TABLE ANALYTIQUE

DES RÉFLEXIONS OU SENTENCES ET MAXIMES MORALES

DE LA ROCHEFOUCAULD.

Les Maximes sont désignées par la lettre M, et les Réflexions par la lettre R.

Des gens

A.

amis. M. 179. · Disgraces de nos amis. M. 235.

Exagération de la tendresse de nos amis. M. 279. On Accent du pays. M. 342.

n'aime pas deux fois celui qu'on a cessé d'aimer. M. 286. Accidents malheureux, heureux. M. 59.

- Rapport de l'admiration à l'amitié. M. 294. et à Actions éclatantes. M. 7. - grandes. M. 57.- louables ou l'estime. M. 296. - De ceux qui aiment trop. M. 321.

blåmables. M. 58. — Action qui n'est pas l'effet d'un Le plus grand effort de l'amitié. M. 410. - Des amis grand dessein. M. 160. Rapport des actions aux des- qui nous ont trompés. M. 454. -- L'amitié est fade quand seins. M. 161. Elles sont comme les bouts - rimés. on a senti l'amour. M. 440. · Ignorance de l'amitié. M. 382. Belles actions. M. 409.

M. 441.-- Rareté d'un véritable ami. M. 473. ComAdroit ( esprit). R. 2.

parée à la société. R. 4. Affuires. M. 453. -- Esprit d'affaires. R. 12.

Amour : sa définition. M. 68. - Amour pur. M. 69. ---L'aAffectation. M. 134.

mour est difficile à cacher et à feindre. M. 70. — De Afflictions : hypocrisie dans nos afflictions. M. 232.- AMic- ceux qui ne s'aiment plus. M. 71. – L'amour ressemble

tion comparée au regret. M. 555. – Affliction des fem- à la haine. M. 72. -- Il est rare que les femmes n'aient mes qui perdent leurs amants. M.362.

qu'un amant. M. 73. — Il y a mille copies de l'amour. Ages de la vie. M. 405.

M. 74. — Mouvement continuel de cette passion. M. 75. Agrément séparé de la beauté. M. 240. En quoi con- - Rareté du véritable amour. M. 76. - L'amour n'est

siste l'agrément. M. 255. — Agrément de la conversa- souvent qu'un masque. M. 77. - Principe secret de l'ation. R.5.

mour. M. 83. — Passage de l'amour à la haine. M. 111. Air d'élévation. M. 399. bourgeois. M. 393.

com

Des femmes qui font l'amour. M. 151. posé. M. 495. - De l'air et des manières. R. 7.

amourcux. M. 136. — Constance en amour. M. 175. Amants : ne s'ennuient point d'être ensemble. M. 312.- elle est de deux sortes. M. 176.- Plaisir véritable de l'aPourquoi les femmes pleurent-elles leur mort. M. 562. mour. M. 259. — Ce n'est que l'amour de soi. M. 262.

· Le premier amant. M. 396. – Les femmes aiment- On n'aime pas sa maitresse pour l'amour d'elle. elles l'amant ou l'amour ? M. 471.

M. 574. - Contentement difficile en amour. M. 385. Ambition : à quoi on la reconnoit dans les grands hommes. Du premier amant. M. 396. -- Qui est le mieux guéri

M. 24. cachée. M. 91. déguisée en générosité. en amour. M. 417. Gens qui ne doivent plus parler M. 246. -- Opposée à la modération. M. 293. et à l'a- de l'amour. M. 418. Amitié fade auprès de l'amour. mour. M. 490.

M. 440. Ignorance heureuse en amour. M. 441. Ame : ses qualités sont difficiles à connoilre. M. 80. — Amour moins rare que l'amitié. M. 473. - Ambition

Foiblesse de la santé de l'ame. M. 188. Rechutes plus forte que l'amour. M. 490. Manières de l'amour dans les maladies de l'ame. M. 194.

plus agréables que lui. M. 501. Ami : confiance que l'on doit avoir en lui. R. 1. Voyez Amour-propre : le plus grand de tous les flatteurs. M. 2. Amitié.

Il est encore inconnu. M. 3. Son habileté. M. 4. Amitié : cause de son inconstance. M. 80. Amitié vraje Attachement ou indifférence qu'il donne pour la vie.

et parfaite. M.81.- Principe des réconciliations. M. 82. M. 46. — On est heureux quand il est satisfait. M. 48.- Définition de l'amitié. M. 83. -- Défiance des amis, Il se satisfait même en exagérant le mérite des autres. nécessaire. M. 81. -Amitié produite par l'intérêt. M.85. M. 143. - Comment il se distingue de l'orgueil. M. 228.

Manière dont nous jugeons le mérite de nos amis. La bonté n'est qu'un déguisement de l'amour-proM. 88. - De l'ingratitude. M. 96. - De la trahison en pre. M. 256. — La fidélité est une invention de l'amouramitié. M. 114. – Légèreté de nos plaintes contre nos propre. M. 247. – L'éducation est un second amour

[ocr errors]

propre. M. 261.- règne puissamment en amour. M. 262. M. 165. — Elle est quelquefois corrigée par la fortune. - Amour-propre de ceux qui ont tort. M. 386. --- Il les

M. 227. éclaire quelquefois. M. 494. — Effet de l'amour-propre Confiance des grands. M. 259. La raison nous fait mésur les gens amoureux. M. 500.

nager notre confiance. M. 365. - Elle fournit à la conApplication aux petites choses. M. 41. – Elle manque plus versation. M. 421.- Principe de notre confiance.M.475. que les moyens. M. 243.

Réflexions sur la confiance. R. 1. - Elle est nécesApprobation : elle n'est que passagère. M. 51. – Elle vient saire dans le commerce des honnêtes gens. R. 4. souvent de l'envie. M. 280.

Confidences. R. 1. Ararice opposée à l'économie, M. 167. Erreurs de Connoissances : pourquoi elles sont superficielles. M. 106.

cette passion. M. 491. Ses effets contraires. M. 492. - Nous ne connoissons pas même nos volontés. M. 295. Aridité. M. 66.

- Connoissance de l'homme. M. 456. — D'où viennent B.

les bornes de nos connoissances ? M. 482. Conseils : se donnent libéralement. M. 110. Manière

de les demander ou de les donner. M. 116. — Combien Beautė : séparée de l'agrément. M. 240. — Ne sert de rien sans la jeunesse. M. 497. - Beauté des productions d'es

il est babile de profiter d'un bon conseil. M. 283. – Les

conseils ne dirigent la conduite de personne. M. 378. prit. R. 2.

Consolation. M. 323.
Bel esprit. R. 2.
Belles actions. M. 432.

Constance pour les maux d'autrui , très facile. M. 19. – Bien : objet de ceux qui en font. M. 121. — Peu savent le

Qu'est-ce que la constance des sages ? M. 20. -- De la faire. M. 301.- Sentiment de nos biens. M. 359. — La

constance de ceux qui marchent au supplice. M. 21. –

De la constance en amour. M. 175. — Elle est de deur raison nous fait ménager notre bien. M. 365. Du

sortes. M. 176. De la constance dans le malheur. bien que l'on dit de nous. M. 454. — Excès de biens.

M.420. M. 464.

Conter. M. 315. Bienfaits : produisent la haine. M. 14. Distinction de

Contrariétés. M. 478. ceux qui font et ne font point d'ingrats. M. 299. reté de l'art de les faire. M. 301.

Conversation : moyen de la rendre agréable. M. 139. Bienséance. M. 447.

Ce qui y fournit le plus. M. 421. – Réflexions sur la

conversation. R. 5. Bon esprit. R. 2.

Coquetterie : espèce de coquetterie. M. 107. Définition Bon goût. M. 258. — Il est très rare. R. 3. Bonheur : grossi ou diminué par l'imagination. M. 49.

de celle des femmes. M. 241. --Les femmes la donnent Il dépend de notre humeur. M. 61.

pour de la passion. M. 277. et ne la connoissent pas. Bon sens : ressemble à la bonne grace. M. 67. - Quels

M. 332. — Elles ne peuvent la vaincre. M. 334. – C'est sont les gens de bon sens? M. 347.

un miracle d'en guérir les femmes. M. 349. – Ce qui Bonne grace. M. 67. — Elle convient à tout le monde.

peut la détruire. M. 576. -- Pourquoi les coquettes sontR. 7.

elles jalouses ? M. 416. – Ce que doivent faire celles qui Bonté produite par l'amour-propre. M. 236. Ce n'est

ne veulent point paroitre coquettes. M. 418. souvent que paresse. M. 237. Un sot ne peut être

Corps. M. 222. bon. M. 387. Rareté de la bonté véritable. M. 481.

Crimes : source de nos plus grands malheurs. M. 183. Bouts-rimės. M. 382.

Le mal ne doit surprendre chez personne. M. 197. Bravoure. Voyez Valeur.

Le crime trouve plus de protection que l'innocence.

M. 465. Brillant (esprit). R. 2.

Croire le mal. M. 197. sans trop de promptitude. C.

M. 267.

Curiosité de diverses sortes. M. 173.
Chasteté. M. 1.
Citer : celui qui se cite à tout propos. R. 5.

D.
Civilité. M. 260.
Clémence des princes. M. 15. — Principe de la clémence. Défauts : d'où vient que nous les remarquons si bien chez
M. 16.

les autres ? M. 31. Nous plaisons par nos défauts. Caur : il entraîne loin du but. M. 43. On dit du bien M. 90. Défauts de l'esprit. M. 112. — On plait avec

de son creur. M. 98. — L'esprit est la dupe du coeur. des défauts. M. 155. Pourquoi les arouons-nous ? M. 102. – On connoit difficilement son cæur. M. 103. M. 184. - Où les grands défauts sont-ils excusables ?

- Il ne peut être suppléé par l'esprit. M. 108. - Du M. 190. De l'ame. M. 194. — De ceux qui les déguicæur des femmes. M. 346. — Contrariétés du cœur hu- sent. M. 202. Les défauts siéent quelquefois. M. 251. main. M. 478.

Pourquoi nous convenons de nos petits défauts. Comedie. R. 3.

M. 327. -- Defauls bien mis en curre. M. 354. - Nous Commerce des honuétes gens. R. 4.

nous croyons sans défauts. M. 397. Le plus grand Compassion de nos ennemis. M. 463.

tort est de les cacher. M. 411. Nous les déguisons. Complaisance. R. 4.

M. 424. Défauts que nous pardonnons. M. 428. Conduite : n'est quelquefois ridicule qu'en apparence. Défauts dont nous nous faisons honneur. M. 442.

Nous nous les rendons naturels. M. 495. — De ceux qui | Espérance : produit presque tous nos plaisirs. M. 123.
ne peuvent avoir de vrais défauts. M. 498. Des dé- Elle nous sert en nous trompant. M. 168. — Sacrifices
fauts que l'on peut railler. R. 2. — Défauts de nos amis. faits à nos espérances. M. 492.
R. 4.

Esprit est entrainé par le cæur. M. 43. Force et foi-
Défiance : justifie la tromperie. M. 86. — Effet de celle blesse de l'esprit. M. 44. — Il est facile de reconnoitre

que nous avons de nous-mêmes. M. 315. — Elle n'em- les qualités de l'esprit. M. 80. -- Différence de l'esprit
pèche pas que nous ne soyons trompés. M. 366.

et du jugement. M. 97. Personne ne dit du bien de
Dégoût : se trouve quelquefois auprès du mérite. M. 155. son esprit. M. 98. - La politesse de l'esprit. M. 99. —

-- Suit quelquefois bientôt l'engouement. M. 211. Sa galanterie. M. 100. — Son effet naturel. M. 101. -
Déguisement : nous nous déguisons quelquefois à nous- Il est la dupe du cæur. M. 102. — Il est plus facile à con-

mémes. M. 119. - L'ambition déguisée sous le masque noitre que le cœur. M. 103. Il ne peut suppléer le

de la générosité. M. 246. — Faussetés déguisées. M. 282. caur. M. 108. Des défauts de l'esprit. M. 112.
Delicatesse. M. 128. Beautés délicates. R. 2.

L'homme d'esprit. M. 140. — Des grands et des petits
Demi-confidences. R. 1.

csprits. M. 142. – Bon usage de notre esprit. M. 174.
Dépendance qui résulte de la confiance. R. 1.

· Par où l'esprit doit-il défaillir? M. 222. — Pelitesse
Desirs : seroient plus modérés sans notre ignorance. d'esprit. M. 265. — Fertilité de l'esprit. M. 287. — Dé-
M. 439. — Desirs inspirés par la raison. M. 469.

fauts dans l'esprit. M. 290.- Esprit des femmes. M.340.
Desseins : l'action n'est rien sans un grand dessein. M. 160. - Quand peut-il être réglé? M. 346. - Différence des

- Proportion entre les actions et les desseins. M. 161. grands et des petits esprits. M. 357. – Esprits médio-
Détail (esprit de). R. 2.

cres. M. 375. – Esfet des passions sur notre esprit.
Détourner la conversation. R. 5.

M. 404. De ceux qui n'ont qu'une sorte d'esprit.
Devotion : les dévots en dégoûtent. M. 427.

M. 413. - A quoi sert quelquefois l'esprit. M. 413. —
Dignités. R. 7.

Son usage dans la conversation. M. 421. - Esprit droit.
Dire : comment il faut dire les choses. R.5.

M. 448. – On est sot avec de l'esprit. M. 456. - Paresse
Discrétion. R. 5.

de l'esprit. M. 482. Plus grande que celle du corps.
Docilité. R. 4.

M. 487. -- Quand l'esprit ennuie. M. 502. — Des diffé-
Douceur. M. 479. Douceur de l'esprit. R. 2.

rentes sortes d'esprit. R. 2. Esprit comparé au goût.
Douter. M. 355.

R. 3. Son usage en société. R. 4. Esprit faux.
Droiture. M. 502.

R. 6,
Dupes. M. 87.

Estime. M. 452.

Établir. M. 56,
E.

État : chacun a un air qui lui convient. R.7.

Étonnement. M. 384.
Échange de secrets. R. 1.

Exemple. M. 250.
Écouter : il faut savoir écouler. R. 5.

Erpédients, M. 287.
Éducation. M. 461.

Expressions recherchées. R. 5.
Élération : sa définition. M. 399. Il n'y en a point sans
mérite. M. 400. Comparée à la parure. M. 401. -

F.
Causée quelquefois par la fortune. M. 403.
Éloquence des passions. M. 8. Du geste. M. 249. - Vé- Familiarité. R. 4.

ritable éloquence. M. 250. — D'où vient le bon goût? Faussetės déguisées. M. 282.
M. 258.

Fautes : pourquoi nous les reprenons dans les autres.
Emplois : comment on en paroit digne. M. 164. - Quand M. 37. Quand nous oublions les nôtres. M. 196.

y semblons-nous grands ou pelits ? M. 419. - Il est Nous les connoissons fort bien. M. 494.
quelquefois impossible de s'y soutenir. M. 449.

Faux (goût). R. 3. — Du faux. R. 6.
Enfants (petits). R. 7.

Favoris. M. 55.
Ennemis. M. 463.

Félicité. M. 488.
Ennui : nous nous vantons de ne pas nous ennuyer. M. 141. Femmes qui font l'amour. M. 131.-Sévérité des femmes.

Effet de l'ennui. M. 172. Nous ne pardonnons M. 204. – Leur honnêteté. M. 205. – En quoi consiste
point à ceux que nous ennuyons. M. 304. - Pourquoi leur vertu. M. 220. - Leur coquetterie. M. 241. –
les amants ne s'ennuient point. M. 312. Avec qui Elles la prennent pour de la passion. M. 277.
s'ennuie-t-on presque toujours ? M. 352. — Belles cho- la connoissent pas. M. 332. — Principe de leur sévérité.
ses qui ennuient. R. 2.

M. 333. — Elles ne peuvent vaincre leur coquetterie.
Enrie : passion timide. M. 27. – Distinguée de la jalousie. M. 334. -- Usage qu'elles font de leur esprit. M. 340.--

M. 28. - Envie secrète. M. 280. Effet de l'orgueil D'où leur vient la règle qu'elles peuvent avoir? M. 346.
sur l'envie. M. 281.--L'envie est irréconciliable. M. 528. Pourquoi pleurent-elles un amant mort? M. 562.
- L'amitié la détruit. M. 376. - De celui qui est né Lassitude des honnètes femmes. M. 367.— Principe de
sans envie. M. 433. — Durée de l'envie. M. 476. - Ba- leur honnêteté. M. 368. —- Devoir des jeunes femmes.
rete de ceux qui n'en ont point. M. 486.

M. 418. — Pardon des femmes qui aiment. M. 429. -
Epithètes : données à l'esprit. R. 2.

Pourquoi les femmes sont peu touchées de l'amitié.M.410.

-

Elles ne

« PreviousContinue »