Page images
PDF
EPUB

Ducros.
D'un romantique à renommée immense,
On prend un tome: à le lire on commence ;

Sur la montagne
Où l'auteur vous conduit,

Le sommeil gagne;
Voilà comme on finit.

Auguste.
On va grand train chez les gens de finance ;
Chevaux, landau, voilà comme on commonce ;

Puis, chose unique,
Le landau vous conduit

Jusqu'en Belgique;a
Voilà comme on finit.

Franval.
J'étudiai l'homme dès sa naissance,
Amour, hymen, grâce à vous on commence,

Guérre assassine,
Médecin erudit;

Et médecine,
Voilà comme on finit.

Camille, (au public.)
Plus d'une pièce avant la fin culbute ;
Le cœur tremblant, voilà comme on débute;

L'ouvrage avance,
Pas de funeste bruit;

De l'indulgence,
Voilà comme on finit.

* Landau, espèce de voiture.

Puis, le landau dous conduit jusqu'en Belgique. Allusion à ceux qui font banqueroute, et qui sont obligés de prendre la fuite, de crainte d'Otro arrêtés

LE CHARLATANISME,

COMÉDIE-VAUDEVILLE EN UN ACTE,

PAR E. SCRIBE.

PERSONNAGES.
DELMAR, homme de lettres. MADAME DE MELTOURT, nièce de M
RONDON, journaliste.

Germont.
RÉMY, médecin.

Јону,
M. GERMONT.

domestiques de Delmar.

FRANÇOIS, SOPHIE, sa fille. La scène se passe à Paris, dans la maison de Delinar, rue «lu Mont-Blanc.

Le Théâtre représente un salon élégant ; porte au fond, et deut

portes latérales ; aux côtés de la porte du fond, deux corps de bibliothèque garnis de livres, et surmontés, l’un du buste de Piron, l'autre de celui de Favart ; à la droite du théâtre, un bureau ; à gauche, une table, sur laquelle Delmar est occupé à écrire au lever du rideau.

SCÈNE PREMIÈRE.

Delmar, John. Delmar. (travaillant à son bureau.) Hein! qui vient là me déranger ? voilà une scène que je n'achèverai jamais. Eh bien! John, qu'est-ce que c'est ?

John. Monsieur, c'est aujourd'hui le 15 avril; et le monsieur qui a retenu l'appartement du quatrième vient s'y installer.

Delmar. Est-ce que je l'en empêche ?

John. Non, monsieur; mais il veut vous parler, parce que 3'est lui qui a aussi retenu l'appartement du premier, vis-ào vis : c'est pour des personnes de province.

Delmar. Je dis qu'il n'y a pas moyen de travailler quand on est homme de lettres et qu'on a le malheur d'être proprié. taire. Je sais bien que l'inconvénient est rare. Mais enfin, voilà une scène d'amour, une situation dramatique...

Air de Partie carrée.
À chaque instant on m'importune ,
Il faut quitter les muses pour l'argent
On veut avoir et génie et fortune
Tout à la fois ! impossible vraiment !
Lorsque l'on est au sein de l'opulence,

L'esprit ne fait qu'embarrasser ;
Voila pourquoi tant de gens de finance

Aiment mieux s'er passer.
John. Monsieur, je vais renvoyer le locataire.
Delmar. Eh non! ce ne serait pas honnête. Qu'est-ce

que c'est ?

John. Je crois

que c'est un médecin. Delmar. Un médecin ! diable, les médecins, c'est bien usé! J'aurais préféré un locataire qui eût un autre état, un état original, cela m'aurait fourni quelques sujets. (A John.) C'est égal, fais entrer. (John sort.) J'ai justement un vieux médecin à mettre en scène ; et peut-être, sans qu'il s'en doute, ce brave homme pourra me servir.

SCÈNE II.

Delmar, Rémy, John. John, (annonçant.) M. le docteur Rémy.

Delmar, (se levant.) Rémy! (Courant à Rémy.) Mon ami, mon ancien camarade! Comment ! c'est toi qui viens loger chez moi ?

Rémy. Cette maison t'appartient ?
Delmar. Eh oui, vraiment.

Rémy. Je n'en savais rien. Il y a si longtemps que nous ne nous sommes vus !

Delmar. Tu as raison. Autrefois, quand nous étions étu. diants, moi à l'école de droit, toi à l'école de médecine..

Rémy. Nous ne nous quittions pas, nous vivions ensemble.

Delmar. Et quand j'étais malade, quel zèle! quelle amitié! • comme tu me soignais! deux fois je t'ai dû la vie. Mais que veux-tu ! je suis un malheureux, un ingrat: depuis que je me porte bien, je t'ai oublié.

Rémy. Non, tu ne m'as pas oublié; tu m'aimes toujours, je le vois à la franchise de ton accueil; mais les événements

Que deux tu ! locution exclamative, qui signifie : qu'y faire ! Come me : que voulez-vous ! l'homme propose et Dieu dispose.

nous ont séparés. J'ai été passer deux ans à Montpellier, Je travaillais beaucoup, je t'écrivais quelquefois; et toi, lancé au milieu des plaisirs de la capitale, tu n'avais pas le temps de me répondre. Cela m'a fait un peu de peine ; et pourtant je ne t'en ai pas voulu: tu as la tête légère, mais le cæur excellent, et en amitié cela suffit.

Delmar. Ainsi donc, tu abandonnes .e quartier Saint-Jacques pour la rue du Mont-Blanc ! Tant mieux, morbleu !

Air de Préville et Taconnet.
Comme autrefois nous vivrons, je l'espère:
Pour commencer, plus de bail, plus d'argent.

Rémy.
Quoi! tu voudrais... ?

Delmar.

Je suis propriétaire :
Tu garderas pour rien ton logement,
Ou nous aurons un procès sur-le-champ.

Rémy.
Mais permets donc...

Delmar.

Allons, cher camarade,
Daigne accepter les offres d'un ami;
Ne souffre pas que l'on dise aujourd'hui
Qu'Oreste envoie un huissier à Pylade,

Pour le forcer å demeurer chez lui. Rémy. Un procès avec toi ! certes, je ne m'y exposerai pas; car, autant que j'y puis voir, tu es devenu un avocat distingué, tu as fait fortune au barreau.

Delmar. Du tout.

Rémy. Cependant, quand j'ai quitté Paris, tu venais de passer ton dernier examen.

Delmar. J'en suis resté là ; et de l'étude d'avoué, je me suis élancé sur la scène.

Rémy. Vraiment ! tu as toujours eu du goût pour la litté. rature.

Delmar. Non pas celle de Racine et de Molière, mais une autre, qu'on a inventée depuis, et qui est plus expéditive. Je me rappelais l'exemple de Gilbert, de Malfilâtre et compaguie, qui sont arrivés au temple de mémoire en passant par l'hôpital ; et je me disais : "Pourquoi les gens qui ont de l'esprit n'auraient-ils pas celui de faire fortune ? pourquoi la richesse serait-elle le privilége exclusif des imbéciles et des sots ? pourquoi surtout un homme de lettres irait-il fatiguer les grands de ses importunités ? Non, morbleu ! il est un protecteur auquel on peut, sans rougir, consacrer ses tra. vaux, un Mécène noble et généreux qui récompense sans marchander, et qui paye ceux qui l'amusent; c'est le public.”

Rémy. Je comprends ! tu as fait quelques tragédies, quelques poëmes épiques.

Delmar. Pas si bête ! Je fais l'opéra-comique et le vaude. ville. On se ruine dans la haute littérature ; on s'enrichit dans la petite. Soyez donc dix ans à créer un chef-d'œuvre! Nous mettons trois jours à composer les nôtres; et no core souvent nous sommes trois ! Ainsi, calcule.

Rémy. C'est l'affaire d'un déjeuner.

Delmar. Comme tu dis, les déjeuners jouent un grand rôle dans la littérature ; c'est comme les diners dans la politique. De nos jours, combien de réputations et de fortunes enlevées à la fourchette ! Je sais bien que nos chefs-d'ouvre valent à peu près ce qu'ils nous coûtent. Mais on en a vu qui duraient huit jours; quelques-uns ont été jusqu'à quinze ; et quand on vit un mois, c'est l'immortalité, et on peut se faire lithographier avec une couronne de laurier.

Rémy. Et tu es heureux ?
Delmar. Si je suis heureux !

Air des Amazones.
N'allant jamais implorer la puissance,
Je ne crains pas qu'on m'arrête en chemin,
Libre, et tout fier de mon indépendance,
Par le travail j'embellis mon destin ;
Aux malheureux je peux tendre la main.
Quand je le veux, je cède à la paresse ;
L'amour souvent vient agiter mon cœur.

(Prenant la main de Rémy.)
J'ai retrouvé l'ami de ma jeunesse;

Dis-moi, mon cher, n'est-ce pas le bonheur ? Et toi, mon cher, comment vont les affaires ? Rémy. Assez mal ; j'ai peu de réputation, peu de clients.

Delmar. C'est inconcevable ! car je ne connais pas dans Paris de médecin qui ait plus de talent.

Rémy. Dans notre état, il faut du temps pour se faire con. maître: : nous ne jouissons que dans l'arrière-saison ; et quand la réputation arrive...

Delmar. Il faut s'en aller ; comme c'est gai! Mais, dismoi, pour qui est cet appartement que tu as loué sur le même palier que moi ?

Rémy. Ce n'est pas pour moi, mais pour une famille qui arrive de Montpellier, et qui m'a prié de lui retenir un loge. nent. Le père d'abord est un excellent homme, et puis la jeune personne...

Delmar. Ah! ah! il y a une jeune personne ! Permettez donc, monsieur le docteur, est-ce que nous serions amoureux ?

[graphic]
« PreviousContinue »