La revue Lyonnaise, Volume 7

Front Cover
Mougin-Rusand., 1884
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 238 - ... l'affaire à bout, je ferai tout imprimer, et l'on verra que si vos ouvrages méritent qu'on vous élève des statues, votre conduite vous mériterait des chaînes. L'éditeur est interrogé, il a tout déclaré.
Page 244 - Monsieur, des avis prudens que je vous ai ci-devant donnés en conversation , lorsqu'en me racontant les traverses de votre vie , vous ajoutâtes que vous étiez d'un caractère naturellement insolent. Je vous ai donné mon amitié , une...
Page 654 - J'aurais pu bien souvent, pendant que j'ai été dans les affaires, l'augmenter beaucoup sans manquer à ce que le monde appelle la probité; mais en toutes choses, et pour ma vie privée comme pour ma vie publique, c'est moimême que je consulte et que je crois, et non pas le monde. Je n'ai donc jamais voulu d'autre moyen de fortune que l'ordre. Je me suis promis une fois pour toutes de ne jamais tenir compte dans ma vie publique d'aucune considération d'intérêt privé. J'ai agi de la sorte jusqu'à...
Page 244 - ... forêt vers Charles Baudy*. Vous me priâtes de lui en parler, ce que je fis même en votre présence , autant que je m'en souviens , mais certainement d'une manière illimitée ; ce qu'on ne fait pas quand il s'agit d'un présent. Je laisse à part la vilité d'un présent de cette espèce qui ne se fait qu'aux pauvres de la Miséricorde ou à un couvent de Capucins. Je vous aurois à témoignage du vieillard dont le père...
Page 244 - Je vous aurais, à coup sûr, donné comme présent quelques voies de bois de chauffage si vous me les aviez demandées comme telles; mais j'aurais cru vous insulter par une offre de cette espèce. Mais enfin, puisque vous ne le dédaignez pas, je vous le donne, et j'en tiendrai compte à Baudy, en par vous m'envoyant la reconnaissance suivante : « Jesoussi« gné, François Arouet de Voltaire, chevalier, seigneur de Ferney, « gentilhomme ordinaire delà chambre du roi, reconnais que M.
Page 238 - Ah mon Dieu , Sire , dans l'état où je suis ! je vous jure encor sur ma vie à laquelle je renonce sans peine, que c'est une calomnie affreuse. Je vous conjure de faire confronter tous mes gens1. Quoi ! vous me jugeriez sans entendre ! Je demande justice et la mort.
Page 56 - Dieu voulut qu'ils ne recogneurent pas l'advantage qu'ils avoient acquis par cette charge, ayans coupé entre nostre gros et eux M. de Chastillon et une vingtaine des meilleurs hommes qu'il eust; mais cette charge fut faite comme sur l'heure d'entre chien et loup, laquelle heure nous servit de couverture pour prendre nostre party , qui fut bien scabreux, comme il sera dit cy-après.Mais, avant que d'y venir, je diray que M.
Page 260 - Il a été un des signataires des statuts des peintres, des tailleurs d'images et des verriers de Lyon.
Page 528 - Etudes sur les variations malacologiques d'après la faune vivante et fossile de la partie centrale du bassin du Rhône, in Ann.
Page 527 - ... beau, mais que le style de La Bruyère, le style de Bossuet, le style de Saint-Simon, le style de Bernardin de Saint-Pierre, le style de Diderot, tout divers et dissemblables qu'ils soient, sont des styles d'égale valeur, des styles d'écrivains parfaits. Et peut-être l'espèce d'hésitation...

Bibliographic information