Histoire des quarante fauteuils de l'Académie française depuis la fondation jusqu'à nos jours, 1635-1855, Volume 3

Front Cover
Lacroix-Comon, 1855 - France

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 479 - Mais j'ai été appelé deux fois au conseil de celui qui fut mon maître, dans le temps que cette fonction était ambitionnée par tout le monde; je lui dois le même service, lorsque c'est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse.
Page 115 - Il était mélancolique. Il lui fallait des sujets plus solides pour espérer ou pour se réjouir, que pour se chagriner ou pour craindre. Il avait l'humeur brusque, et quelquefois rude en apparence, au fond, il était très aisé à vivre, bon père, bon mari, bon parent, tendre et plein d'amitié.
Page 185 - ... s'être livré à la pente précipitée de ces cataractes écumantes, dont les eaux suspendues semblent moins rouler sur la terre que descendre des nues; avoir pénétré dans ces vastes déserts, dans ces solitudes immenses, où l'on trouve à peine quelques vestiges de l'homme, où la Nature, accoutumée au plus profond silence...
Page 184 - Du génie pour les sciences, du goût pour la littérature , du talent pour écrire : de l'ardeur pour entreprendre, du courage pour exécuter, de la constance pour achever ; de l'amitié pour vos rivaux, du zèle pour vos amis, de l'enthousiasme pour l'humanité : voilà ce que vous connaît un ancien ami , un confrère de trente ans , qui se félicite aujourdhui de le devenir pour la seconde fois (i).
Page 109 - ... s'est servi. Ainsi deux auteurs, dont l'un surpasse extrêmement l'autre par la beauté de ses ouvrages, sont néanmoins égaux en mérite, s'ils se sont également élevés chacun au-dessus de son siècle. Il est...
Page 115 - Nul goût, nulle connaissance des véritables beautés du théâtre ; les auteurs aussi ignorants que les spectateurs ; la plupart des sujets extravagants et dénués de vraisemblance ; point de mœurs, point de caractères ; la diction encore plus vicieuse que l'action, et dont les pointes et de misérables jeux de mots faisaient le principal ornement : en un mot toutes les règles de l'art, celles même de l'honnêteté et de la bienséance, partout violées.
Page 479 - Citoyen président, j'ignore si la convention donnera à Louis XVI un conseil pour le défendre, et si elle lui en laisse le choix : dans ce cas-là, je désire que Louis XVI sache que, s'il me choisit pour cette fonction, je suis prêt à m'y dévouer. Je ne vous demande pas de faire part à la convention de mon offre, car je suis bien éloigné de me croire un personnage assez important pour qu'elle s'occupe de moi. Mais j'ai été appelé deux fois au conseil de celui...
Page 505 - On me l'a dépeint, dit l'abbé d'Olivet , comme un « philosophe qui ne songeait qu'à vivre tranquille avec « des amis et des livres ; faisant un bon choix des uns et
Page 176 - ... d'un philosophe , qui cherche à étendre la carrière des arts, et à y transporter, par de nouvelles imitations , de nouvelles beautés. Mais il se distingua surtout dans cette partie de l'esprit philosophique , utile lors même qu'il se trompe , qui analyse les principes du goût , n'admire rien sur parole, et avant d'adopter une opinion, même de deux mille ans , cherche toujours à s'en rendre compte.
Page 168 - Et qu'après avoir écouté tout le reste, il lui donna de sa propre main cinquante pistoles, avec ces paroles obligeantes : « Que c'était seulement

Bibliographic information