Mémoires secrets pour servir a l'histoire de la dernière année du règne de Louis XVI, roi de France, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 213 - De statuer annuellement, après la proposition du Roi, sur le nombre d'hommes et de vaisseaux dont les armées de terre et de mer seront composées ; sur la solde et le nombre d'individus de chaque grade ; sur les règles d'admission et d'avancement, les formes de l'enrôlement et du dégagement, la formation des équipages de mer ; sur l'admission des troupes ou des forces navales étrangères au service de France, et sur le traitement des troupes en cas de licenciement ; 9°...
Page 232 - Ce mémoire lit la plus vive impression sur l'esprit du roi. Il me dit, avec l'énergie que lui inspirait toujours la cause de la religion : « Ils peuvent être tranquilles, jamais je ne sanctionnerai le décret. Je suis seulement embarrassé de savoir si je dois simplement et immédiatement refuser ma sanction et en assigner les motifs, ou si je dois temporiser à cause des circonstances. Tâchez, continua-t-il, de découvrir l'opinion de vos collègues, avant que cette affaire soit traitée au...
Page 279 - • « Je suis de votre opinion , me dit-il ; il '« revient à nous sincèrement, et il fera tout « ce qui dépendra de lui pour réparer le mal « fait en son nom, et auquel il est très-pos« sible qu'il n'ait pas eu tant de part que nous
Page 213 - La guerre ne peut être décidée que par un décret du corps législatif, rendu sur la proposition formelle et nécessaire du roi , et sanctionné par lui.
Page 279 - la plus grande chaleur. — Je suis bien malheureux, « dit-il, sans l'avoir mérité. On m'a mis sur le corps « mille atrocités dont je suis absolument innocent ; « on m'en a supposé coupable , uniquement parce « que j'ai dédaigné de descendre à me justifier de « crimes dont j'ai la plus profonde horreur. Vous y. êtes le premier ministre auquel j'en ai dit autant , « parce que vous êtes le seul dont le caractère m'ait « toujours inspiré de la confiance. Vous aurez bien«.
Page 279 - que vous êtes le seul dont le caractère « m'ait toujours inspiré de la confiance ; « vous aurez bientôt une occasion favorable « de juger si ma conduite dément en rien « mes paroles.» . « II prononca ces mots avec l'accent d'un cC homme qui les croyait une réponse néces« saire à l'air d'incrédulité avec lequel je
Page 279 - ... ce jour-là faire leur cour à la famille royale, lui firent la plus mortifiante réception. Ils se pressèrent autour de lui en affectant de lui marcher sur les pieds et en le poussant vers la porte. Lorsqu'il se rendit à l'appartement de la reine, le couvert était déjà mis. Dès qu'ils l'aperçurent, ils crièrent tous : ne laissez approcher personne des plats, insinuant par là qu'il pourrait y jeter du poison.
Page 279 - ... descendait, on cracha sur lui. Il se hâta de sortir du palais, la rage et l'indignation dans le cœur, et convaincu que le roi et la reine étaient les auteurs de ces outrages, que non-seulement ils ignoraient mais dont ils furent même extrêmement fâchés quand on les leur apprit.
Page 142 - Tous les citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talens.
Page 279 - Je lui répondis : Je crains (tellement d'affaiblir la force de vos expressions en les rapportant au roi, comme vous le désirez, .que je vous invite à exprimer vous-même vos sentimens à Sa Majesté.

Bibliographic information