Œuvres complètes de Montesquieu: De l'esprit des lois, livres XI-XXI

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Questce qui est plus convenable au prince et
140
Combien les hommes sont différents dans les divers
146
CH AP V1 De la culture des terres dans les climals chauds
156
CH AP XI Des lois qui ont rapport aux maladies du climat
163
Autres effets du climat
170
CH AP XI Ce que les lois doivent faire par rapport à lesclavage
190
Précautions à prendre dans le gouvernement modéré
197
De la répudiation et du divorce chez les Romains
233
Quels sont les pays les plus cultivés
257
Nouveaux effets de la fertilité et de la stérilité du pays
259
Des peuples des iles
260
Des pays formés par lindustrie des hommes 201
263
Rapport général des lois
264
Du terrain de lAmérique
265
Du nombre des hommes dans le rapport avec la ma nière dont ils se procurent la subsistance
266
CH AP X Des peuples sauvages et des peuples barbares
267
Du droit des gens chez les peuples qui ne cultivent point les terres
268
Des lois civiles chez les peuples qui ne cultivent point les terres
269
De létat politique des peuples qui ne cultivent point les terres
271
Des peuples qui connoissent lusage de la monnoie 972
273
Des lois politiques chez les peuples qui nont point lusage de la monnoie
274
Force de la superstition
275
De la liberté des Arabes et de la servitude des Tar tares
276
Du droit des gens des Tartares
278
СНАР ХХІ Loi civile des Tartares
279
Dune loi civile des peuples Germains
280
De la longue chevelure des rois Francs
288
Des mariages des rois Francs
289
Childéric
290
De la majorité des rois Francs
291

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - États modérés : elle n'y est que lorsqu'on n'abuse pas du pouvoir; mais c'est une expérience éternelle, que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser; il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites. Qui le diroit! la vertu même a besoin de limites. . .Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.
Page 134 - L'impôt par tête est plus naturel à la servitude ; l'impôt sur les marchandises est plus naturel à la liberté, parce qu'il se rapporte d'une manière moins directe à la personne.
Page 10 - Tout serait perdu si le même homme, ou le même corps des principaux, ou des nobles ou du peuple, exerçaient ces trois pouvoirs : celui de faire des lois, celui d'exécuter les résolutions publiques, et celui de juger les crimes ou les différends des particuliers.
Page 64 - Ma, et que l'on acquerra dans d'autres, sur les -règles les plus sûres que l'on puisse tenir dans les jugements criminels, intéressent le genre humain plus qu'aucune chose qu'il y ait au monde.
Page 183 - On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu qui est un être très sage ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir.
Page 10 - Il n'ya point encore de liberté , si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice. Si elle était jointe à la puissance législative , le pouvoir sur la vie et la liberté des citoyens serait arbitraire; car le juge serait législateur.
Page 309 - Plusieurs choses gouvernent les hommes : le climat, la religion, les lois, les maximes du gouvernement, les exemples des choses passées, les mœurs, les manières ; d'où il se forme un esprit général qui en résulte.
Page 12 - La puissance de juger ne doit pas être donnée à un sénat permanent, mais exercée par des personnes tirées du corps du peuple1, dans certains temps de l'année, de la manière prescrite par la loi, pour former un tribunal qui ne dure qu'autant que la nécessité le requiert.
Page 9 - Lorsque dans la même personne ou dans le même corps de magistrature la puissance législative est réunie à la puissance exécutrice, il n'ya point de liberté, parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le même sénat ne fasse des lois tyranniques pour les exécuter tyranniquement.
Page 20 - Mais les juges de la nation ne sont, comme nous avons dit, que la bouche qui prononce les paroles de la loi , des êtres inanimés qui n'en peuvent modérer ni la force ni la rigueur.