Revue de Bretagne, de Vendée & d'Anjou, Volume 3; Volume 10

Front Cover
Émile Grimaud
J. Forest, aîné, 1871 - Anjou (France)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 145 - Pourquoi , durant les nuits , sa douce voix se mêle Au doux bruit des ruisseaux sous l'ombrage roulant. Je chantais, mes amis, comme l'homme respire, Comme l'oiseau gémit, comme le vent soupire, Comme l'eau murmure en coulant.
Page 381 - Arcole nous couvrant de son corps. 5° Idem, (10,000) dix mille francs au sous-officier Cantillon, qui a essuyé un procès comme prévenu d'avoir voulu assassiner lord Wellington, ce dont il a été déclaré innocent. Cantillon avait autant de droit d'assassiner cet oligarque, que celui-ci de m'envoyer pour périr sur le rocher de Sainte-Hélène. Wellington, qui a proposé cet attentat, cherchait à le justifier sur l'intérêt de la Grande-Bretagne.
Page 404 - Assez de malheureux ici-bas vous implorent; Coulez, coulez pour eux: Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent: Oubliez les heureux.
Page 222 - A la tête de chaque arrondissement, de « chaque municipalité, placez donc des hommes sympathiques « et résolus. Ne leur ménagez pas les instructions, animez « leur zèle. Par les élections qui vont s'accomplir, ils tiennent « dans leurs mains les destinées de la France ; qu'ils nous don« nent une assemblée nationale capable de comprendre et
Page 352 - République européenne et à chacun de ses membres tous les avantages possibles. Mais on ne pourra jamais rien changer à ces cinq Articles fondamentaux que du consentement unanime des Confédérés.
Page 226 - Les opérations militaires sur le terrain des départements du Doubs, du Jura et de la Côte-d'Or, ainsi que le siège de Belfort, se continueront indépendamment de l'armistice, jusqu'au moment où on se sera mis d'accord sur la ligne de démarcation dont le tracé à travers les trois départements mentionnés a été réservé à une entente ultérieure.
Page 221 - Vous comprenez combien ici votre tâche est grande. L'éducation du pays n'est pas faite. C'est à vous de le guider. Provoquez sur tous les points de votre département la réunion de comités électoraux, examinez sévèrement les titres des candidats. Arrêtez-vous à ceux-là seulement qui paraissent présenter le plus de garanties à l'opinion républicaine, le plus de chances de succès. Pas de transactions, pas de complaisances. Que le jour de l'élection soit le triomphe de la Révolution.
Page 352 - ... hostilités, et de rembourser les frais de la guerre suivant l'estimation qui en sera faite par les commissaires de la Grande Alliance.
Page 269 - Là encore, nous dûmes subir la funeste influence de la phrase. En disant à Ferrières « pas une pierre de nos forteresses , pas un pouce de notre territoire, » M. Jules Favre avait rendu toute négociation impossible. De même, à la fin de janvier, pour dire à la France et au monde : « Nous ne nous sommes rendus qu'au dernier morceau de pain, » M. Jules Favre fut obligé de tout céder au prince de Bismarck afin d'obtenir pour deux millions d'hommes...
Page 362 - Procès instruit par la Cour de Justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres, prévenus de conspiration contre la personne du premier consul. Paris, C.-F.

Bibliographic information