Page images
PDF
EPUB

Ainsi, sans qu'on puisse tirer de cette question même aucune induction particulièrement défavorable, premier point àdébattre: l'économie politique est-elle une science véritable? ou n'offre-t-elle, comme on le dit encore, qu'une apparence de science qu'il suffit de soumettre au contrôle de l'expérience pour qu'elle s'en aille en fumée; tout du moins faut-il ne voir en elle qu'un recueil d'expédients abandonnés à cette sagesse changeante du législateur qui s'inspire uniquement des circonstances ?

Nous écartons d'un tel débat tout ce qu'il emprunterait si facilement aux circonstances d'accessoire et d'accidentel. L'économie politique a été, dans ces derniers temps, l'objet d'attaques violentes. On peut croire qu'elle n'a pas toujours pour juge un conseil de sages, exclusivement préoccupés de statuer sur la vérité des principes. Plusieurs de ceux qui la contestent sont à la fois juges et parties. Ses adversaires s'appuient sur des intérêts rendus puissants par leur concentration même. Ils ne se font pas faute de parler aux passions et notamment à la peur. L'économie politique, au contraire, ne s'adresse qu'aux idées. Elle invoque simplement l'intérêt général, c'est-à-dire un intérêt qui , se répandant sur la masse entière, semble en quelque sorte s'y perdre: en eftet, dans notre pays surtout, c'est le malheur de ce qui intéresse tout le monde de n'intéresser bien souvent personne. Nous resterons fidèle à ce caractère de la science, qui fait sa faiblesse relative dans un moment donné, mais qui fait aussi sa force durable. Il ne saurait s'agir ici que de principes, de théorie, ce qui n'est pas nécessairement synonyme d'utopie. Que des intérêts exclusifs trouveni peu concluante une science

qui conclut contre eux, quelle conséquence, nous le demanderons, est-on en droit d'en tirer? Quand ceux qui se croyaient intéressés à l'immobilité du globe terrestre traitaient de théorie vaine l'astronomie de Galilée, cela n'empêchait pas la terre de tourner, même à Rome. La vérité reste en dehors du bruit qui se fait autour d'elle et contre elle.

I.

Procédons avec méthode dans cette détermination que nous voudrions rendre plus claire et plus complète de l'élément scientifique de l'économie politique. Tout le monde sait, quoiqu'il arrive fréquemment de l'oublier, la différence qui existe entre la pratique, l'art et la science. Ce sont là trois développements successifs qui viennent chacun à leur heure. En tout, le genre humain commence par la pratique, parce qu'il est naturel que l'action précède la réflexion et surtout la réflexion méthodique. La pratique, qui, logiquement, n'est qu'une application de l'art, le devance historiquement comme l'instinct devance la pensée, comme les faits précédent les généralités que la pensée sait en tirer. Primo vivere, deinde philosophari , voilà la devise de l'humanité. L'art est un second degré. Il affecte un caractère plus général, il ramène une certaine quantité de cas particuliers à des règles ; mais tant que la science pure ne l'éclaire pas, il participe encore de la nature incertaine et vacillante de la pratique. Telle serait la grammaire, enseignée comme art, si la grammaire générale, c'està-dire scientifique, ne lui prétait ses lumières ; au lieu de régenter jusqu'aux rois, comme Molière l'a dit d'elle

ironiquement, mais avec justesse, elle se trouverait fort empêchée au milieu des bizarreries de la coutume, et manquerait de cette fixité et de cette logique qui font d'elle une souveraine soumise sans doute aux jugements du public, mais qui a le droit aussi de s'en faire respecter. Ce que peut être l'art sans la science, on le sait de reste quand la jurisprudence ne sait pas s'élever jusqu'à la philosophie. Le caractère qui distingue essentiellement l'art de la science, c'est que l'art n'existe qu'en vue de l'application, tandis que la science se suffit et n'a d'autre fin qu'elle-même ; c'est que l'un est une collection de moyens et l'autre un ensemble de vérités, c'està-dire de faits observés et de rapports constatés. Désintéressée dans ses vues, la science est irresponsable de l'usage qu'on peut en faire. Toute accusation, autre que celle d'erreur, est sans force contre elle. Ne la taxez pas d'exagération ou de témérité; elle n'entend pas ce langagé. Voulez-vous lui fermer la bouche; prouvez seulement qu'elle est fausse, c'est-à-dire qu'elle n'est pas

la science.

Demander si l'économie politique offre les conditions d'une science, c'est demander uniquement: 1° si elle repose sur un ordre de faits réel; 2° si ces faits peuvent être observés ; 3° s'ils obéissent à des lois. Renfermons-nous dans la question ainsi posée. Ce qu'elle offre de très-général ne doit pas nous rebuter; bien loin de là. Les généralités, conçues en dehors et au mépris de l'observation, méritent seules le reproche qu'on leur adresse d'etre la chimère d'esprits orgueilleux et impatients ; lorsqu'elles sont le fruit légitime de l'expérience , lorsqu'elles empruntent à la raison ses idées les plus certai

Corbeil. Typogr et stér. de CRETE

[blocks in formation]

PRINCIPES ET FONDEMENTS DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE
DU PRINCIPE DE PROPRIÉTÉ DE L'INFLUENCE DES CLIMATS ET DES LIEUX
SUR LES FAITS ÉCONOMIQUES – DE LA SOLIDARITÉ ÉCONOMIQUE - DES RAPPORTS
DU TRAVAIL ET DU CAPITAL DU SYSTÈME DE LAW - LES PROJETS DE L'ABBÉ DE
SAINT-PIERRE RÉFORMES DE COLBERT RÉFORMES DE R. PEEL - HISTOIRE
DE L'ASSISTANCE VICO; LA SCIENCE NOUVELLE DESTUTT

DE TRACY DU DROIT NATUREL

[blocks in formation]

GUILLAUMIN ET CB, LIBRAIRES
Édileurs du Journal des Economistes, de la Collection des principaux Economistes,

du Dictionnaire de l'Economie politique, etc.

[blocks in formation]

Droits de traduction et de reproduction réservés.

« PreviousContinue »