Page images
PDF
EPUB

SUR LA PLURALITÉ DES MONDES.

A MONSIEUR L....

Vous voulez , Monsieur , que je vous rende un compte exact de la manière dont j'ai passé mon temps à la campagne , chez madame la marquise de G***. Savez-vous bien que ce compte exact sera un livre , et ce qu'il y a de pis , un livre de philosophie ? Vous vous attendez à des fêtes , à des parties de jeu ou de chasse, et vous aurez des planètes, des mondes, des tourbillons: il n'a presque été question que de ces choses-là. Heureusement, vous êtes philosophe, et vous ne vous en moquerez pas tant qu'un autre. Peut-être même serez-vous bien aise que j'aie attiré madame la marquise dans le parti de la philosophie. Nous ne pouvions faire une acquisition plus considérable; car je compte que la beauté et la jeunesse sont toujours des choses d'un grand prix. Ne croyez-vous pas, que si la sagesse elle-même voulait se présenter aux hommes , avec succès, elle ne ferait point mal de paraître sous une figure qui approchât un peu de celle de la marquise? Surtout, si elle pouvait avoir dans sa conversation les mêmes agrémens , je suis persuadé que tout le monde courrait après la sagesse. Ne vous attendez pourtant pas à entendre des merveilles , quand je vous ferai le récit des entretiens que j'ai eus ayec cette dame ; il faudrait presque avoir autant d'esprit qu'elle pour répéter ce qu'elle a dit, de la manière dont elle l'a dit. Vous lui verrez seulement cette vivacité d'intelligence que vous lui connaissez. Pour moi, je la tiens savante, à cause de l'extrême facilité qu'elle aurait à le devenir. Qu'est-ce qui lui manque? D'avoir ouvert les yeux sur des livres. Cela n'est rien, et bien des gens l'ont fait toute leur vie , à qui je refuserais , si j'osais, le nom de sayans. Au reste , Monsieur, vous m'aurez une obligation. Je sais bien qu'avant que d'entrer dans le détail des conversations que j'ai eues avec la marquise , je serais en droit de vous décrire le château où elle était allée passer l'automne. On a souvent décrit des châteaux pour de moindres occasions. Mais je vous ferai grâce sur cela. Il suflit que vous sachiez que, quand j'arrivai chez elle , je n'y trouvai point de compagnie , et que j'en fus fort aise. Les deux premiers jours n'eurent rien de re

marquable; ils se passèrent à épuiser les nouvelles de Paris , d'où je venais : mais ensuite vinrent ces entretiens, dont je veux vous faire part. Je vous les diviserai par soirs , parce qu'effectivement nous n'eûmes de ces entretiens que les soirs.

PREMIER SOIR.

Que la Terre est une Planète qui tourne sur elle-même et

autour du Soleil.

Nous allámes donc un soir, après souper, nous promener dans le parc. Il faisait un frais délicieux , qui nous récompensait d'une journée fort chaude , que nous avions essuyée. La lune était levée il y avait peut-être une heure , et ses rayons , qui ne venaient à nous qu'entre les branches des arbres , faisaient un agréable mélange d'un blanc fort vif, avec tout ce vert qui paraissait noir. Il n'y avait pas un nuage qui dérobât ou qui obscurcît la moindre étoile ; elles étaient toutes d'un or pur et éclatant, et qui était encore relevé par le fond bleu où elles sont attachées. Ce spectacle me fit rêver, et peut-être , sans la marquise , eussé-je rêvé assez long-temps; mais la présence d'une si aimable dame ne me permit pas de m'abandonner à la lune et aux étoiles. Ne trouvez-vous pas, lui dis-je, que le jour même n'est pas si beau qu'une belle nuit? Oui, me répondit-elle , la beauté du jour est comme une beauté blonde , qui a plus de brillant; mais la beauté de la nuit est un beauté brune , qui est plus touchante. Vous êtes bien généreuse , repris-je , de donner cet avantage aux brunes , vous qui ne l'êtes pas. Il est pourtant vrai que le jour est ce qu'il y a de plus beau dans la nature , et que les héroïnes de roman, qui sont ce qu'il y a de plus beau dans l'imagination, sont presque toujours blondes. Ce n'est rien que la beauté, répliqua-t-elle , si elle ne touche. Avouez que le jour ne vous eût jamais jeté dans une rêverie aussi douce que celle où je vous ai yu près de tomber tout-à-l'heure à la vue de cette belle nuit. J'en conviens , répondis-je; mais en récompense, une blonde comme vous me ferait encore mieux rêver que la plus belle nuit du monde, avec toute sa beauté brune. Quand cela serait vrai, répliqua-t-elle , je ne m'en contenterais pas. Je voudrais que le jour, puisque les blondes doivent être dans ses intérêts , fit aussi le même effet. Pourquoi les amans , qui sont bons juges de ce qui touche, ne s'adressent-ils jamais qu'à la nuit, dans toutes les chansons et dans toutes les élégies que je connais? Il faut bien que la nuit ait leurs remercimens , lui dis-je : mais, reprit-elle , elle a aussi toutes leurs plaintes. Le jour ne s'attire

point leurs confidences : d'où cela vient-il ? C'est apparemment, répondis-je, qu'il n'inspire point je ne sais quoi de triste et de passionné. Il semble, pendant la nuit, que tout soit en repos. On s'imagine que les étoiles marchent avec plus de silence que le soleil ; les objets que le ciel présente sont plus doux ; la vue s'y arrête plus aisément; enfin, on rêve mieux, parce qu'on se flatte d'être alors, dans toute la nature , la seule personne occupée à rêver. Peut-être aussi que le spectacle du jour est trop uniforme; ce n'est qu'un soleil et une voûte bleue ; mais il se peut que la vue de toutes ces étoiles , semées confusément, et disposées au hasard en mille figures différentes, favorise la rêverie, et un certain désordre de pensées où l'on ne tombe point sans plaisir. J'ai toujours senti ce que vous me dites, reprit-elle; j'aime les étoiles, et je me plaindrais volontiers du soleil qui nous les efface. Ah ! m'écriai-je , je ne puis lui pardonner de me faire perdre de vue tous ces mondes. Qu'appelez-vous tous ces mondes? me dit-elle, en me regardant, et en se tournant vers moi. Je vous demande pardon, répondis-je ; vous m'avez mis sur ma folie , et aussitôt mon imagination s'est échappée. Quelle est donc cette folie ? reprit-elle. Hélas ! répliquai-je , je suis bien fâché qu'il faille vous l'avouer. Je me suis mis dans la tête que chaque étoile pourrait bien être un monde. Je ne jurerais pourtant pas que cela fût vrai; mais je le tiens pour vrai , parce qu'il me fait plaisir à croire. C'est une idée qui me plaît , et qui s'est placée dans mon esprit d'une manière riante. Selon moi, il n'y a pas jusqu'aux vérités à qui l'agrément ne soit nécessaire. Hé bien , reprit-elle, puisque votre folie est si agréable, donnez-la moi; je croirai , sur les étoiles, tout ce que vous voudrez, pourvu que j'y trouve du plaisir. Ah! madame , répondis-je bien vite, ce n'est pas un plaisir comme celui que vous auriez à une comédie de Molière ; c'en est un qui est je ne sais ou dans la raison, et qui ne fait rire que l'esprit. Quoi donc, reprit-elle, croyez-vous qu'on soit incapable des plaisirs qui ne sont que dans la raison ? Je veux, tout-à-l'heure , vous faire voir le contraire. Apprenez-moi vos étoiles. Non , répliquai-je, il ne me sera point reproché que dans un bois, à dix heures du soir , j'aie parlé de philosophie à la plus aimable personne que je connaisse. Cherchez ailleurs vos philosophes.

J'eus beau me défendre encore quelque temps sur ce ton-là, il fallut céder. Je lui fis du moins promettre , pour mon honneur , qu'elle garderait le secret; et quand je fus hors d'état de m'en pouvoir dédire , et que je voulus parler , je vis que je ne savais par ou commencer mon discours ; car avec une personne comme elle , qui ne savait rien en matière de physique, il fallait

[graphic]

prendre les choses de bien loin, pour lui prouver que la terre pouvait être une planète , et les planètes autant de terres , et toutes les étoiles autant de soleils qui éclairaient des mondes. J'en revenais toujours à lui dire qu'il aurait mieux valu s'entretenir de bagatelles, comme toutes personnes raisonnables auraient fait en notre place. A la fin cependant, pour lui donner une idée générale de la philosophie , voici par ou je commençai.

Toute la philosophie, lui dis-je, n'est fondée que sur deux choses , sur ce qu'on a l'esprit curieux et les youx mauvais ; car si vous aviez les yeux meilleurs que vous ne les apez, vous verriez bien si les étoiles sont des soleils qui éclairent autant de mondes, ou si elles n'en sont pas; et si, d'un autre côté, vous étiez moins curieuse , vous ne vous soucieriez pas de le savoir, ce qui reviendrait au même : mais on veut savoir plus qu'on ne voit ; c'est là la difficulté. Encore si ce qu'on voit on le voyait bien, ce serait toujours autant de connu; mais on le voit tout autrement qu'il n'est. Ainsi, les vrais philosophes passent leur vie à ne point croire ce qu'ils voient, et à tâcher de deviner ce qu'ils ne voient point; et cette condition n'est pas, ce me semble, trop à envier. Sur cela , je me figure toujours que la nature est un grand spectacle, qui ressemble à celui de l'opéra. Du lieu où vous êtes à l'opéra , vous ne voyez pas le théâtre tout-à-fait comme il est : on a disposé les décorations et les machines pour faire de loin un effet agréable, et on cache à votre vue ces roues et ces contrepoids qui font tous les mouvemens. Aussi ne vous embarrassez-vous guère de deviner comment tout cela joue. Il n'y a peut-être que quelque machiniste caché dans le parterre, qui s'inquiète d'un vol qui lui aura paru extraordinaire, et qui veut absolument démêler comment ce vol a été exécuté. Vous voyez bien que ce machiniste-là est assez fait comme les philosophes. Mais ce qui, à l'égard des philosophes , augmente la difficulté, c'est que dans les machines que la nature présente à nos yeux, les cordes sont parfaitement bien cachées, et elles le sont si bien, qu'on a été long-temps à deviner ce qui causait les mouvemens de l'univers : car représentez-vous tous les sages à l'opéra , ces Pythagore , ces Platon, ces Aristote, et tous ces gens dont le nom fait aujourd'hui tant de bruit à nos oreilles : supposons qu'ils voyaient le · vol de Phaëton que les vents enlèvent, qu'ils ne pouvaient découvrir les cordes , et qu'ils ne savaient point comment le derrière du théâtre était disposé. L'un d'eux disait : « C'est une vertu » secrète qui enlève Phaëton. » L'autre, « Phaëton est composé

» de certains nombres qui le font monter. » L'autre, « Phaëton : » a une certaine amitié pour le haut du théâtre ; il n'est pas à

» son aise quand il n'y est pas. » L'autre , « Phaëton n'est pas » fait pour voler: mais il aime mieux voler que de laisser le + haut du théâtre vide, » et cent autres rêveries que je m'étonne qui n'aient perdu de réputation toute l'antiquité. A la fin, Descartes et quelques autres modernes sont venus, qui ont dit : « Phaëton monte, parce qu'il est tiré par des cordes, et qu'un » poids plus pesant que lui descend, » Ainsi , on ne croit plus qu’un corps se remue , s'il n'est tiré, ou plutôt poussé par un autre corps : on ne croit plus qu'il monte ou qu'il descende, si ce n'est par l'effet d'un contrepoids ou d'un ressort; et qui verrait la nature telle qu'elle est, ne verrait que le derrière du théâtre de l'opéra. A ce compte, dit la marquise, la philosophie est devenue bien mécanique? Si mécanique, répondis-je , que je crains qu'on n'en ait bientôt honte. On veut que l'univers ne soit en grand que ce qu'une montre est en petit, et que tout s'y conduise par des mouvemens réglés qui dépendent de l'arrangement des parties. Avouez la vérité. N'avez-vous pas eu quelquefois une idée plus sublime de l'univers, et ne lui avezvous point fait plus d'honneur qu'il ne méritait? J'ai vu des gens qui l'en estimaient moins, depuis qu'ils l'avaient connu. Et moi, répliqua-t-elle, je l'en estime beaucoup plus, depuis que je sais qu'il ressemble à une montre. Il est surprenant que l'ordre de la nature, tout admirable qu'il est, ne roule que sur des choses si simples.

Je ne sais pas , lui répondis-je , qui vous a donné des idées si saines; mais, en vérité, il n'est pas trop commun de les avoir. Assez de gens ont toujours dans la tête un faux merveilleux, enveloppé d'une obscurité qu'ils respectent. Ils n'admirent la nature , que parce qu'ils la croient une espèce de magie où l'on n'entend rien; et il est sûr qu'une chose est déshonorée auprès d’eux, dès qu'elle peut être conçue. Mais , madame , continuai-je , vous êtes si bien disposée à entrer dans tout ce que je veux vous dire, que je crois que je n'ai qu'à tirer le rideau, et à vous montrer le monde.

De la terre ou nous sommes, ce que nous voyons de plus éloigné, c'est ce ciel bleu , cette grande voûte, ou il semble que les étoiles sont attachées comme des clous ; on les appelle fixes , parce qu'elles ne paraissent avoir que le mouvement de leur siel, qui les emporte avec lui d'orient en occident. Entre la terre et cette dernière voûte des cieux, sont suspendus, à différentes hauteurs , le soleil, la lune , et les cinq autres astres, qu'on appelle des planètes, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Ces planetes n'étant point attachées à un même ciel, ayant des mouvemens inégaux, elles se regardent diver

« PreviousContinue »