Page images
PDF
EPUB

Bossuet, elle se traîne depuis Locke, Condillac et Reid dans l'ornière des descriptions. L'empirisme a tout replongé dans le chaos.

Dans ce mélange des génies divers des peuples, qui est l'un des caractères de la civilisation moderne, nous avons emprunté aux Anglais leur faculté d'observation patiente et précise; mais ils nous ont emprunté à leur tour un don bien autrement précieux, l'esprit métaphysique. Il y aurait eu là un échange et un complément heureux de bonnes qualités si, engoués tout à coup et comme grisés d'idées empiriques, nous n'avions désappris les hautes théories de la science. Les Anglais ont lu, plus que nous, nos grands philosophes et nos grands métaphysiciens; ils se sont élevés à leur contact, pendant que nous nous abaissions en dépouillant notre génie pour adopter leurs qualités inférieures. « Qu'importe, dira quelqu'un, pourvu que l'esprit humain avance ? » Que d'autres se consolent ainsi ! Quant à nous, nous verrions d'un cæur navré les autres peuples nous enlever la gloire de toutes les grandes découvertes et de toutes les grandes choses, et ne nous laisser que la gloriole des petites. Nous ne sommes pas de ceux qui se consoleraient de l'abaissement intellectuel de la France en songeant que l'humanité ne reste pas

stationnaire. Nous voulons que tous les peuples s'é. lèvent en même temps, et sans rien perdre, d'un mouvement d'ensemble progressif et harmonieux. L'esprit humain, du reste, perdrait à cette décadence intellectuelle d'une nation qui, par ses qualités élevées et puissantes, a été et peut être encore l'instrument le plus actif des grandes révolutions scientifiques et des grandes révolutions sociales.

Heureusement, contre l'influence délétère du Positivisme, on recommence à faire appel à l'influence de Descartes. Son puissant génie est de nouveau compris et acclamé, et il se fait comme un concert d'éloges autour de son nom. Sa grande figure, un instant obscurcie ou voilée, se dégage de la poussière soulevée par des écrivains inconséquents ou jaloux de sa gloire. Déjà l'Idée mathématique revient prendre possession de la science; bientôt la Métaphysique se relèvera pour inspirer nos savants et diriger de nouveau l'esprit français dans la voie des grandes découvertes.

FIN.

Pages:

Chap. V. Le Gentilhomme et le Savant. - Travaux

et découvertes en Optique et en Géométrie, pen-

dant un séjour de trois ans à Paris. — Les Cours

publics au xvi1e siècle ; une leçon improvisée de

Descartes. — Le Logicien ; les Règles pour la

direction de l'esprit. (1625-1629). ........... 139

Chap. VI. Le Métaphysicien. – Les neuf premiers

mois de son séjour en Hollande. – Le château

de Franeker. — Les Méditations. (1629). .....

CHAP. VII. Le Savant universel. (1629-1633)...... 236

Chap. VIII, Le Monde. (1633-1634) .............
CHAP. IX. Le Professeur libre; ses Leçons et ses

Lettres. — Origine de l'Académie des Sciences.
– Le Roman de Descartes. — Les derniers Tra-

vaux qui précèdent la publication du Discours

de la Méthode. - Qu'est-ce que le Discours de la

Méthode? – Incidents divers qui en retardent

la publication. (1634-1637).................. 327

Chap. X. Le Discours de la Méthode et les Essais de

philosophie. — Unité de l'ouvre. – Analyse... 353

CHAP, XI. La Méthode de Descartes.............. 448

FIN DE LA TABLE.

Clermont, typ. Ferd. THIBAUD.

« PreviousContinue »