Page images
PDF
EPUB

ACTE CINQUIÈME.

SCÈNE I.

ERIPHILE, CLITIDAS.

CLITIDAS. De quel côté porter mes pas? où m'aviserai-je d'aller ? et en quel lieu puis-je croire que je trouverai maintenant la princesse Ériphile ? Ce n'est pas un petit avantage que d'être le premier à porter une nouvelle. Ah! la voilà ! Madame, je vous annonce que le ciel vient de vous donner l'époux qu'il vous destinoit.

ÉRIPUILE.
Eh! laisse-moi, Clitidas, dans ma sombre mélancolie.

CLITIDAS. Madame, je vous demande pardon. Je pensois faire bien de vous venir dire que le ciel vient de vous donner Sostrate pour époux; mais, puisque cela vous incommode, je rengaine ma nouvelle, et m'en retourne droit comme je suis venu.

ÉRIPELE.
Clitidas! holà, Clitidas !

CLITIDAS.
Je vous laisse, madame, dans votre sombre mélancolie.

ERIPHILE.
Arrete, te dis-je; approche. Que viens-tu me dire?

CLITIDAS. Rien, madame. On a parfois des empressements de venir dire aux grands de certaines choses dont ils ne se soucient pas, et je vous prie de m'excuser.

ÉRIPHILE. Que tu es cruel!

CLITIDAS. Une autre fois j'aurai la discrétion de ne vous pas venir in terrompre.

ERIPBILE. Ne me tiens point dans l'inquiétude. Qu'est-ce que tu viens m'annoncer ?

CLITIDAS. C'est une bagatelle de Sostrate, madame, que je vous dirai une autre fois, quand vous ne serez point embarrassée.

ÉRIPHILE. Ne me fais point languir davantage, te dis-je, et m'apprends rette nouvelle.

CLITIDAS.
Vous la voulez savoir, madame?

ÉRIPHILE.
Oui; dépeche. Qu'as-tu à me dire de Sostrate ?

CLITIDAS.
Une aventure merveilleuse , où personne ne s'attendoit.

ÉRIPHILE.
Dis-moi vite ce que c'est.

CLITIDAS. Cela ne troublera-t-il point, madame, votre sombre mélan colie?

ÉRIPHILE. Ab! parle promptement.

CLITIDAS. J'ai donc à vous dire, madame, que la princesse votre mère passoit presque seule dans la forêt, par ces petites routes qui sont si agréables, lorsqu'un sanglier hideux (ces vilains sangliers-là font toujours du désordre, et l'on devroit les bannir des forêts bien policées), lors, dis-je , qu’un sanglier hideux, poussé, je crois, par des chasseurs, est venu traverser la route où nous étions'. Je devrois vous faire peut-être, pour orner

Il y a encore ici un petit souvenir de la Princesse d Elide. Dans cette pièce, un

mon récit, une description étendue du sanglier dunt je parle; mais vous vous en passerez, s'il vous plait, et je me contenterai de vous dire que c'étoit un fort vilain animal. Il passoit son chemin, et il étoit bon de ne lui rien dire, de ne point chercher de noise avec lui; mais la princesse a voulu égayer sa dextérité, et de son dard, qu'elle lui a lancé un peu mal-à-propos, ne lui en déplaise, lui a fait au-dessus de l'oreille une assez petite blessure. Le sanglier, mal morigené, s'est impertinemment détourné contre nous : nous étions là deux ou trois misérables qui avons páli de frayeur; chacun gagnoit son arbre, et la princesse, sans défense, demeuroit exposée à la furie de la bête, lorsque Sostrate a paru, comme si les dieux l'eussent envoyé.

ÉRIPAILE. Hé bien! Clitidas?

CLITIDAS. Si mon récit vous ennuie, madame, je remettrai le reste à une autre fois.

ÉRIPHILE. Achève promptement

CLITIDAS. Ma foi, c'est promptement de vrai que j'achèverai; car un peu de poltronnerie m'a empêché de voir tout le détail de ce combat, et tout ce que je puis vous dire, c'est que, retournant sur la place, nous avons vu le sanglier mort, tout vautré dans son sang; et la princesse pleine de joie, nommant Sostrate son libérateur, et l'époux digne et fortuné que les dieux lui marquoient pour vous. A ces paroles, j'ai cru que j'en avois assez entendu ; et je me suis hå té de vous en venir, avant tous, apporter la nouvelle

sanglier menace aussi les jours de la princesse , et cause une frayeur mortelle à Moron , qui est encore plus poltron que Clitidas. (A.)

* Foible dénoûment d'une pièce trop foible. L'intrigue seroit bonne, si le plaisant de cour ne se contentoit pas de toujours parler sans jamais agir ; bonne surtout si l'astrologne, en amenant la fausse divinité qui ordonne à la princesse mère de prendre pour gendre son libérateur, imaginoit en même temps un moyen pour que le choix tombåt sur l'amant qu'il protege ; mais point du tout : c'est le hasard seul qui amène Sostrate pour combattre le sanglier, et mériter par-là d'être uni a celle qu'il aime. Ainsi toutes les machines préparées pour la pièce sont inntiles an dénoûment, et les spectateurs qui en desirent la suite voient terminer la pièce satis être satisfaits. C.)

ÉRIPHILE. Ah! Clitidas, pouvois-tu m'en donner une qui me put ètre plus agréable?

CLITIDAS. Voilà qu'on vient vous trouver.

SCÈNE II.

ARISTIONE, SOSTRATE, ÉRIPBILE, CLITIDAS.

ARISTIONE.

Je vois , ma fille , que vous savez déja tout ce que nous pourrions vous dire. Vous voyez que les dieux se sont expliqués bien plus tôt que nous n'eussions pensé : mon péril n'a guère tarde à nous marquer leurs volontés, et l'on connoit assez que ce sont eux qui se sont mêlés de ce choix, puisque le mérite tout seul brille dans cette préférence. Aurez-vous quelque répugnance à récompenser de votre cour celui à qui je dois la vie? et refuserez-vous Sostrate pour époux?

ÉRIPAILE. Et de la main des dieux et de la votre, madame', je ne puis rien recevoir qui ne me soit fort agréable.

SOSTRATE. Ciel! n'est-ce point ici quelque songe tout plein de gloire dont les dieux me veuillent flatter? et quelque réveil malheureus ne me replongera-t-il point dans la bassesse de ma fortune?

SCÈNE U.
ARISTIONE, ERIPIILE, SOSTRATE, CLÉONICE,

CLITIDAS,

CLÉONICE. Madame, je viens vous dire qu'Anaxarque a jusqu'ici abusé l'un et l'autre prince, par l'espérance de ce choix qu'ils poursuivent depuis long-temps; et qu'au bruit qui s'est répandu de votre aventure, ils ont fait éclater tous deux leur ressentiment contre lui , jusque-là que, de paroles en paroles, les choses se sont échauffées, et il en a reçu quelques blessures dont on ne sait pas bien ce qui arrivera. Mais les voici.

SCÈNE IV.

ARISTIONE, ERIPHILE, IPUICRATE, TIMOCLÈS,

SOSTRATE, CLÉONICE, CLITIDAS.

ARISTIONE, Princes, vous agissez tous deux avec une violence bien grande! et si Anaxarque a pu vous offenser, j'étois pour vous en faire justice moi-même.

IPLICRATE.

Et quelle justice, madame, auriez-vous pu nous faire de lui, si vous la faites si peu à notre rang dans le choix que vous embrassez?

ARISTIONE. Ne vous êtes-vous pas soumis l'un et l'autre à ce que pourroient décider, ou les ordres du ciel, ou l'inclination de ma Gille?

TIMOCLES. Oui, madame, nous nous sommes soumis à ce qu'ils pour roient décider entre le prince Iphicrate et moi, mais non pas à nous voir rebutés tous deux.

« PreviousContinue »