Page images
PDF
EPUB

complet; j'y voudrais pourtant encore un article, la séparation de biens et de corps; ce serait le vrai mariage mondain, c'est-à-dire le divorce décent. Et je réponds que dans deux ans Mirabell et sa femme y viendront. Au reste tout ce théâtre y aboutit; car remarquez qu'en fait de femmes, d'épouses surtout, je n'en ai présenté que les aspects les plus doux. Il est sombre au fond, amer, et par-dessus tout pernicieux. Il présente le ménage comme une prison, le mariage comme une guerre, la femme comme une révoltée, l'adultère comme une issue, le désordre comme un droit, et l'extravagance comme un plaisir'.

together, nor go to a play together; but let us be very strange and we'l bred. Let us be as strange as if we had been married a great while, and as well bred as if we were not married at all,

MIRABELL.

Shall I kiss your hand upon the contract ?

MILLAMANT. Fainall, what shall I do? Shall I have him? I think I must have him.

FAINALL.

Ay, ay, take him, take him. What should you do ?

MILLAMANT.

Weli, then – I'll take my death I'm in a borrid fright. Fainall, I shall never say it. — Well – I think - I'll endure you.

[ocr errors]

FAINALL.

Fy, fy, have him, have him, and tell him so in plain terms. For I am sure you have a mind to him.

MILLAMANT.

Are you? I think I have. — And the horrid man looks as if he thought so too. -- Well, you ridiculous thing you, I'll have you.— I won't be kissed, nor I won't be thanked. - Here, kiss my hand though. - So hold your tongue now; don't say a word.

1.
How did you live together?

AMANDA.

LITT. ANGL.

11 - 37

Une femme comme il faut se couche au matin, se lève à midi , maudit son mari, écoute des gravelures , court les bals, hante les théâtres, déchire les réputations, met chez elle un tripot, emprunte de l'argent, agace les hommes, traîne et accroche son honneur et sa fortune à travers les dettes et les rendez-vous. « Nous sommes aussi perverses que « les hommes, dit lady Brute, mais nos vices pren« nent une autre pente. A cause de notre poltron« nerie, nous nous contentons de mordre par der« rière, de mentir, de tricher aux cartes, et autres « choses pareilles ; comme ils ont plus de courage « que nous, ils commettent des péchés plus hardis

[ocr errors]

BERINTHIA, Like man and wife, asunder. He loved the country, and I the towa; he hawks and hounds, I coaches and equipage; be eating and drinking, I carding and playing; he the sound of a horn, I the squeak of a fiddle. We were dull company at table; worse a-bed. Whenever we met, we gave one another the spleen; and never agreed but once, which was about lying alone. (Vanbrugh, Relapse, acte II, fin.)

Voyez encore dans Vaubrugh, A Journey to London. Rarement la laideur et la corruption de la nature brutale ou mondaine ont été étalées plus à vif. La petite Betty et son frère sont à pendre.

MISTRESS FORESIGHT. Do you think any woman honest?

SCANDAL. Yes, several, very honest. — They'll cheat a little at cards, sometimes; but that is nothing.

MISTRESS FORESIGHT. Pshaw! But virtuous, I mean.

SCANDAL. Yes, faith. I believe some women are virtuous too. But 'tis as i believe – some men are valiant through fear. – For why should a man court danger, or a woman shun pleasure ?

(Congreve, Love for Lore.)

[ocr errors]

« et plus imprudents : ils se querellent, se battent, « jurent, boivent, blasphèment, et le reste'. » Excellent résumé, où les gentleman sont compris comme les autres ! Le monde n'a fait que les munir de phrases correctes et de beaux habits. Ils ont ici, chez Congreve surtout, le style le plus élégant; ils savent surtout donner la main aux dames, les entretenir de nouvelles ; ils sont experts dans l'escrime des ripostes et des répliques; ils ne se décontenancent jamais, ils trouvent des tournures pour faire entendre les idées scabreuses; ils discutent fort bien, ils parlent excellemment, ils saluent mieux encore; mais, en somme, ce sont des drôles. Ils sont épicuriens par système, séducteurs par profession. Ils mettent l'immoralité en maximes et raisonnent leur vice. « Donnez

moi, dit l'un d'eux, un homme qui « tienne ses cinq sens aiguisés et brillants comme « son épée, qui les garde toujours dégaînés dans « l'ordre convenable, avec toute la portée possible, « ayant sa raison comme général, pour les détacher « tour à tour sur tout plaisir qui s'offre à propos, « et pour ordonner la retraite à la moindre appa« rence de désavantage et de danger. J'aime une « belle maison, mais pourvu qu'elle soit à un « autre, et voilà justement comme j'aime une belle « femme'. » Tel séduit de parti pris la femme de son ami; un autre, sous un faux nom, prend la fiancée de son frère. Tel suborne des témoins pour accrocher une dot. Je prie le lecteur d'aller lire luimême les stratagèmes délicats de Worthy, de Mirabell et des autres. Ce sont des coquins froids qui manient le faux, l'adultère, l'escroquerie en experts. On les présente ici comme des gens de bel air; ce sont les jeunes-premiers , les héros, et comme tels ils obtiennent à la fin les héritières?. Il faut voir dans Mirabell, par exemple, ce mélange de corruption et d'élégance; mistress Fainall, son ancienne maîtresse.

1. We are as wicked as men; but our vices lie another way. They have more courage than we; so they commit more bold impudent sins. They quarrel, fight, swear, drink, blaspheme, and the like. . Whereas we, being cowards, only backbite, tell lies, cheat cards, and so forth. (Vanbrugh, Provoked Wije.)

Voyez aussi dans cette pièce le caractère de Mademoiselle, femme de chambre française. Ils représentent le vice français comme plus impudent encore que le vice anglais.

1. Give me a man that keeps his five senses keen and bright as his sword, that has them always drawn out in their just order and strength, with his reason as commander at the head of them, that detaches them by turns upon whatever party of pleasure agreably offers, and commands them to retreat upon the least appearance of disadvantage or danger.

I love a fine house, but let another keep it; and so just I love a fine woman. (Acte I, scène 1.)

Catéchisme de l'amour :
What are the objects of that passion ?
Youth, beauty, and clean linen.

(Farquhar, The Beaur Stratagem.) As I am a gentleman, a man of the town, one that wears good clothes, eats, drinks, and wenches sufficiently.

(Dryden, Mock Astroloyer.) 2. The first thing that I would do, should be to lie with her chainbermaid, and hire three or four wenches of the neighbourhood to report that I have got them wita child.

I never quarrel with anything in my cups, but an oysterwench, or a cookmaid; and if they be not civil

, I knuck them down.

((

mariée par lui à un ami commun qui est un misérable, se plaint à lui de cet odieux mariage. Il l'apaise, il la conseille, il lui indique la mesure précise, le vrai biais qui doit accommoder les choses : « Vous devez avoir du dégoût pour votre

mari, mais tout juste ce qu'il en faut afin d'avoir « du goût pour votre amant'. » Elle s'écrie avec désespoir : « Pourquoi m'avez-vous fait épouser cet « homme ? » Il sourit d'un air composé : « Pour« quoi commettons-nous tous les jours des actions

dangereuses et désagréables ? Pour sauver cette a idole, la réputation”. » Comme ce raisonnement est tendre! Peut-on mieux consoler une femme qu'on a jetée dans l'extrême malheur? Et comme l'insinuation qui suit est d'une logique touchante! « Si la « familiarité de nos amours avait produit les consé« quences que vous redoutiez, sur qui auriez-vous « fait tomber le nom de père avec plus d'apparence « que sur un mari"? » Il insiste en style excellent; écoutez ce dilemme d'un homme de cæur: « Votre «« mari était juste ce qu'il nous fallait: ni trop vil,

[ocr errors]

your husband

MISTRESS FAINALL.

1. You should have just so much disgust as may be sufficient to make you relish your lover.

(Congreve, The Way of the World, acte II, scène iv.) 2. Why did you make me marry this man?

MIRABELL. Why do we daily commit disagreable and dangerous actions ? To save that idol reputation....

3. If the familiarity of our loves had produced that consequence of wbich you were apprehensive, where could you have fixed a Tather's name with credit, but on a husband ?

« PreviousContinue »