Page images
PDF
EPUB

LIVRE III

L’AGE CLASSIQUE

LIVRE III.

L'AGE CLASSIQUE.

CHAPITRE I.

LA RESTAURATION.

Si.

LES VIVEURS.

I. Les excès du puritanisme. Comment ils amènent les excès

du sensualisme. II. Peinture de ces meurs par un étranger. – Les Mémoires de

Grammont. Différence de la débauche en France et en An

gleterre. III. L'Hudibras de Buttler. -Platitude de son comique et åpreté

de sa rancune. IV. Bassesses, cruautés, brutalités, débauches de la cour. Ro

chester, sa vie, ses poëmes, son style, sa morale. V. Quelle est la philosophie qui convient à ces meurs. - Hobbes,

son esprit et son style. Ses retranchements et ses décou. vertes. Sa méthode mathématique. En quoi il se rapproche de Descartes, et en quoi il diffère de Descartes. Sa morale, son esthétique, sa politique, sa logique, sa psychologie, sa métaphysique. – Esprit et objet de sa philosophie.

1

VI. Le théâtre.- Changement dans le goût et dans le public.

L'auditoire avant la Restauration, et l'auditoire après la Res

tauration. VII. Dryden. Disparates de ses comédies. – Maladresse de ses

indécences. Comment il traduit l'Amphitryon de Molière. VIII. Wycherley. - Sa vie.- Son caractère.— Sa tristesse, son

åpreté et son impudeur. L'Amour au bois, l'Épouse campa. gnarde, le Maître de danse. – Peintures licencieuses et détails repoussants.

Son énergie et son réalisme. - Rôles d'Olivia et de Manly dans son Plain dealer. - Paroles de Milton.

[ocr errors]

S 2.

LES MONDAINS.

I. Apparition de la vie mondaine en Europe. — Ses conditions

et ses causes. - Comment elle s'établit en Angleterre. – Les modes, les amusements, les conversations, les façons et les

talents de salon. II. Avénement de l'esprit classique en Europe. - Ses origines.

Ses caractères. — Différence de la conversation sous Elisabeth

et sous Charles II. III. Sir William Temple. Sa vie, son caractère, son esprit, son

style. IV. Les écrivains à la mode. Leur langage correct, leurs

façons galantes. Sir Charles Sedley, le comte de Dorset, Edmund Waller. Ses sentiments et son style. En quoi il est poli.- En quoi il n'est pas assez poli.- Culture du style. - Manque de poésie. – Caractère de la poésie et du style

classiques et monarchiques. V. Sir John Denham. Son poëme de Cooper's Hill. - Ampleur

oratoire de ses vers. Gravité anglaise de ses préoccupations morales. Comment les gens du monde et les écrivains se

modèlent alors sur la France. VI. Les comiques. Comparaison de ce théâtre et de celui de

Molière. - L'ordre des idées dans Molière. Les idées générales dans Molière. Comment chez Molière l'odieux est dissimulé, quoique la vérité soit peinte. Comment chez Mo

[ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]

lière l'honnête homme reste homme du monde. Comment

l'honnête homme de Molière est un modèle français. VII. L'action. Entre-croisement des intrigues.- Frivolité des

intentions. — Apreté des caractères. — Grossièreté des incurs. - En quoi consiste le talent de Wycherley, Congrève, Vanbrugh et Farquhar. Quels personnages ils peuvent com

poser. VIII. Les personnages naturels.- Le mari, Sir John Brute, Squire

Sullen. — Le père, sir Tunbelly. – La jeune fille, miss Hoyden. Le jeune garçon, Squire Humpbry. — Idée de la

nature d'après ce théâtre. IX. Les personnages artificiels. Les femmes du monde. Miss Prue. Lady Wishfort. Lady Pliant. Mistress Millamant.

Les hommes du monde. Mirabell. Idée de la société d'après ce théâtre. Pourquoi cette culture et cette littérature n'ont pas produit d'auvres durables. — En quoi elles sont opposées au caractère anglais. - Transformation du goût

et des mœurs. X. La prolongation de la comédie. Sheridan. Sa vie.

Son talent. L'École de médisance. Comment la comédie dégénère et s'éteint. Cause de la décadence du théâtre en Europe et en Angleterre.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

§ 1.

LES VIVEURS.

Lorsqu'on feuillette tour à tour l'œuvre des peintres de la Cour sous Charles let, puis sous Charles II, et qu'on quitte les nobles portraits de Van-Dyck pour les figures de Lely, la chute est subite et profonde : on sortait d'un palais, on tombe dans un mauvais lieu.

Au lieu de ces seigneurs fiers et calmes qui restent

2

« PreviousContinue »