Page images
PDF
EPUB

PREMIER SÉNATEUR. Très-honoré et très-noble !

DEUXIÈME SÉNATEUR. Bon et grand Séjan!

LE HÉRAUT. Silence ?!

On lit la lettre de Tibère. Ce sont d'abord de longues phrases obscures et vagues, mêlées de protestations et de récriminations indirectes, qui annoncent quelque chose et ne révèlent rien. Tout d'un coup, paraît une insinuation contre Séjan. Les Pères s'alarment; mais la ligne qui suit les rassure. Deux

1.

The majesty of great Tiberius Cæsar
Propounds to this grave senate the bestowing
Upon the man he loves, honour'd Sejanus,
The tribunitial dignity and power.
Here are his letters, signed with his signet.
What pleaseth now the fathers to be done ?

SENATORS.
Read them, read them, open, publicly read them.

COTTA.
Cæsar hath honour'd his own greatness much
In thinking of this act.

TRIO.
It was a thought
Happy, and worthy Cæsar.

LATIARIS.
And the lord
As worthy it, on whom it is directed !

HATERIUS.
Most worthy!

SANQUINIUS.
Rome did never boast the virtue
That could give envy bounds but his : Sejanus.

FIRST SENATOR.
Honour'd and noble!

SECOND SENATOR.
Good and great Sejanus !

PRÆCO.
Silence!

(Acte V, sc. x.)

[ocr errors]

»

phrases plus loin la même insinuation revient, plus précise. « Quelques-uns, dit Tibère, pourraient représenter sa sévérité publique comme l'effet d'une ambition privée; dire que sous prétexte de nous servir, il écarte ce qui lui fait obstacle; alléguer la puissance qu'il s'est acquise par les soldats prétoriens, par sa faction dans la cour et dans le sénat, par les places qu'il occupe, par celles qu'il confère à d'autres, par le soin qu'il a pris de nous pousser, de nous confiner malgré nous dans notre retraite, par le projet qu'il a conçu de devenir notre gendre. » Les Pères se lèvent : « Cela est étrange'! » On voit leurs yeux ardents fixés sur la lettre, sur Séjan qui sue et pâlit; leurs pensées courent à travers toutes les conjectures, et les paroles de la lettre tombent, une à une, dans un silence de mort, saisies au vol avec une énergie d'attention dévorante. Ils sondent anxieusement les profondeurs de ces phrases tortueuses, tremblant de se compromettre auprès du favori ou auprès du maître, sentant tous qu'ils doivent comprendre sous peine de vie. « Vos sagesses, Pères conscrits, peuvent examiner et censurer ces suppositions. Mais, si elles étaient livrées à notre jugement qui veut absoudre, nous ne craindrions pas de les déclarer, comme c'est notre avis, trèsmalicieuses. » — « Oh! il a tout réparé. Écoutez! » - « Cependant on offre de les prouver, et les dénonciateurs y engagent leur vie'. » Sur ce mot, la lettre devient menaçante. Les voisins de Séjan le quittent : « Plus loin ! plus loin ! Laissez-nous passer! » Le pesant Sanquinius saute en haletant pardessus les bancs pour s'enfuir. Les soldats entrent, puis Macron. Et voici qu'enfin la lettre ordonne d'arrêter Séjan. On le charge d'injures : « Hors d'ici,

1. « Some there be that would interpret his public severity a to be particular ambition; and under a pretext of service to us, « he doth but remove his own lets; allegingt he strengths he has « made to himself by the prætorian soldiers, by his faction in « court and senate, by the offices he holds himself, and confers « on others, his popularity and dependents, his urging and « almost driving us to this our unwilling retirement, and, lastly, « his aspiring to be our son-in-law.

SENATOR.

a This is strange! »

- au cachot, -il le mérite. - Couronnons toutes nos portes de lauriers, - qu'on prenne un bæuf aux cornes dorées, avec des guirlandes, et qu’on le mène sur-le-champ au Capitole,- et qu'on le sacrifie à Jupiter pour le salut de César. — Que tous nos dieux protégent César. — Qu'on efface les titres du traître.— Jetez à bas ses images et ses statues. Liberté, liberté, liberté ! Louange à Macron qui a sauvé Rome'. » Ce sont les aboiements d'une

[ocr errors]

1. a Your wisdoms, conscript fathers, are able to examine a and censure these suggestions. But were they left to our a absolving voice, we durst pronounce them, as we think them, « most malicious. )

SENATOR.

0, he has restored all; list!

* Yet are they are offered to be avered, and on the lives of the a informers..., )

2.

FIRST SENATOR.

way.

meute furieuse, lâchée enfin contre celui sous qui elle rampait et qui longtemps l'a battue et meurtrie. Jonson trouvait dans son âme énergique l'énergie de ces passions romaines; et la lucidité de son esprit jointe à sa science profonde, impuissantes pour construire des caractères, lui fournissaient les idées générales et les détails frappants qui suffisent pour composer les peintures de meurs.

SECOND SENATOR. Sit farther.

COTTA.
Let's remove....

REGULUS.
Take him hence.
And all the gods guard Cæsar !

TRIO.
Take him hence.

HATERIUS Hence.

COTTA. To the dungeon with him.

SANQUINIUS. He deserves it.

SENATOR. Crown all our doors with bays.

SANQUINIUS.
And let an ox,
With gilded horns and garlands, straight be led
Unto the Capitol.

HATERIUS.
And sacrified
To Jove, for Cæsar's safety.

TRIO.
All our Gods
Be present still to Cæsar I...

COTTA.
Let all the traitor's titles be defaced.

TRIO.
His images and statues be pull'd down.

SENATOR.
Liberty! liberty' liberty! Lead on,
And praised be Macro, that hatn saved kome!

(Ibid.)

7

IV

Aussi bien c'est de ce côté qu'il a tourné son talent; presque toute son œuvre consiste en comédies, non pas sentimentales et fantastiques comme celles de Shakspeare, mais imitatives et satiriques, faites pour représenter et corriger les ridicules et les vices. C'est un genre nouveau qu'il apporte; là-dessus il a une doctrine; ses maîtres sont les anciens, Térence et Plaute. Il observe presque exactement l'unité de temps et de lieu. Il se moque des auteurs qui, dans la même pièce, « montrent le même personnage au berceau, homme fait et vieillard de soixante ans, qui avec trois épées rouillées et des mots longs d'une toise, font défiler devant vous toutes les guerres d’York et de Lancastre, qui tirent des pétards pour effrayer les dames, étalent des trônes disjoints pour amuser les enfants '. » Il veut présenter en scène

1.

Though need make many poets, and some such
As art and nature have not better'd much,
Yet ours for want hath not so loved the stage,
As he dare serve the ill customs of the age,
Or purchase your delight at such a rate,
As, for it, he himself must justly hate.
To make a child new-swaddled, to proceed
Man, and then shoot up, in one beard and weed,
Past threescore years; or with three rusty swords,
And help of some few foot and half-foot words,
Fight over York and Lancaster's long jars....
He rather prays you will be pleas'd to see
One such to-day as other plays should be;
Where neither chorus wafts you o'er the seas,
Nor creaking throne comes down the boys to please.

« PreviousContinue »