Théâtre complet de Voltaire: avec notes, remarques et variantes ...

Front Cover
Lebigre frères, 1834 - French drama
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 228 - Ah ! ne souhaitez pas le destin de Pyrrhus ; Je vous haïrais trop. — Vous m'en aimeriez plus. Ah ! que vous me verriez d'un regard bien contraire ! Vous me voulez aimer, et je ne puis vous plaire.
Page 229 - Oui, oui, redoutez tout après un tel outrage ; Je ne suis plus à moi, je suis tout à la rage...
Page 361 - Pour revenir à mon propos, il n'ya tel que d'allécher l'appétit et l'affection, autrement on ne faict que des asnes chargez de livres. On leur donne à coups de fouet en garde leur pochette pleine de science, laquelle, pour bien faire, il ne faut pas seulement loger chez soy, il la faut espouser.
Page 225 - En effet, que serait-ce qu'une intrigue tragique entre des hommes du commun ? ce serait seulement avilir le cothurne ; ce serait manquer à la fois l'objet de la tragédie et de la comédie ; ce serait une espèce bâtarde, un monstre, né de l'impuissance de faire une comédie et une tragédie véritable.
Page 7 - Le premier pas , mon fils , que l'on fait dans le monde Est celui dont dépend le reste de nos jours : Ridicule une fois , on vous le croit toujours; L'impression demeure. En vain, croissant en âge , On change de conduite, on prend un air plus sage , On souffre...
Page 359 - Quant au genre de la pièce, il est dans le haut comique, mêlé au genre de la simple comédie. L'honnête homme y sourit de ce sourire de l'âme, préférable au rire de la bouche. Il ya des endroits attendrissants jusqu'aux larmes, mais sans pourtant qu'aucun personnage s'étudie à être pathétique ; car de même que la bonne plaisanterie consiste à ne vouloir point être plaisant, ainsi celui qui vous émeut ne songe point à vous émouvoir ; il n'est point rhétoricien, tout part du cœur....
Page 5 - Vous qui possédez la beauté , Sans être vaine ni coquette, Et l'extrême vivacité , Sans être jamais indiscrète ; Vous , à qui donnèrent les dieux Tant de lumières naturelles , Un esprit juste, gracieux, Solide dans le sérieux. Et charmant dans les bagatelles , Souffrez qu'on présente à vos yeux L'aventure d'un téméraire Qui, pour s'être vanté de plaire, Perdit ce qu'il aimait le mieux. Si...
Page 348 - ... des plus grands ressorts de la tragédie; comment apporter le corps de César sanglant sur la scène '; comment faire descendre une reine éperdue dans le tombeau de son époux, et l'en faire sortir mourante de la main de son fils !, au milieu d'une foule qui cache, et le tombeau, et le fils, et la mère, et qui énerve la terreur du spectacle par le contraste du ridicule?
Page 359 - ... atteint au mérite de ses expressions, toujours fortes et toujours naturelles. Ce qui est beaucoup plus important, c'est que cette comédie est d'une excellente morale, et digne de la gravité du sacerdoce dont l'auteur est revêtu, sans rien perdre de ce qui peut plaire aux honnêtes gens du monde. La comédie ainsi traitée est un des plus utiles efforts de l'esprit humain ; il faut convenir que c'est un art, et un art très-difficile.
Page 39 - On raille très souvent dans une chambre de ce qui attendrit dans la chambre voisine; et la même personne a quelquefois ri et pleuré de la même chose dans le même quart d'heure.

Bibliographic information